Une histoire de vaccins

19.06.17 | par Le Grincheux | Catégories: Je hais les politiciens

Je me suis tu durant cette longue période électorale. Non que je n'avais rien à dire. J'observais la déliquescence de notre classe politique, République En Marche comprise.

J'en étais à méditer sur notre mode de scrutin qui, bien plus que nos institutions, est le principal moteur de l'immobilisme dans lequel nous sommes plongés. En effet, si la constitution de la Ve République octroie de nombreux pouvoirs au président de la république — principalement en lui permettant la dissolution de l'assemblée nationale et en écrivant qu'il est le chef des armées —, il n'empêche que le pouvoir réel est dans les mains du premier ministre et de l'assemblée nationale qui, devant le sénat, a le dernier mot. Le fait d'avoir une chambre des députés aux ordres de l'exécutif n'est pas une conséquence de nos institutions, mais une conséquence de la loi électorale et de son scrutin majoritaire uninominal à deux tours et du fonctionnement des partis politiques qui fonctionnent comme des PME propspères. Ce scrutin permet des majorités tranchées, un clivage entre d'une part la majorité gouvernementale et d'autre part une ou des oppositions. La majorité peut donc gouverner en se moquant de l'opposition minoritaire (ou des oppositions) et ne pas faire son travail lorsque le gouvernement pond des lois aberrantes. Pour preuve, les motions de censure n'aboutissent jamais à une défiance du gouvernement donc à son renversement alors que ces motions de censure sont un contre-pouvoir absolu dans les mains de l'assemblée nationale. Pire, même lorsque les oppositions sont majoritaires en nombre de voix, jamais elles ne sont fichues de s'allier pour faire chuter un cabinet. Nous l'avons encore vu récemment où une opposition de gauche a refusé de sanctionner un gouvernement ayant utilisé l'article 49 alinéa 3 de la constitution parce que, justement, le gouvernement était à gauche et que l'autre opposition était de droite. Elle était contre, mais pas assez, en ce sens, cette opposition de gauche faisait partie de facto de la majorité même si elle prétendait le contraire. Là, j'avoue que les bras m'en sont tombés parce que le premier ministre étant le chef de la majorité, on se serait alors repris un gouvernement de gauche, ce qui aurait pu plaire à cette gauche d'opposition. Passons, les députés votent comme leur parti le leur impose et, pour en avoir fréquenté certains, j'en ai rarement vu qui raisonnaient plus loin que le bout de leur nez. J'ai des noms, ne me poussez pas trop.

Ces derniers jours, outre les affaires du Modem et la défense pathético-guignolesque de son président toujours en exercice, une petite controverse est née. Je veux parler du serpent de mer de l'augmentation des vaccins obligatoires, passant de trois à onze.

Dans une remarque liminaire, je dois dire que je ne suis ni pour ni contre la vaccination en général. Je suis à titre personnel vacciné contre à peu près tout ayant travaillé en Afrique Noire. Même contre la rage, c'est-à-dire que si je mords un socialiste dans un éclair de lucidité — je parle de ma lucidité, pas de celle du socialiste, s'il était lucide, il ne pourrait comme le disait si bien Léon Blum être socialiste —, on ne risque pas de m'abattre pour peu que j'aie mon carnet de vaccination sur moi. En revanche, j'ai eu plusieurs réactions terribles à la vaccination de la variole — j'ai un reste de pustule sur l'épaule au point de vaccination —, au BCG parce que ce connard de médecin militaire alors que c'est formellement interdit a cru bon de me faire un test BCG alors que j'ai eu droit à un rappel moins d'un an avant ce test — cela m'a permis d'avoir sur le bras une plaie purulente durant plus d'un an ! J'ai même failli resté sur le carreau après une injection combinée de deux vaccins compatibles entre eux par l'Institut Pasteur : grave tachycardie, 240 pulsations par minutes durant deux heures. Et j'étais alors en bonne santé.

Ceci étant dit, les vaccinations bizarres que j'ai pu avoir ont toutes été sous contrôle médical strict, avec obligation de rester sous observation durant au moins deux heures. Ce qui m'a permis de discuter avec les médecins du service de vaccination de l'Institut Pasteur ou de celui d'Air France. Bizarrement, ces spécialistes de la vaccination ne sont pas toujours des fervents défenseurs de la vaccination à outrance. Bizarrement, aussi, il semble émerger un certain consensus. Tous semblent s'accorder sur le fait que la vaccination est loin d'être anodine et doit s'appréhender en terme de bénéfices et de risques pour l'individu en particulier et pour la population en général.

