Le soleil se couche

27.06.10 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Je hais l'informatique, Haines ordinaires

J'ai eu la détestable idée de m'occuper d'un site web d'une association. Juste de l'administration de la chose, en aucun cas je ne veux faire du développement web. Je commence à être trop vieux pour ce genre de choses et mon esprit étriqué n'arrive pas à se faire aux IDE. Je préfère de loin écrire un bout de code avec vim.

Donc, disais-je, je m'occupe d'un site web pour une association. Outre le fait de suivre les travaux de l'entreprise qui le produit, je passe derrière eux pour auditer le code — il comporte des données sensibles — et pour tenter d'installer la chose sur un serveur de test qui était dans le cahier des charges un serveur Unix avec Apache et qui s'avère être dans les faits un serveur Solaris 10 sparc avec un Apache 2.2 recompilé par mes soins et ceux d'un gcc récent, enfin beaucoup plus récent que celui fourni avec Solaris.

Ce serveur de test est une machine Sun Microsystems Ultra420R. Ce n'est pas une machine exactement récente, mais pour un test de portabilité, cela devrait aller. Cette machine contient un tas de matériels parfaitement exotiques :

  • quatre processeurs UltraSPARC II avec 4 Mo de cache et fonctionnant à 450 MHz ;
  • 4 Go de mémoire ;
  • deux disques UW-SCSI de 300 Go chacun en Raid 1 ;
  • un clavier Sun type 5 français ;
  • une carte graphique PCI ATI Rage estampillée Sun ;
  • une carte réseau Sun HME 100BaseTX.

Le système d'exploitation est un Solaris 10 à jour, enfin autant qu'il puisse l'être au regard de la nouvelle politique des patches de Solaris. Il y aurait d'ailleurs beaucoup à dire sur cette politique sachant qu'il est inadmissible de ne pas pouvoir patcher ce système au vu du prix du matériel Sun livré d'office avec Solaris.

Ls site web en question est un bazar qui a été développé sur Spip avec malheureusement de vrais bouts de MySQL dedans. Je dis malheureusement parce que j'ai une sainte horreur de MySQL qui est à la base de données ce que Windows est au système d'exploitation, c'est-à-dire une bouse trop répandue. Encore, ce ne serait pas trop grave si les développeurs dudit site n'avaient pas pris comme hypothèse de travail que le système de fichiers était insensible à la casse et que les noms de fichiers pouvaient comporter des espaces. Quelques heures de corrections plus tard, le site est visible, mais pour une obscure raison, l'accès à MySQL ne se fait ni par une socket locale ni par l'adresse de loopback de la machine mais par l'adresse IP, codée en dur à chaque ouverture de connexion sinon ce ne serait pas drôle, de sa carte réseau principale. Ayant d'autres choses à faire que de corriger l'ensemble des adresses IP codées en dur dans les fichiers sources et étant d'une fainéantise crasse surtout lorsque je ne suis pas payé, je décide de changer l'adresse de la machine et de relancer les interfaces réseau par un

/etc/init.d/networking restart

du plus bel effet. Effectivement, c'est très beau puisque cette commande se termine invariablement par un kernel panic. Inutile de vous dire que cette machine est parfaitement saine puisque qu'elle passe tous les tests SunVTS sans aucun souci et qu'elle tournait parfaitement sous NetBSD depuis des années.

D'aucuns diront que le soleil se couche depuis qu'Oracle a racheté Sun. C'est faux. Sun n'a eu besoin de personne pour décliner et si le matériel était bon, le système d'exploitation n'a jamais réellement suivi. Pourtant, Solaris était par certains côtés intéressant, mais il s'est complexifié à l'extrême au détriment de sa stabilité. Avec OpenSolaris, Sun a bien essayé de corriger le tir, mais la politique commerciale d'Oracle va entraver sérieusement le développement d'OpenSolaris et le futur même de Solaris.

Heureusement, il nous reste les BSD ou Linux pour utiliser correctement ce matériel… jusqu'à ce qu'Oracle décide d'enterrer l'architecture sparc, ce qui ne devrait plus trop tarder.

