Sportifs, je vous hais !

05.06.11 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Haines ordinaires

Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais à Paris, nous sommes des petits gâtés. Dès qu'une équipe de football avec les pieds ou de rubgy à XIII, à XV ou à ce que vous voulez, met le ballon dans le filet ou tout simplement entre les poteaux, il se trouve toujours des types pour brailler leur joie.

Hier soir, c'était donc l'extase puisque nous avions à la fois la finale de la coupe de France de rubgy à XV, opposant Toulouse à Montpellier, et les qualifications de la coupe d'Afrique des nations, principalement les matches Algérie-Maroc et Kamerun — pardon Cameroun — Sénégal. Nous passerons sous silence les autres rencontres qui n'ont que très peu intéressé les foules parisiennes, tout au moins les foules qui sont passées dans mon quartier.

Parce qu'elles y sont passées. Certaines sont même restées jusqu'à plus de quatre heures du matin. Tout ça parce que le Maroc a battu l'Algérie sur un score de quatre à zéro lors d'un match de qualification. Je n'ose même pas imaginer ce qu'il en aurait été s'il s'était agi de la finale. Quant aux supporters de Toulouse, il faudrait leur rappeler que le fameux bouclier de Brennus n'est que le trophée de la coupe de France et que ces mêmes toulousains risqueraient de faire triste mine face aux équipes de l'hémisphère sud. Mais chacun se réjouit des victoires à son niveau.

Que ces décérébrés se saoulent parce que leur équipe a gagné telle ou telle rencontre est déjà quelque chose qui me sidère. Mais pourquoi s'en prennent-ils au mobilier urbain ou aux plantes en pot au bas de mon immeuble. Il faut vraiment être débile ou supporter pour aller déterrer une plante qui ne vous a rien fait à seule fin de fêter une insigne victoire. Il faut être demeuré ou supporter pour brailler dans les rues et empêcher les gens de dormir par son équipe a gagné un match. Si encore ces types y avaient participé, mais même pas, ils en seraient incapables.

À cause de ces sportifs du dimanche, le type même des gars qui regardent Rolland-Garros à la télévision dans le costume de Björn Borg, en culotte courte, bandeau dans les cheveux, une raquette dans la main gauche et un pack de bière dans la droite, j'ai dû jouer au jardinier ce midi. Je m'en serais passé tout comme la plante verte aurait bien aimé s'en passer. Dites, les débiles profonds, pouvez-vous seulement me dire pourquoi vous avez cru amusant de déterrer une plante verte qui ne vous avait rien fait en dispersant sa terre sur le trottoir ? Vous aviez déjà arraché une lavande lors de votre dernière soirée arrosée. Ce n'est donc pas un hasard mais un geste délibéré. J'attends vos explications.

1 réaction »
 

ATX Canada Dry

02.06.11 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Je hais l'informatique, Haines ordinaires, Je hais les financiers

Je me souviens avec émotion du jour où j'ai ouvert le carton contenant ma première HP-28S. C'était cher — plus de deux mille francs français de l'époque —, mais on en avait pour son argent. La première, fabriquée aux États-Unis, est bien tombée en panne presque au bout de trois ans, mais étant encore sous garantie, elle m'a été changée contre un modèle plus récent monté à Singapour. Dans l'échange, j'ai apprécié l'écran mat de ma seconde 28S, le brillant de la première étant assez désagréable à l'usage. Ce second modèle vient de fêter sans encombre ses vingt ans d'utilisation intensive sans une seule anicroche.

J'aimais aussi les appareils de mesure de Hewlett-Packard. Il me reste deux analyseurs de spectre de très belle facture. Mais pourquoi donc ces types ont-ils délaissé ces appareils de haute facture pour faire du PC bas de gamme, non réparable et jetable et des imprimantes du même tonneau ? Les imprimantes professionnelles valent encore quelque chose, mais les saletés d'entrée de gamme qu'on voit partout sont inqualifiables.

Je pose la question, brutalement, parce que j'ai été appelé par une amie pour un problème de Windows Vista. La chose pourtant en SP2 avec un antivirus correct et raisonnablement efficace s'est fait perforer subtilement et toutes les données de l'utilisatrice ont été effacées malencontreusement par ledit virus. Heureusement que j'avais fait connaître à cette personne la vertu des sauvegardes… Il m'a été impossible de restaurer un fonctionnement nominal de la Ouïndowzerie qui voulait toujours repartir en mode sans échec, preuve s'il en est que le fonctionnement normal est un échec.