Pour les maladies entraînant des risques importants ou des complications potentielles, il n'y a pas de débat. Pour les autres, en revanche…

Je ne parlerais pas du vaccin contre la grippe qui a déjà fait montre dans plusieurs études de sa parfaite inefficacité. Les souches mutent trop vite et les vaccins qui ne protègent déjà que moyennement, sont fabriqués en fonction de l'évolution statistique du virus d'une année sur l'autre. Le risque de passer à côté de la signature du virus de l'année est grand.

Parlons simplement du vaccin ROR, rougeole, oreillons, rubéole. Je conçois parfaitement que l'on puisse vacciner des adultes qui n'ont pas eu ces maladies étant enfants car il y a des risques pour leur santé. Mais vacciner a priori les nouveaux nés me semble largement plus discutable. D'après le calendrier vaccinal fourni par notre chère sécurité sociale, il suffirait de deux injections avant l'âge de dix-huit mois pour échapper aux affres de ces maladies. Ce n'est pas ce que pense l'Institut Pasteur qui indique dans son calendrier vaccinal qu'il serait de bon ton de refaire une ou des injections du ROR après l'âge de dix-huit ans. Sans être malheureusement plus précis. Lorsqu'on a eu une fois dans sa vie la rougeole, on est immunisé, totalement. Lorsqu'on a subi la vaccination ROR enfant, il faut se soucier de ne pas oublier le rappel qui, visiblement, n'est pas obligatoire. Pourtant, je pense que les médecins et les chercheurs de l'Institut Pasteur savent un peu plus que notre ministre de quoi il en retourne.

Mais parlons un peu de notre ministre de la santé, Agnès Buzin.

Un lecteur attentif m'a procuré les déclarations publiques d’intérêts de notre nouvelle ministre de la Santé Agnès Buzin lorsqu’elle était présidente du conseil d’administration de l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) [  dpi_agn_s-buzyn.pdf] et de l’INCa (Institut national du cancer) [  agn_s-buzyn-2014-10-10.pdf]. Ces deux déclarations datent de 2012 pour la première et de 2014 pour la seconde. Je dois ici vous faire remarquer que seuls les conflits d'intérêts ayant moins de cinq ans doivent y figurer, ce qui fait que je ne sais rien sur la période précédent 2007, sauf sur ce qu'elle indique explicitement.

Ces documents sont accablants. En effet, elle déclare avoir été directement rémunérée pour un certain nombre d'activités par le laboratoire Genzyme, devenu filiale de Sanofi depuis lors, durant la période courant entre 1988 et 2011. Entre 2005 et 2011, elle était aussi rémunérée par les laboratoires Bristol-Meyers-Squibb et par Novartis. Ces deux derniers laboratoires, associés à Pierre Fabre et Schering-Plough filiale de Merck, ont aussi financé entre 2005 et 2011 l'association RObert Debré que dirigeait alors Agnès Buzyn.

Plusieurs questions me viennent alors à l'esprit. Est-il acceptable qu'un ministre de la santé présente de tels conflits d'intérêt avec autant de laboratoires pharmaceutiques ? Corollaire : comment peut-on imaginer une médecine indépendante des intérêts financiers de ces laboratoires ?

Et, dernière mise en perspective, sachant que le 8 février dernier, le conseil d'état enjoignait le ministère de la santé de rendre disponible les vaccins obligatoires seuls (comprendre sans y adjoindre des vaccins non obligatoires), ce qui fut une défaite importante pour l'industrie pharmaceutique, comment comprendre que, ce 16 juin 2017, le ministre de la santé annonce son intention de rendre obligatoire non plus trois mais onze vaccins pour « prévenir les maladies infantiles » (et permettre de les attraper à l'âge adulte comme l'Institut Pasteur semble s'en inquiéter) alors que de plus en plus de profesionnels de la santé dénoncent leurs effets secondaires neurologiques et musculaires mal mesurés ? Et parfois irréversibles ?

 

Histoire de passeport

27.05.17 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur

Mon passeport est arrivé à expiration. De toute façon, même si ce n'était pas le cas, il m'en aurait fallu un nouveau étant donné que je viens d'apprendre que je devais me rendre d'urgence en Amérique du Nord, que le mien n'était pas biométrique et, défaut rédhibitoire, constellé de tampons d'entrée et de sortie de pays aussi recommandables que l'Arabie Séoudite.

