L'économie politique par Émile Coué

31.08.10 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Haines ordinaires

Les chroniques de Philippe Lefébure sur France Inter sont vraiment inconséquentes. Ce matin, j'ai eu la surprise de l'entendre dire que les entreprises n'ont jamais eu autant de trésorerie et que nous vivons vraiment une époque faste. Les banques prêtent à nouveau de l'argent et tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Monsieur Lefébure, il faudrait que vous preniez la peine de sortir de chez vous et surtout que vous ne mélangiez pas allègrement les quelques entreprises du CAC40, qui n'apportent aucune richesse, avec toutes les PME françaises qui sont, elles, chargées de fournir de l'emploi à l'immense majorité des salariés et qui sont les seuls acteurs à réellement faire fonctionner l'économie car ce sont elles qui contribuent majoritairement aux dépenses de l'état au travers de tous les impôts et taxes divers et variés et qui fournissent de l'emploi à la plus grande partie des salariés.

Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais aujourd'hui, je ne connais plus aucune banque française qui honore encore les créances d'états et, lorsqu'un système bancaire en est arrivé à ce point, je pense qu'on peut dire sans trop faire de divination que cela ne va pas bien. Pire, cela augure assez mal de l'avenir. J'arrive tout à fait à comprendre qu'une banque ne prête pas de l'argent n'importe comment à n'importe qui. J'ai beaucoup plus de mal à comprendre qu'elle ne prête pas lorsqu'il y a des risques raisonnés et acceptables alors que les intérêts sont sa prime de risque, ce que les banquiers oublient assez rapidement aujourd'hui. Mais lorsqu'une banque n'honore plus les dettes d'état que peut avoir une entreprise, cela ne peut signifier que deux choses : ou l'état n'est plus crédible ou la banque n'a plus d'argent. Dans les deux cas, c'est problématique.

Vous avez cru bon ce matin de signaler que les trésoreries des entreprises regorgent d'argent. C'est peut-être vrai pour les grandes entreprises, encore que vous me permettrez d'en douter. En effet, la valeur d'une entreprise est calculée en fonction de ses fonds propres, ce qui inclut sa trésorerie. Si vous avez une autre méthode de calcul, je serai enchanté que vous m'en fassiez part. La conséquence immédiate est qu'une l'OPA est d'autant plus difficile que la trésorerie de l'entreprise à acheter est forte. Il y a donc un sérieux problème dans votre raisonnement. Les entreprises se font actuellement racheter parce que leurs trésoreries sont mises à mal et fondent comme neige au soleil.

Ce qui est beaucoup plus grave, c'est que vous puissiez dire ce genre de chose à une heure de grande écoute et à des auditeurs qui ne sont pas confrontés au problème. Ils pourraient prendre votre discours pour argent comptant. Lorsqu'on annonce une rentrée socialement chaude avec des manifestations pour le retour ou le maintien de l'âge légal de la retraite à 60 ans, on ne peut pas se permettre de dire que les trésoreries des entreprises regorgent d'argent parce qu'il se trouvera toujours un syndicaliste pour rebondir en déclarant qu'on peut donc créer un impôt supplémentaire.

Monsieur Lefébure, je vous annonce que les trésorerie des PME sont aujourd'hui à leur point le plus bas depuis des années, que beaucoup de chefs d'entrerprise n'arrivent plus à se payer lorsqu'ils arrivent encore à payer leurs salariés. Le moindre impôt supplémentaire ou taxe additionnelle fera qu'ils mettront la clef sous la porte. Je vous rassure, cela n'aura à court terme aucune influence sur votre vie. Ni sur la vie des banques parce que tous ces gens-là risquent fort de se retrouver à la rue, n'ayant aucune protection sociale. Vous ne le savez peut-être pas, mais le chef d'entreprise en France joue avec son argent car lors d'une liquidation judiciaire, le liquidateur va chercher l'argent où il en reste et saisit les biens du chef d'entreprise même s'il y a séparation entre les biens de l'entreprise et ceux du mandataire. Combien de gérants de SARL se sont retrouvés ruinés en dépit de la responsabilité limitée ! À moyen ou long terme, je ne suis pas aussi sûr que vous ne soyez pas touché d'une manière ou d'une autre puisque, je vous le répète, ce sont ces entreprises qui font tourner l'économie.