Réagir »
 

QRM sur Radio Paris

26.06.10 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Vieux con

Il n'y a qu'un vieux con comme moi pour se rappeler du code Q des transmissions (CCIR devenue UIT-R M.1172). Pourtant, depuis que Messieurs Jean-Luc Hees et Philippe Val s'occupent respectivement de Radio France et de France Inter, le bruit semble de plus en plus prendre le pas sur le signal.

Je n'ai pas été élevé avec cette station. Je me suis simplement mis à l'écouter dans ma chambre de bonne, un peu par hasard, lorsque j'étais en classes préparatoires. J'ai passé des nuits de solitude absolue à côté d'un équation, pardon, sur des sujets de mathématiques en écoutant le Pop Club de José Artur — déjà exilé au Fouquet's — suivi d'Allô Macha de Macha Béranger. De fil en aiguille, je me suis mis à apprécier cette grille. J'appréciais particulièrement le ton et le contenu des émissions de cette station qui avaient au moins l'avantage de ne pas être coupées par des tunnels de publicité à tout bout de phrase comme cela se pratique encore sur les radios périphériques. Pour les plus jeunes d'entre-vous, une radio périphérique est une station qui émet depuis l'étranger pour cause de monopole d'état jusqu'en 1981 et à destination des auditeurs français comme RTL, Europe 1, RMC, Radio Andorre et j'en passe.

Je me souviens aussi d'une émission qui passait de 18h15 à 19h00 tous les jours de la semaine et qui s'appelait Synergie. Cette émission, culturelle autant que je m'en souvienne, était aminée par un certain Jean-Luc Hees de retour de son poste d'envoyé permanent à Washington. Tous les lundis soirs, un chroniqueur haîneux, à côté duquel Stéphane Guillon ou Didier Porte paraîtraient de gentils enfants de chœurs, prenait la parole à 18h55. Ce chroniqueur d'une mauvaise foi patentée et n'ayant strictement aucune espèce de culture au regard des contre-vérités qu'il était capable de proférer avec un aplomb assumé était un certain Philippe Val. Certainement un homonyme. C'est d'ailleurs à ma connaissance le seul chroniqueur de France Inter qui se soit fait passer à tabac, ce qui lui a valu deux dents. Bizarrement, je n'arrive pas à trouver sur Internet de lien relatant exactement l'événement.

Il ne faut pas perdre de vue non plus les performances de Philippe Val et de son comparse Patrick Font dans les années 1980. Je vous laisse le soin de chercher qui est Patrick Font et de vous faire une idée par vous-même. Je trouve assez élégante l'affiche suivante où l'on voit Philippe Léotard passer un sale quart-d'heure. Cette affiche me porte à croire que Philippe Val n'est vraiment pas la meilleure personne pour faire une leçon de morale à Didier Porte ou Stéphane Guillon.

Mais il n'y a pas que le problème des chroniques humoristisques. Cette année, la Rue des Entrepreneurs a été supprimée en cours d'année. Les motifs en étaient parfaitement oiseux. Profitant de la pause estivale, la grille de rentrée sera totalement chamboulée. Plus de culture sur la tranche matinale, plus de chronique humoristique, plus de regard sur la planète, d'émission littéraire comme le Parking. Bref, plus aucune ouverture d'esprit. Lorsqu'on rajoute à ce tableau peu flatteur que Stéphane Bern, animateur du Fou du roi, a mis en jeu sa place sur la grille de rentrée pour soutenir Didier Porte, on peut commencer à prendre la mesure du malaise actuel.

Voir un soi-disant humoriste s'occuper d'une station de radio après avoir quitté la direction de Charlie-Hebdo est déjà un fait pour moi assez incompréhensible. Voir Jean-Luc Hees se comporter comme il le fait alors même qu'il avait subi le même genre d'oukaze il y a quelques années me dépasse.

Heureusement, il me reste France Culture et ses Papous dans la tête.

 

La France et le financement de l'innovation

25.06.10 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur

Le problème actuel de toute PME est de survivre aux aléas de la vie économique qu'elle ne fait que subir. Le problème actuel français n'est pas dû directement à la crise des prêts hypothécaires américains mais à un mal bien plus profond. Cette crise actuelle n'est que la conséquence d'un défaut vieux datant du début des années 1980. En effet, depuis une trentaine d'années, les entreprises françaises sont chroniquement sous-financées et ne peuvent plus investir comme elles le devraient. Ce défaut d'investissement est le fruit d'une fiscalité absurde, un mal bien français, et de banques qui n'ont aucun intérêt à financer l'économie réelle puisque le rendement à court terme de la bourse est devenu plus profitable que le crédit à long terme.