Aujourd'hui, faire établir un passeport relève du parcours du combattant. Je ne sais pas si c'est délibéré pour empêcher les moins courageux de sortir de France, mais j'avoue que c'est une question qui m'a traversé l'esprit.

À Paris, il faut un rendez-vous et il est impossible d'obtenir un rendez-vous en moins de quatre semaines, sauf à établir un passeport temporaire vert dit passeport d'urgence. À ces quatre semaines d'ajoutent le temps d'établissement d'au mieux trois semaines.

Or, sur le site internet du ministère, il est explicitement indiqué qu'en province, le rendez-vous n'est pas nécessaire. Cela tombe bien, j'ai une double résidence et, la SNCF ayant décidé une fois de plus d'arrêter les circulations le long de la ligne Paris-Toulouse, j'ai été contraint de poser un jour de congé. Mercredi dernier, je téléphonai donc à la mairie du gros village le plus proche outillé pour prendre les demandes de passeport. La brave dame m'indique que la mairie est ouverte vendredi (pas de pont de l'Ascension) et ce samedi matin et que, naturellement, toutes les formalités pourraient être faites le samedi matin entre 9h et midi.

Je me présente donc, muni de toute les pièces ce vendredi pour trouver porte close pour congé exceptionnel. Naturellement, mercredi après-midi, la standardiste de la mairie n'était pas au courant. Un panneau indiquait tout de même et je dois dire assez étrangement que les services seraient ouverts ce samedi. Je m'y rends donc.

Là, j'apprends que non seulement il faut aussi un rendez-vous — contrairement à ce qui est indiqué sur le site du ministère —, mais que ce rendez-vous ne peut être pris qu'en semaine et non le samedi. Par ailleurs, les délais sont aussi longs qu'à Paris.

Reprenons donc un peu le raisonnement. À Paris, il y a un délai pour ce fichu rendez-vous de quatre à cinq semaines avec un service des passeports pour 200000 personnes en moyenne. Ici, nous avons un service pour 10000 personnes et le temps d'attente est aussi long. Pourtant, je pense que le pourcentage de personnes demandant un passeport à Paris est supérieur à celui qui a cours dans le diocèse le plus crotté de France dixit Talleyrand où, pour le paysan du cru, c'est toute une épopée pour aller à la grande ville du coin.

La question est donc la suivante : pourquoi, relativement, le temps d'établissement d'un passeport est-il d'autant plus long qu'il y a moins de demandes ? Pourquoi le site officiel du ministère indique-t-il des information erronées ? Pourquoi, alors que la brave dame n'avait rien d'autre à faire un samedi matin que lire Closer, n'était-il pas possible de remettre un simple formulaire ?

L'administration française ne nous prendrait-elle pas pour des imbéciles ?

 

République normale

12.05.17 | par Le Grincheux | Catégories: Je hais les politiciens

Je ne commenterai pas l'élection présidentielle tant il n'y a rien à commenter sauf peut-être le pourcentage du vainqueur inférieur aux 50% du corps électoral. Pour le reste, il est possible d'avoir une bonne surprise, même s'il reste bien plus probable de devoir en payer le prix fort.

Le nouveau président est élu, mais il n'est pas encore aux affaires. Mercredi dernier, le 10 mai, le gouvernement a démissionné, restant juste pour garder les meubles (à tous les sens du terme), remplir les cartons, faire disparaître certaines archives, jusqu'à la nomination du prochain premier ministre qui ne pourra intervenir qu'à partir de la prise de fonction du nouveau président dimanche prochain.

Or que vois-je devant mes yeux ébahis hier 11 mai 2017 ? Un Journal Officiel de la République Française, feuillet « lois et décrets » anormalement — que dis-je ? — étrangement épais. Ce 11 mai 2017, quatre cent trente-quatre pages (434) de décrets ont été passés in extremis par un gouvernement censer ne traiter que les affaires courantes. Je suis mauvaise langue, ces décrets ont pu être écrit tôt le matin avant la démission du gouvernement. Là-dedans, certains que j'attendais avec une certaine impatience comme ceux sur les titres professionnels de solier moquettiste et de peintre en bâtiment (ça ne pouvait pas attendre !), d'autres concernant quelques nominations de dernière minute et concernant quelques dizaines de personnes à des postes sans doute lucratifs et sans buts précis.