Si vous ne me croyez pas, allez simplement vous promener dans une ville moyenne de province. Si c'est trop loin, je vous suggère d'aller faire un tour dans la rue Charlot, dans le troisième arrondissement, et de regarder les boutiques et les bureaux à louer. Cette rue est sinistrée, tous les pas de porte ont été vidés. Regardez aussi les grands boulevards, les affiches de bureaux à louer ou à vendre fleurissent comme le désert après la pluie.

Je ne peux pas vous changer. Je tiens seulement à vous signaler que ce que vous avez dit est inadmissible. J'espère au moins que vous le reconnaîtrez.

 

Les prud'hommes ou la justice des hommes

30.08.10 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Haines ordinaires

Les tribunaux des prud'hommes sont, d'après un syndicaliste que je viens d'entendre, tenus par des magistrats. C'est exact à un adjectif près : ils sont tenus par des magistrats consulaires, ce qui change tout.

Un magistrat consulaire n'est pas un professionnel du droit mais un représentant, soit du patronat, soit du salariat au travers de ses syndicats. Rien ne dit qu'il s'agisse d'un spécialiste du droit du travail et on a même de la chance lorsqu'il ne dort pas durant l'audience — cas vécu où le président de la cour s'était endormi au début d'une l'audience à laquelle j'étais invité — ou comprend quelque chose au droit.

Naturellement, il faut défendre les salariés contre le patronat, mais sans oublier de défendre le patronat contre les salariés parce que, s'il y a des abus, ceux-ci fonctionnent dans les deux sens. Ce qui me dérange profondément, ce sont les décisions qui sont rendues parce qu'elles sont trop souvent aléatoires, ce qui a été confirmé par le représentant du salariat interrogé. Enfin, lorsque je dis confirmé, je ne suis pas vraiment sûr qu'il ait lui-même compris ce que ses propos impliquaient. D'après lui, la justice rendue est bonne parce que 70% des affaires passent en cour d'appel et que les cours d'appel confirment la décision des prud'hommes dans 70% des cas.

Nous voyons donc qu'au moins un syndicaliste ne sait pas faire une multiplication car jusqu'à preuve du contraire, 70% de 70%, cela fait 49%. En d'autres termes, la décision des prud'hommes est infirmée, lorsqu'elle va en appel, dans un cas sur deux, et il n'est pas usurpé de traiter cette justice d'aléatoire.

Quant aux arrêts rendus par les prud'hommes, ce n'est pas parce qu'ils ne vont pas en appel qu'ils sont juridiquement inattaquables. Lorsqu'une juridiction vous condamne à payer des salaires — plus de douze mille euros — à une personne qui n'a jamais travaillé pour vous, que vous pouvez le prouver, qui est notoirement insolvable et que cette condamnation aux dépens est exécutoire, vous payez cette condamnation et vous passez à autre chose. Il ne vous viendrait même pas à l'esprit de faire appel puisque, non seulement cela rajoutera à la condamnation exécutoire déjà acquittée le coût d'un nouvel avocat, mais vous ne pourrez récupérer votre argent, la personne ayant arrangé son insolvabilité.

Ce cas est un cas réel et il y a aujourd'hui prescription. Il n'empêche qu'à chaque fois que j'entends un membre consulaire d'une cour quelconque se prétendre magistrat ou prétendre simplement que ces cours rendent une justice acceptable, j'éprouve une réaction épidermique.

Remarquez, il en est de même avec la justice civile ou pénale. Je crois que je vais un jour écrire un livre sur le combat d'un justiciable commun dans notre beau pays de France.

 

Bacchanales et conséquences

29.08.10 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur

En cette période de crise, il convient de ne pas détruire le commerce ou ce qu'il en reste. Entre nous, je ne suis pas sûr que la viticulture soit actuellement en crise, au moins en Alsace. Durant les dernières décennies, des progrès énormes ont été fait et on ne trouve plus que difficilement un vin d'Alsace qui fasse mal au crâne.

J'ai assez souvent l'occasion de retourner dans un village alsacien perché au sommet de la route des Vins d'Alsace. Le bourg, au pied de ce village, organise une fête du vin après l'autre tout au long de la période touristique. Ces beuveries — parce qu'il n'y a aucun autre mot qui décrive avec autant de précision ces orgies avinées — commencent le samedi, terminent le dimanche matin, sur les coups de deux ou trois heures, puis reprennent après la fin de la messe et continuent jusqu'à tard dans la nuit du dimanche au lundi. Le lundi matin, les ouvriers municipaux ramassent les cadavres et nettoient les rues.