Les entreprises n'ont donc plus que deux solutions outre mourir :

  • se faire racheter tout ou en partie ;
  • utiliser les possibilités offertes par un organisme qui s'appelle Oséo, un joli nom, ou par les services fiscaux.

Je ne sais pas si vous avez un jour entendu parler de crédit impôt recherche ou d'avances remboursables d'Oséo. À très court terme, c'est intéressant. Lorsqu'on y regarde de plus près, l'avance remboursable Oséo est le prêt à taux zéro le plus cher de l'histoire pour les entreprises innovantes. Pourquoi me direz-vous ? Parce qu'elle vient, lors de son versement, en déduction de l'assiette des dépenses prises en compte dans le calcul du crédit impôt recherche. Un exemple étant plus parlant qu'un long discours, le versement de 200000 € d'avance remboursable en 2009 conduira à une diminution du crédit impôt recherche versé en 2010 de 60000 à 100000 € selon l'année d'entrée dans le système CIR. Pour les entreprises qui ont du mal à se financer, cela risque fort de s'apparenter à un coup de poignard dans le dos puisque non seulement l'avance devra être remboursée à Oséo, mais jamais l'administration fiscale ne remboursera le crédit impôt recherche manquant.

Cette avance remboursable inventée par les experts de Bercy a donc été faite non pour aider les entreprises, mais pour limiter l'effet du mécanisme du crédit impôt recherche puisque dans les faits, il s'agit du premier prêt à taux zéro qui diminue la trésorerie des entreprises l'année suivant son obtention. Même si on m'explique qu'à la fin du programme tout rentre dans l'ordre, c'est au début d'un projet d'innovation que les entreprises ont besoin de leur trésorerie, pas après la bataille.

Une fois encore, Bercy, en se substituant aux banques, feint d'ignorer que le vrai problème des entreprises innovantes est l'immense difficulté d'accès aux crédits. Par ailleurs, cette retenue à la source est très intéressante puisque cela revient pour le ministère des finances à effectuer une retenue à la source quel que soit le résultat du programme innovant. En d'autres termes, Bercy parie sur un échec du programme d'innovation.

En effet, pour Oséo, la procédure semble être la suivante. Après deux ou trois ans, si le programme est un succès, l'entreprise rembourse Oséo et peut donc prétendre à réintégrer le montant de ces remboursements dans le calcul du CIR. Si le programme est un échec, le prêt n'est pas remboursé et devient dans les faits une quasi subvention et n'ouvre pas droit à récupération par le dispositif CIR. Durant ces deux ou trois ans, l'entreprise a fait crédit à l'état de son manque à gagner au niveau de son CIR.

La France est le seul grand pays à traiter ses entreprises innovantes de la sorte et il serait bon que les pratiques françaises soient cohérentes avec celles de nos voisins. Par ailleurs, les entreprises ne demandent pas l'aumône. Elles veulent juste pouvoir vivre normalement en ayant accès au crédit. Pour cela, il n'y a qu'une chose à faire, faire que le métier de banquier redevienne ennuyeux.

 

La France est footue

23.06.10 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvais esprit

Quelle histoire ! Au moment de France-Afrique du Sud, j'étais bêtement sur la route nationale 4, quelque part entre Ligny-en-Barrois et Nancy et je m'en voudrai toujours d'avoir raté un tel match. Juste après 18h00, j'ai bien croisé deux ou trois possesseurs de véhicules customisés, à coup sûr supporters des bleus, le possesseur, pas la voiture. Pas la moindre manifestation d'un quelconque enthousiasme, pas le plus petit début de coup de klaxon italien… J'en ai donc déduit, ô bonheur, que cette équipe de France était enfin éliminée et que nous pourrions passer à autre chose. N'oublions pas qu'après le Festival de Cannes s'enchaînent tous les ans, aussi sûrement que deux et deux font quatre, l'Open de Roland Garros et le Tour de France, et que les coureurs du Tour de France, contrairement aux footballeurs, savent encore passionner les foules parce que leur sport est propre et désintéressé.