Dans tout ce fatras à l'image du quinquennat finissant, vous noterez que le baron Grégoire Ponceludon de Malavoy est nommé ingénieur hydrographe du génie civil. Il va donc pouvoir, dès lundi prochain et si Dieu lui prête vie commencer à assainir les marais de la Dombes.

République normale disait le président sortant. Eh bien, il y a encore du boulot !

 

Entre deux tours

04.05.17 | par Le Grincheux | Catégories: Je hais les politiciens

Nous avons pu assister hier soir au traditionnel débat d'entre deux tours. Je l'ai regardé comme au spectacle et n'ai vraiment pas été déçu. Très vite, autant dire dès l'entrée en matière, ce débat a tourné au pancrace entre la poissonnière de Saint-Cloud attablée au comptoir du bar de la marine, feuilletant ses notes très approximatives et le premier de la classe de l'école du commerce qui travaillait de mémoire.

Je n'ai pas réussi à savoir s'il s'agissait d'un très bon sketch comique ou d'une navrante prestation. Macron semblait meilleur, mais seulement parce que Marine Le Pen a placé la barre extrêmement bas. Jamais elle n'a présenté ses idées, elle n'a fait que répéter des invectives, ce qui a permis à l'autre candidat de développer en réaction quelques idées. Je dois être honnête, je voyais Macron se faire manger tout cru. J'imaginais aussi un avocat être un peu plus brillant dans un débat. Ces pitoyables échanges ont même réussi à faire passer les bricolages hasardeux de notre énarque comme un programme construit et réfléchi.

Rien n'aura été épargné à l'auditeur. Rien. Le Pen est restée durant deux heures et demi dans l'invective, dans les attaques ad hominem basses et mesquines et dans l'a-peu-près grotesque, le tout ponctué d'un sourire narquois pour tenter de destabiliser son adversaire. Sans doute voulait-elle montrer qu'elle maîtrisait Schopenhauer. Macron, quant à lui, répondait point à point à la bêtise de son adversaire avec des arguments plus rationnels pour montrer son statut de présidentiable et le fait de garder son calme malgré la logorrhée verbale qui tentait de le submerger. Pour le spectateur, le résultat était simplement consternant.

À l'issue du débat, j'en étais à me demander si, quand Marine regardera la vidéo du débat, elle n'en viendrait pas à voter Macron, ou si elle ne s'était pas volontairement sabordée pour assurer sa survie politique.

En effet, je n'arrive pas à croire que, malgré ses idées nauséabondes, Le Pen soit d'une imbécillité crasse. Elle sait parfaitement que son programme est inapplicable, raison pour laquelle sa prise de guerre en la personne de Dupont-Aignan est pour elle d'un grand secours, lui permettant d'assouplir certaines de ses positions sans perdre la face. Mais que fera-t-elle une fois élue ? Si elle reste dans l'opposition et l'invective permanente, la survie de sa petite entreprise bien rentable sera assurée. En revanche, si elle se cogne à la dure réalité des choses, cela risque de se corser un petit peu. Ainsi, au lieu de se montrer à la hauteur du débat, elle a tout fait pour être très en-dessous de ce qu'un électeur, même du Front National, est en droit d'attendre d'un président de la république.

En face, Macron a encaissé les coups de boutoir. Il a encaissé les attaques sans subtilités et a paru déstabilisé à plusieurs reprises. Que se passera-t-il lorsqu'il subira des attaques bien plus subtiles d'adversaires autrement plus coriaces ?

Macron a certainement gagné des points. Plus réellement, Le Pen en a perdu. Elle a même perdu hier toute prétention d'avoir l'envergure suffisante pour le poste qu'elle convoite. Et c'était tellement grossier que je n'arrive pas à imaginer que cela n'a pas été fait à dessein.

Dans quelques jours, l'un des deux sera président de la république. Il y a de fortes chances que ce soit Macron. Le Pen va continuer à faire vivre sa petite entreprise dans l'opposition et tout continuera comme avant parce que la majorité du président élu sera une majorité hétéroclite qui renâclera aux nécessaires réformes si d'aventure la rue lui laisse le champ libre.

Ce n'est franchement pas pour me rassurer.

 

Idiophiles en folie

03.05.17 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur

Je viens de m'apercevoir que je me suis fait bannir sans sommation d'un forum d'audiophiles.