Il y a tellement de monde que la gendarmerie est appelée pour gérer a circulation. Jusque-là, rien de vraiment anormal ou répréhensible.

En revanche, ce qui est parfaitement scandaleux à l'heure où la répression envers les automobilistes s'accroit, c'est l'impunité de ceux-ci lors de ces beuveries organisées. Qu'on ne se trompe pas, je n'ai strictement rien contre la répression routière, j'aimerais juste qu'elle soit logique, qu'on ne verbalise pas des gens sur une quatre voie limitée à 50km/h comme à l'entrée de Brive-la-Gaillarde alors que la nationale qui passe un peu plus loin en zone urbaine sur la commune de Varetz est limitée à 90km/h.

Dans ce cas précis, j'aimerais que la gendarmerie verbalise. Il n'y a aucune raison valable pour que des gens qui n'arrivent plus à trouver comment ouvrir leur véhicule prennent le volant devant un gendarme qui fait la circulation en faisant mine de ne rien voir. En trente ans de passages contraint et forcé dans ce bourg, je n'ai encore jamais vu un gendarme sortir un alcootest pour faire souffler un automobiliste dont la seule haleine aurait suffit à prouver qu'il était passablement alcoolisé.

Que les mêmes forces de l'ordre se permettent de verbaliser quelqu'un qui dépasse de 5km/h la vitesse autorisée sur une autoroute me sidère. Il y a vraiment deux poids et deux mesures, voire un dieu pour les alcooliques car au vu de la proportion d'avinés lancés sur les routes certains soirs, il n'y a pas tant d'accidents que cela.

Je suppose que ces gendarmes avaient reçu des ordres précis…

 

Expulsions des Roms

28.08.10 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Mauvais esprit, Haines ordinaires

Tant qu'on parle de cela, on ne parle pas des sujets qui fâchent et qui sont nombreux.

En particulier, je ne sais pas si vous le savez, mais les banques françaises n'honorent plus les lettres de crédit de l'état français ni celles de la direction générale des impôts. C'est dire si l'économie française va mal. Enfin, comme me le disait ironiquement il y a quelques mois une connaissance états-unienne, nous sommes sauvés parce que nous avons Christine Lagarde au ministère de l'économie et des finances.

On ne parle plus non plus de l'affaire Woerth-Bettencourt ni de ses ramifications.

Non, on parle des Roms. Un ministre fait des moulinets avec les bras en déclarant expulser douze mille Roms chaque année. Plus exactement en les reconduisant volontairement et avec une prime de retour de trois cents euros à la frontière car on ne peut pas les expulser. Et ce sera de plus en plus dur à partir du moment où la Roumanie et la Bulgarie entreront dans l'espace Schengen.

Ce qui me fait légèrement tiquer, ce sont les chiffres du ministère de l'intérieur qui prétendent reconduire à la frontière douze mille Roms par an tout en reconnaissant atteindre ce chiffre annuellement depuis le début du quinquennat, soit 2007, et en indiquant qu'il résiderait sur le sol français entre seize et vingt mille Roms. En d'autres termes, la France a expulsé depuis 2007 deux fois plus de Roms qu'il y en a sur son sol.

Étrange, non ? Ou le ministère ne sait pas faire une division, ou celui-ci n'a pas peur de l'incohérence, ou encore, il reconnaît implicitement que ces reconduites à la frontière ne riment à rien puisque ces Roms reconduits chez eux en passant par la porte reviennent par la fenêtre.

J'aimerais connaître le coût de toutes ces reconduites à la frontière en incluant naturellement le traitement des fonctionnaires de police qui, durant ces opérations, ne font pas leur travail courant. C'est peut-être cela, le fond du problème. Tant que les forces de l'ordre s'occuperont des Roms, elles ne pourront s'occuper de la délinquance urbaine et l'expulsion des Roms leur permettra de se concentrer plus volontiers sur les affaires courantes sans être dérangées, une fois de temps en temps, par un Rom voleur de poule. Je l'admets, c'est tiré par les cheveux, surtout que je ne pense pas que ce sont les Roms qui monopolisaient jusqu'à présent nos forces de l'ordre. À vue de nez, la note optimiste et minimale de ces reconduites est de plusieurs dizaines de millions d'euros. Vous allez me dire que c'est une paille dans le déficit budgétaire annuel français et je suis parfaitement d'accord avec vous. Le problème n'est pas la note en tant que telle mais le fait que cela ne sert à rien, car cet argent est donné en pure perte à une population qui n'aura de cesse que de revenir en France, ce qu'elle dit d'ailleurs ouvertement.