Que ces vingt-deux manchots — pardon, vingt-et-un plus Thierry Henry puisqu'il joue aussi avec les mains — et leur entraîneur puissent monopoliser l'opinion comme ils l'ont fait ces dernières semaines est incompréhensible. L'équipe de France est certes responsable d'une grande partie du spectacle, mais sans spectateur, point de spectacle.

Mettre, comme je l'entends depuis quelque temps, tous les torts au crédit de l'entraîneur me paraît un peu court. Il est aisé d'en faire une victime expiatoire à peu de frais. Personne n'ose pourtant avancer qu'avec un autre entraîneur, le problème risquerait d'être strictement identique. Il est parfaitement anormal que de tels joueurs gagnent de pareils salaires. Je ne suis pas contre une certaine rémunération, mais il faut que cette rémunération reste dans le domaine de l'acceptable. Donner des salaires mirifiques à une brochette de parfaits illettrés — que les deux ou trois qui sortent du lot me pardonnent — ne peut aboutir qu'au dénouement lamentable d'hier soir. L'équipe de France n'est pas la risée du monde entier parce qu'elle a perdu tous ses matches ou parce que son entraîneur est mauvais — ce qui reste à démontrer —, l'équipe de France est la risée du monde entier parce que le spectacle qu'elle a donné hors compétition n'est même pas digne d'une cour d'école, ce qui est ma foi assez cocasse pour l'équipe d'un pays qui rêve de donner des leçons au monde entier. Et il n'a pas fallu attendre Raymond Domenech pour cela, cette équipe est assez grande pour se ridiculiser elle-même.

Souvenez-vous seulement du coup de tête de Zinedine Zidane, geste certes déplacé, mais en finale de la coupe du monde 2006. L'entraîneur de l'équipe était déjà Raymond Domenech. Changer l'entraîneur n'aurait certainement pas empêché ce geste. En revanche, changer l'entraîneur aurait pu aboutir à une élimination plus précoce.

Rappelez-vous l'histoire de la main de Thierry Henry. Ce brave garçon n'a courageusement pris position pour rejouer le match contre l'Irlande qu'à partir du moment où la FIFA avait pris position contre. À ce moment-là, il aurait été de bon ton qu'il fasse profil bas.

Réfléchissez à ce qui s'est passé dans les vestiaires récemment. Que Nicolas Anelka traite son entraîneur de noms d'oiseaux est une chose que je ne cautionne pas. Que l'ensemble du groupe recherche le traitre ayant répété ces paroles en est une autre. Ces paroles ayant été dites, le fautif est Nicolas Anelka. Il n'y a pas de traitre à rechercher. La mutinerie du le dimanche 20 juin 2010 durant laquelle la totalité de l'équipe a refusé de s'entraîner et a fait lire un mot par Raymond Domenech expliquant la situation était grotesque. Peut-être l'entraîneur s'est-il plié à cet exercice parce que c'est le seul du groupe à savoir lire…

L'équipe de France n'enchaîne pas les revers grâce à son entraîneur, sinon, comment justifier que le même entraîneur ait amené cette équipe en finale en 2006 ? Elle est mauvaise parce que ses joueurs se comportent comme des enfants gâtés et le meilleur entraîneur du monde ne pourra rien y faire.

 

Fracture numérique

22.06.10 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur

Ayant travaillé quelque temps à Issy-les-Moulineaux pour ce qui s'appelait encore le CNET (Centre National d'Étude des Télécommunications), j'ai une certaine affection pour France Telecom. J'ai quitté cette entreprise juste au début de sa chute, au moment où le gouvernement français au travers de l'ART (Autorité de Régulation des Télécommunications) l'a contrainte à louer ces circuits-minutes à perte. Nous avions calculé à l'époque que le circuit-minute coûtait 0,56 de nos défunts francs, enfin, de nos anciens nouveaux francs, alors que l'ART nous imposait une location à 12 ou 24 centimes de francs selon qu'une ou les deux extrémités de la communication étaient prises en charge par un opérateur tiers. Ce prix semble énorme, mais il incluait la maintenance et les techniciens de ligne qui étaient d'astreinte vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept, y compris les jours fériés.