Je pense savoir pourquoi, mais j'aurais aimé qu'on me prévienne.

Je n'ai insulté personne, j'ai juste aidé sur mon temps libre quelques personnes à mettre de l'ordre dans des circuits électroniques. Gratuitement.

Ce faisant, j'ai appuyé là où ça fait mal. Ce genre de forum est peuplé de gens qui sont capables de mettre des fortunes et demi dans des câbles (pour connecter les haut-parleurs à leurs amplificateurs fabriqués maison) alors qu'ils négligent les alimentations des étages d'entrée. Les mêmes personnes vous expliquent froidement que telle alimentation à faible bruit est bien meilleure sur un système numérique (mouarf !) en faisant fi de l'erreur de zéro du premier convertisseur. Je passe sous silence les discussions sur la distorsion apportée au signal par le fusible de l'alimentation et la nécessité absolue d'utiliser des câbles optiques plaqués or ou sur le câblage des prises du secteur qui doivent de préférence être en thorium radioactif. Vous avez bien lu.

Ce qui est franchement risible, c'est que personne parmi ces idiophiles n'est un technicien et encore moins un électronicien ou un traiteur du signal. Cela se comprend, les gens compétents ont d'autres choses à faire que de démonter leurs croyances relevant généralement du charlatanisme. Il est donc très facile pour eux de monter des élucubrations pour se convaincre d'avoir le meilleur système au monde alors qu'ils ne comprennent pas un traitre mot des phénomènes physiques sous-jacents.

J'ai eu le malheur d'expliquer qu'on n'utilise pas un tube à froid, qu'il faut une temporisation à l'allumage et à l'extinction pour ne pas les faire vieillir trop vite et que dans ce cas, le redressement par bivalve n'était pas la solution puisqu'on ne fait que transférer le problème des tubes de puissance au tube de redressement. Que n'avais-je pas dit ? Pourtant, ce point est bien connu des spécialistes des tubes. Je parle des vrais spécialistes, pas des piliers de bar se retrouvant dans les forums idiophiles capables de payer plus de 10k€ un vulgaire amplificateur ne valant pas même cinquante fois moins.

J'ai eu le malheur d'expliquer à un autre type qu'il était inutile de monter une bobine de 20H sur une alimentation pour filtrer l'ondulation car cela réduisait la bande passante de cette alimentation (sa constante de temps) et que cela nuisait grandement aux transitoires. Les fabricants des années 1960 utilisaient des celulles CRC quitte à dissiper de la chaleur par effet Joule plutôt que CLC, non pas parce qu'une bobine est plus chère qu'une résistance de puissance, mais parce qu'une résistance de puissance est justement une résistance et n'est pas inductive. J'ai osé rajouter que ce n'est pas parce qu'on trouvait aujourd'hui de telles bobines que c'est forcément une bonne chose. S'il existe des gens pour acheter un composant électronique, il se trouvera toujours un fabricant pour les vendre.

Je n'ai pas dit cela abruptement, j'y ai mis les formes et j'ai démontré ce que je disais. Je l'ai démontré avec la transformée en p. En électronique analogique, il est courant de caractériser les performances d'un amplificateur (typiquement sa bande passante) à l'aide de cet outil. Je n'aurais jamais dû, j'aurais au contraire dû laisser les idiophiles dans la fange intellectuelle dans laquelle ils se vautrent en pataugeant et dans le béton vibré qu'ils mettent dans leurs meubles hifi pour bien les stabiliser. Si, si, croyez-moi, j'ai même vu une photographie d'un type fier d'avoir réussi à couler du béton vibré dans ses prises murales pour éviter le bruit du réseau EDF ! Celui-là, peut-être plus que les autres, ceux qui achètent des fusibles polarisés avec un côté rhodié et un autre plaqué or, est mûr pour Sainte-Anne.

Bref, j'ai expliqué pourquoi le fait d'utiliser un tube électronique d'une marque plutôt que d'une autre apporte un résultat différent, car les alimentations étant généralement les parents pauvres de l'électronique grand public, il arrive souvent qu'un tube électronique un peu plus mauvais qu'un autre (au hasard un truc fabriqué par New Sensor) n'arrive pas à écrouler l'alimentation comme le ferait un tube de conception moderne (typiquement JJ-Tesla). Mais en utilisant un défaut pour compense subjectivement (sic) un autre défaut — parce que ces gens-là refusent toute mesure objective —, on n'est vraiment plus dans le domaine de la hifi, mais dans celui de l'à-peu-près où tout est possible, surtout le pire.