Le problème des Roms est un problème qui est du domaine de la xénophobie. Cette population n'a jamais voulu ni pu s'intégrer là où elle était. Je ne veux pas parler de ce problème d'intégration qui est vieux d'au moins mille cinq cents ans ni de ses sources et qui rend la stigmatisation de cette population facile. De là à la rendre responsable des problèmes de sécurité, il y a une marche assez haute à franchir. En revanche, il y a certainement un gros problème sanitaire à traiter (voir pour cela les articles traitants de l'expulsion d'un campement au centre ville de Marseille dans le quotidien la Provence). Tout le reste est une gesticulation pour rien qui ne sert qu'à mettre le gouvernement français à l'index. Comment, après ça, oser faire la morale à certains pays en parlant de droits de l'homme ?

 

L'étendard du démon

27.08.10 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Je hais les tradis

Quelqu'un qui a un esprit aussi mauvais que le mien vient de me faire part d'un site qu'il faut absolument et sans plus tarder découvrir : http://www.christ-roi.net. Âmes sensibles s'abstenir !

J'aime assez le bretzel rouge, en haut à gauche, les fleurs de lys et l'espèce de chevalier mouvant en bas à droite qui selon toute vraisemblance doit représenter Jeanne d'Arc boutant les anglois hors du bon royaume de France.

Ce site est maintenu par une équipe d'éminents traditionalistes de la fraternité Saint-Pie X. Je dis éminents, parce que ce qui y est écrit est du niveau d'une compétition internationale de désinformation voire de contre-vérité et qu'il faut non seulement un sacré culot, mais aussi un talent fou pour les écrire. Je parle de talent, mais peut-être sont-ils sérieux auquel cas il ne faudrait plus parler de talent mais de bêtise crasse. Je vous conseille sans attendre de lire les papiers traitant des mythes historiques et scientifiques, car il est assez facile d'y répondre par des éléments factuels qui, eux, ne mentent pas et sont indiscutables. Ensuite, vous pourrez lire le reste des articles qui sont de la même veine.

Le principe de dualité cher aux traditionalistes prend une grande place. Il y a un principe bon et un principe mauvais, Dieu et le démon, l'homme et la femme, le bien et le mal. Ne parlons pas du complot permanent de la science, la politique, la franc-maçonnerie et j'en passe contre la France et la religion qui n'est pour la fraternité Saint-Pie X, il faut le rappeler, ni catholique, ni apostolique et encore moins romaine puisqu'il s'agit avant tout d'une secte schismatique plus communément appelée lefebvrisme en souvenir de son fondateur, l'évêque Marcel Lefebvre, excommunié le 30 juin 1988. Plus exactement, ce sinistre personnage a été excommunié de son seul fait en donnant la consécration épiscopale à quatre de ses disciples.

En d'autres termes, la fraternité Saint-Pie X est assiégée et défend à elle seule la chrétienté bafouée, l'obscurantisme laïc et la science qui n'est là que pour détourner l'homme du chemin tracé par Dieu.

Passons sur le côté obscur de cette secte, il y aurait trop à dire et j'y reviendrai certainement.

La lecture de ce genre de prose me ferait presque douter de l'évolution darwinienne. Ne me faites pas dire ce que je ne voudrais pas qu'on entende, je ne vais pas pour autant verser dans le créationnisme le plus échevelé, il ne faut pas exagérer ! J'ai simplement peine à croire que six cent millions d'années d'évolution puissent accoucher de tels individus obscurantistes même si je sais parfaitement que le principe d'évolution mêle le hasard et la nécessité et que cette part de hasard peut aboutir à des dégénérescence de fin de race.

 

Pages: 1 ... 162 163 164 ...165 ... 167 ...169 ...170 171 172 ... 184