Vendre à perte, c'est interdit en droit français. En revanche, le législateur ne parle pas de location à perte.

Aujourd'hui, il est malhonnête d'accuser France Telecom lorsqu'on parle des conditions de travail de ses salariés, d'autant plus qu'il est impossible de rejeter la faute directement sur les actionnaires. Nous sommes tous responsables de la situation. Le petit porteur est responsable parce qu'il possède des actions et espère un retour sur investissement rapide. Les banques sont responsables parce qu'elles ne font pas leur travail — qui est de gagner de l'argent en finançant l'économie réelle et en prenant des risques mesurés, après tout c'est ce risque que paient les intérêts de prêt, et non de boursicoter — et qu'il est malheureusement plus facile mais plus risqué pour une entreprise de chercher de l'argent à investir en bourse. L'abonné à un opérateur tiers est lui-aussi responsable car il utilise la partie onéreuse du réseau de France Telecom sans en supporter le coût réel.

Je ne sais pas si vous vous souvenez des grandes annonces qui ont été faites il y a plus de dix ans. Tous ces opérateurs alternatifs avaient demandé l'autorisation de poser une boucle locale cuivre ou radio. Pas une seule boucle locale n'a été installée depuis car il est largement plus rentable de faire porter à France Telecom, contrainte de le faire à perte, la pose et l'entretien de cette boucle plutôt que d'entretenir soi-même la même installation. Aujourd'hui, si France Telecom vendait au coût réel ses circuits aux opérateurs alternatifs, ils mettraient tous la clef sous la porte car, à force de casser les prix au détriment de la qualité de service, ils ne pourraient encaisser cette augmentation pourtant légitime.

Cette dégradation de service due aux opérateurs alternatifs ne se voit pas encore dans les zones urbaines. En revanche, elle est criante à la campagne qui n'intéresse aucun opérateur alternatif. France Telecom n'a plus aucun moyen pour entretenir ses lignes jugées peu rentables vis à vis des lignes urbaines et on a de la chance lorsqu'on arrive encore à avoir une tonalité et un accès internet au travers d'un bon vieux modem bas débit.

Et l'on ose encore parler de fracture numérique ! On gaspille l'argent public dans une gabegie financière de projets onéreux engloutissant des sommes pharaoniques comme le projet Dorsal pour des résultats au mieux insuffisants.

Il y a quelque temps, le minitel permettait encore de s'en sortir. Maintenant, il faut faire avec internet. Je vous mets au défi d'utiliser internet avec un bon vieux modem RTC plafonnant à quelques milliers de bits par seconde. La moindre information étant noyée dans des pages de publicités généralement en Flash ou au milieu d'images en haute résolution, c'est devenu impossible sauf à naviguer avec un outil en texte brut comme elinks.

Dans toutes ces zones rurales, le seul opérateur présent est souvent France Telecom parce qu'il a une obligation de service public limitée au service universel (téléphone). Aucun opérateur alternatif n'est présent parce que, comprenez-vous, le coût de chaque utilisateur est trop important vis à vis de la marge dégagée. Le paysage des télécommunications françaises est ainsi le suivant : des zones urbaines avec une concurrence acharnée entre opérateurs et des zones rurales où seule France Telecom offre un service souvent limité et qui est de plus en plus la vache à lait pour entretenir le réseau urbain. Je ne suis pas un détracteur de la privatisation des services, mais je ne vois pas pourquoi tous ces opérateurs alternatifs n'ont pas une clause de service universel. Il est inadmissible qu'on se gargarise à longueur de temps de concepts comme la libre et saine concurrence alors même qu'on permet ce genre de chose. Les fortunes des actionnaires des opérateurs alternatifs n'ont été faites que parce que le gouvernement français au travers de l'ART leur a offert France Telecom sur un plateau sans aucune contrepartie. Le réseau de télécommunications français fonctionne encore bien parce que France Telecom arrive encore à effectuer le minimum d'entretien sur la boucle locale, mais ça ne durera pas indéfiniment. Déjà les campagnes sont à l'abandon et on voit de plus en plus de problèmes de lignes en ville.

Continuons, il y a des pays en voie de développement et d'autres en voie de sous-développement…

 

Pages: 1 ... 170 171 172 173 174 ...175 ... 177 ...179 ...180 181