Bref, je vais devoir réinstaller un nouveau système et ce système risque fort d'être un NetBSD des familles ou une Debian. Avant cela, je décide d'en profiter pour faire un nettoyage complet de la machine. Je l'ouvre et constate les dégats. Tous les condensateurs électrochimiques sont dans des états pathétiques. Certains se sont vidés par leur base, d'autres sont gonflés. La carte-mère est donc à changer. Cette machine n'étant plus sous garantie mais pas assez âgée pour justifier de tout jeter, je m'en vais donc chercher une carte-mère au format ATX ou micro-ATX capable d'utiliser de la mémoire PC-5300 et un processeur sur un socket AM2. J'ai trouvé cela chez Surcouf et chez Asus pour une quarantaine d'euros tous mouillés. Parfait.

De retour avec cette carte-mère, je démonte cette machine pour la remplacer par la nouvelle. Première surprise. Les câbles sont tous à la longueur et il est quasiment impossible de brancher la nouvelle carte-mère à la place de l'ancienne. Je rallonge la câblerie des leds de façade et des boutons à grands coups de Scotchlok™, pur produit de chez 3M, mais diablement efficace. Après une grosse heure d'énervement, je mets sous tension et… rien. La LED au milieu de la carte-mère est bien allumée, mais je peux appuyer autant de temps que je veux sur le bouton de mise en marche, rien ne se passe.

Je démonte, remonte, vérifie tous les branchements, rien n'y fait. En désespoir de cause, je rapporte cette machine chez moi pour la tester sur une autre alimentation. Miracle, ça fonctionne du premier coup. J'ai donc joué au jeu des différences. C'est assez accablant. L'alimentation originelle installée par HP n'est pas une alimentation ATX. C'est une alimentation ATX Canada Dry. Elle en a le goût et l'odeur, mais ça s'arrête là. En effet, il lui manque une ligne d'alimentation sur le connecteur à vingt-quatre broches. Il est donc impossible d'installer une carte-mère différente sans changer cette alimentation de toute façon de facture plus que douteuse. En revanche, si l'alimentation lâche, n'importe quelle alimentation ATX fera l'affaire. Sachant que la qualité de la carte-mère est déplorable et sans aucune marque apparente — il y a quelques années, je voyais des cartes-mères d'excellente facture dans le matériel HP —, la pratique est pour le moins discutable. Le matériel est clairement jetable sauf à pouvoir mettre soi-même les mains dans le cambouis et avoir un stock de pièces pour pouvoir tester en double aveugle.

 

Les ondes seraient cancérogènes

01.06.11 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Mauvais esprit, Haines ordinaires

Entendu à l'instant lors du journal de 13h de France Inter. Les ondes des téléphones portables seraient cancérogènes. Remarquez bien l'utilisation du subjonctif. L'étude en question n'est pas une étude, mais simplement la réunion d'études préexistantes portant sur quelque deux mille utilisateurs.

Passons sur les protocoles de mesure, mais les effets étant difficilement décelables, il faudrait être sûr de pouvoir dissocier ce qui provient effectivement des ondes hertziennes de ce qui provient de l'environnement ou de l'hygiène de vie. Et c'est sans compter sur le côté génétique de la chose. Gageons qu'il y aurait des choses à dire.

Mais le plus amusant n'est pas ce résultat qui ne conclut pas vraiment, puisque la catégorie 2b est la même que celle de l'oxyde de titane, colorant que l'on retrouve dans les dentifrices sans que personne ne s'en émeuve. Non, le plus amusant est l'intervention du représentant des constructeurs et opérateurs de téléphones cellulaires qui conseille aux utilisateurs d'utiliser un kit main libre bluetooth, bien plus pratique que le bon vieux kit filaire.

Et je pose la question : comment ce kit fonctionne-t-il ?

 

Statistiques du jour

27.05.11 | par Le Grincheux | Catégories: Je hais les financiers

Article court, une fois n'est pas coutume.

Il paraît que l'on sort de la crise. Personnellement, mon entreprise a fait un peu plus de centre trente-cinq mille euros de bénéfices l'an passé. J'aimerais bien savoir où ce bénéfice a pu passer, n'en ayant jamais vu la couleur et ayant été contraint aux licenciements économiques. Réponse de mon expert comptable : la règle de comptabilité portant sur les productions immobilisées a changé. Les bilans 2010 des sociétés françaises ont donc été surévalués pour ne pas faire peur au bon peuple et faire accroire qu'il y a toujours de l'argent chez les patrons. Foutaises.

En même temps, j'ai demandé à mes deux cabinets d'experts-comptables combien de leurs clients avaient déposé le bilan en 2010. Je soumets ces chiffres à votre sagacité.