Là encore, je n'aurais pas dû. La réponse qui m'a été faite fut étrange. Des gens qui se targuent de bricoler le tube (certains avec des tensions d'anodes de 1200V pour des tubes dont les datasheets indiquent une tension maximale de 800V !) m'ont affirmé ne pas avoir les connaissances de base pour concevoir une simple régulation à découpage sous 6,3V ! Lorsqu'on est incapable d'utiliser un schéma classique de régulateur à découpage, il vaut mieux ne pas mettre ses pattes dans un montage à tube. Remarquez, en raison d'un certain darwinisme, c'est peut-être une bonne chose finalement.

J'ai aussi osé dire qu'un égaliseur est un équipement indispensable dans une installation car il permet de compenser le diagramme d'interférence issu des haut-parleurs au point d'écoute. Autre erreur, pour un idiophile, il vaut mieux discuter du bruit issue d'une diode Zener stabilisant une alimentation que de la dizaine de décibels existant entre les creux et les bosses du diagramme de diffraction. Pourtant, si la Zener a quelque influence, cette influence est de plusieurs ordres plus faible que les distorsions apportées par de diagramme d'interférence. Mais l'idiophile ne connaît pas, cela ne peut donc exister.

D'autres veulent absolument utiliser des circuits câblés sur châssis parce que c'est mieux. C'est mieux pour faire une antenne, mais pour un amplificateur qui doit avoir le facteur de bruit le plus faible possible, ce n'est vraiment pas ce qu'on fait de mieux.

J'ai alors proposé des schémas d'alimentations, certes un peu plus compliquées qu'un bête redresseur suivi d'un filtre, mais éprouvés. Qui plus est, ces alimentations interdisent les fameuses boucles de masse que les idiophiles résolvent en déconnectant la terre et en court-circuitant les masses des signaux. Quel malheur, il y avait des diodes. L'un d'entre eux avait lu quelque part que les diodes généraient du bruit. Il ne discutait pas de savoir dans quelle bande ce bruit se situait (dans mon cas, loin au-dessus des 20kHz, donc parfaitement inaudible), mais du fait d'utiliser un composant bruyant. Et il n'y avait rien à faire, pas moyen de lui faire comprendre que ce bruit n'était pas gênant puisque hors bande. Plutôt que d'utiliser une diode pour séparer des rails d'alimentations, il a même tenté de m'expliquer qu'il valait mieux générer des boucles de masse qui, comme chacun sait, sont nettement moins gênantes et plus faciles à éliminer.

Reprenons. J'ai donc aidé gracieusement des gens à trouver des erreurs dans leurs circuits. Je leur ai proposé des solutions. En faisant cela, j'ai osé remettre en cause certains de leurs dogmes et la horde d'idiophiles en folie s'est ruée sur moi pour me faire bannir. Il est sûr que lorsque quelqu'un leur explique qu'il ne sert à rien, formule de Friis à l'appui, d'utiliser un câble à 1500€ le mètre pour connecter leurs enceintes, que leurs alimentations sont mauvaises pour une raison bien identifiée (alors qu'ils se demandaient pourquoi tel tube sonnait mieux avec telle alimentation que tel autre), ça ne plaît pas forcément. Plutôt que de se remettre en cause en ouvrant un ouvrage d'électronique ou de traitement du signal, il faut mieux se débarrasser de l'importun tant il n'est pas agréable d'entrevoir qu'on a gaspillé de l'argent en pure perte.

Ce n'est pas grave, ce n'est pas là-bas qu'on peut avoir des discussions intelligentes. Et c'est comme cela qu'il n'y a quasiment plus personne sachant de quoi il parle sur ces forums. Là où se trouvent des idiophiles, il n'y a aucune place pour des professionnels ou des techniciens. Ceux-ci partent d'eux-mêmes, atterrés par le niveau des discussions, ou se font bannir.

Ceux qui sont intéressés par des vrais équipements Hifi à prix modérés pourront faire un tour ici.

À toutes fins utiles, le forum en question est celui d'Elektor. Il faut bien le dire. Que ses membres continuent leurs bricolages.

 

Pages: 1 2 4 ...6 ...7 8 9 10 11 12 ... 173