Ma comptable ordinaire, comptant dans ses clients toutes sortes d'entreprises allant du plombier au boulanger en passant par des PME de tailles diverses et variées me parle d'un bon tiers de ses clients. Le second cabinet, plus porté sur les PME effectuant des tâches de recherche et développement m'annonce un chiffre oscillant entre 40 et 50%.

La crise est morte, vive la crise !

 

Crédit d'impôt recherche

26.05.11 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Mauvais esprit, Haines ordinaires

Vous le savez sans doute, il existe en France un système permettant aux PME de financer leurs activités de recherche et de développement et aux grands groupes de payer moins d'impôt sur les sociétés. Il s'agit du crédit d'impôt recherche. Comme tous les ans, j'ai publié mon bilan pour le 15 avril et aussitôt envoyé la liasse fiscale à la direction générale des impôts pour d'une part faire ma déclaration d'impôt sur les sociétés et d'autre part demander le remboursement anticipé de ce crédit d'impôt. Depuis le 15 avril dernier, malgré un coup de téléphone tous les deux jours — enfin, lorsque je dis tous les deux jours c'est une licence presque poétique car avant 10h00, il n'y a personne, après 16h00, c'est pareil, entre midi et deux, c'est la pose déjeuner et le mercredi, c'est le jour des enfants ! —, la seule information que j'arrivais à avoir était que mon dossier était encore à l'étude. Ce dossier comporte trois pages, c'est donc un gros dossier. Je veux bien qu'ils aient un certain nombre de dossiers à traiter, mais de là à en avoir pour plus d'un mois…

Or hier, nous étions tout de même le 25 mai, je reçois par la poste un courrier émanant du centre des impôts me demandant des pièces complémentaires et qui n'étaient pas à verser avec le dossier initial, courrier daté du 20 avril et affranchi en tarif lent, il n'y a pas de petit profit. Ce courrier a été estampillé d'un superbe NPAI puis d'un FD avec mon adresse personnelle car le fisc a trouvé amusant d'une part d'utiliser une enveloppe à fenêtre inadaptée au format du pli et d'autre part de plier soigneusement le courrier à l'intérieur pour que la poste ait à deviner l'adresse. Ainsi, la place de l'école s'est transformée en rue des écoles, rue existant effectivement, mais étant à l'autre bout de la ville. La nuance est donc de taille.

Il a fallu que quelqu'un se préoccupe de ce courrier en souffrance sur une boîte aux lettres depuis un mois pour que ce pli me parvienne. Et encore, j'ignore comment cette personne a eu mon adresse personnelle. Naturellement, faute de réponse avant le 30 mai, mon dossier sera caduc. J'ai encore un peu de chance et du temps pour rattraper les choses.

Notre administration fonctionne donc parfaitement puisque le service payeur ignore qu'il m'a envoyé un courrier et que je n'y avais pas encore répondu. Il trouvait tout aussi normal que je l'appelle tous les deux jours pour avoir des nouvelles de ce dossier sans même trouver bizarre que je n'aies pas répondu à son courrier.

Nous vivons donc dans un système amusant. Lorsque l'état me réclame de l'argent, il se débrouille toujours pour que le courrier arrive, quitte à me l'envoyer en courrier recommandé avec accusé de réception ou à dépêcher un huissier de justice comme lors de la dernière bourde de l'URSSAF que j'ai à déplorer. Et il n'y a pas de date limite ! En revanche, lorsque c'est à ce même état de me rembourser quelque chose, bizarrement, les courriers n'arrivent pas, ou en retard, ou ne sont pas assez affranchis, et surtout, il y a une date limite à partir de laquelle le dossier est caduc. Comme personne chez eux ne sait exactement ce qu'il en est, c'est à l'administré de savoir qu'il pourrait recevoir un courrier pour telle ou telle raison.

Je ne dois pas avoir de chance, mais j'ai l'affreuse impression que le traitement de mes dossiers se dégrade depuis quelque temps, voire que l'administration me prend ouvertement pour un imbécile. Lorsque je parle de dossiers, je parle essentiellement des impôts, lorsqu'il s'agit de remboursement, et de l'URSSAF. Il n'y a donc que deux solutions : soit ces deux fleurons de l'administration française n'ont vraiment pas eu de chance et n'ont embauché ces dernières années que des gens incapables de faire leur métier — et dans ce cas qu'attend-on pour les virer ? —, soit la politique tacite est de se débrouiller pour faire rentrer le maximum d'argent et d'opérer le minimum de remboursement.

J'ai bien peur que la seule hypothèse valable soit la seconde…

 

Pages: 1 ... 130 131 132 ...133 ... 135 ...137 ...138 139 140 ... 181