La fusion des contraires

16.03.15 | par Le Grincheux | Catégories: Je hais les politiciens

Le Front National n'est pas vraiment ma tasse de thé et je ne sais pas, pour reprendre les propos de Manuel Valls encore et malheureusement premier ministre, si mon pays ira un jour se fracasser dessus. Si tel était le cas, la question qu'il faudra absolument se poser est de savoir qui en aura été le responsable. Personnellement, j'ai ma petite idée.

En attendant ce jour, c'est sur un socialisme pourrissant que mon pays se fracasse. Et c'est peut-être pour cela que le Front National grimpe dans les expressions des votes. Notez bien que je parle de votes exprimés et non de pourcentage de la population. Si vous n'êtes pas convaincu de ce que je viens d'écrire, vous n'avez pas bien dû regarder les brillants résultats économiques et les non moins brillantes perspectives qui s'offrent à la France à la suite des choix judicieux fait par ces socialistes, que ceux-ci soient d'ailleurs des socialistes de droite ou de gauche.

Il y a quelques mois, j'écrivais ici que les programmes de l'extrême gauche et de l'extrême droite était très semblables, seuls les ennemis à éradiquer différaient. Cela m'a valu en ce temps une volée de bois verts de la part de certains électeurs bien pensants du Parti ou du Front de Gauche, j'avoue ne plus me souvenir très exactement. Je constate pourtant que le binôme du Front National qui se présente dans le canton limitrophe au mien est constitué par deux anciens communistes qui déclarent haut et fort qu'ils retrouvent dans le programme du Front National les valeurs du communisme.

Si cela n'est pas un aveu, je ne sais pas ce que c'est. Et ce n'est pas moi qui le dit, ce sont les propres candidats du Front National. Vous n'êtes toujours pas convaincus. Alors fixons un peu les idées en regardant ce qu'est le programme économique du Front National et pas encore socialiste. Enfin, pas socialiste, ce sont eux qui le prétendent. Pour ma part, je trouve qu'on pourrait l'appeler le Front National Socialiste. Pour preuve, ce que Marine Le Pen a trouvé le moyen ce matin de déclarer dans une matinale radiodiffusée. Elle y parlait de son programme économique et je ne retranscris ici que les points les plus notables :

  • retour de la retraite à soixante ans ;
  • retrait du tiers payant généralisé, mais en étant prête à étudier des mesures coercitives pour forcer les médecins à s'implanter dans les campagnes en refusant d'étatiser la médecine, grand écart remarquable ;
  • aides aux français pauvres en continuant à ponctionner les riches et les grandes entreprises ;
  • retour à un nouveau « nouveau franc », grand moment d'économie, ce nouveau nouveau franc étant à parité avec
    l'euro. « Comme il (l'euro, ndlr.) a deja perdu 20% face au dollar, la dévaluation est deja faite, donc rien à craindre de ce côté ». Mais elle veut tout de même garder l'euro comme monnaie transnationale. Là, ce n'est pas clair. Quel est l'intérêt ? Et surtout, elle ne dit rien sur les écarts entre France, Allemagne, Grèce, Italie et tous les autres pays. Dans sa bouche, le traitement de la monnaie est à mi-chemin entre l'interventionnisme étatique et la magie noire.

Interrogée sur le proces des policiers qui s'ouvre aujourd'hui pour non assistance à personne en danger, elle ne voit pas la mal fait par ces policiers. Je vous avoue que moi non plus, à bien regarder les faits, ils poursuivaient des malfaiteurs, même si ces malfaiteurs étaient en culottes courtes. Et que je sache, personne n'a obligé les victimes à se cacher dans un transformateur EDF dont la porte avait été fracturée tant et tant de fois que les techniciens de l'EDF avaient renoncé à la verrouiller. Cela ne montre qu'une certaine bêtise de la part des victimes. Mais elle ne s'arrête pas là, elle propose une présomption de légitime défense pour tout policier faisant usage de la force.

Cela vous rappellera sans doute quelques heures sombres de l'histoire. Tant économiquement que politiquement, nous sommes donc très près du Front National Socialiste.

Et tout cela ne surgit que parce que depuis plus de trente ans nous avons un état qui marche sur la tête. La chose publique est confisquée par une caste de personnages politiques dont le seul but est de rester au pouvoir. Et leur maintien au pouvoir, droite comme gauche, passe par le détournement de l'état à leur seul profit et subséquemment par la spoliation des personnes qui travaillent.

Il y a la spoliation extra-légale et la spoliation légale […]. Or, la spoliation légale peut s'exercer d’une multitude infinie de manières ; de là une multitude infinie de plans d’organisation : tarifs, protection, primes, subventions, encouragements, impôt progressif, instruction gratuite, droit au travail, droit au profit, droit au salaire, droit à l'assistance, droit aux instruments de travail, gratuité du crédit, etc. Et c'est l'ensemble de tous ces plans, en ce qu'ils ont de commun, la spoliation légale, qui prend le nom de Socialisme.

Bastiat, reviens, ils sont devenus fous ! Et on s'étonne encore d'être perçus comme le dernier pays communiste d'Europe de l'ouest.

Préparez-vous, il est déjà trop tard. Ce pays n'est pas foutu. Il n'est pas mort. Il est déjà faisandé.

Réagir »
 

Quelle délicieuse impression que celle de se sentir pris pour un imbécile…

14.03.15 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Déclaration de guerre

Il y a quelques jours, j'ai pris la peine de prendre ma plume pour écrire au président de la CIPAV. Figurez-vous que j'ai obtenu une réponse, toujours à mon ancienne adresse.

Mais j'ai obtenu une réponse et ne devrais pas me plaindre même si, comme à son habitude, la CIPAV me l'a envoyé dans sa grande bonté en courrier simple au tarif lent. Mon courrier a visiblement été intercepté par un obscur gratte-papier dénommé pompeusement référent technique cotisations et qui s'est permis de me répondre les bêtises habituelles. Ne pouvant laisser un tel courrier sans réponse ne serait-ce qu'en raison du problème d'adresse, je me suis fendu du petit courrier suivant.

Quelle délicieuse impression que celle de se sentir pris pour un imbécile…

Fig. 1 : déclaration de guerre

À suivre.

 

Obligation

13.03.15 | par Le Grincheux | Catégories: Je hais les politiciens

Une question circule actuellement dans les couloirs venteux de la chambre des députés. Faut-il oui ou non rendre le vote obligatoire ? Il est vrai que l'abstention risque de faire monter mécaniquement les extrêmes puisque le vote blanc ou nul n'est pas comptabilisé dans notre belle démocratie. Pourtant, il conviendrait de le faire car un électeur peut s'abstenir parce qu'il préfère aller à la pêche (ou chez belle-maman si le cœur vous en dit) alors qu'il peut s'abstenir parce qu'il constate simplement que personne ne le représente.

L'ennui est qu'il se murmure que les rétifs à leur de devoir de citoyen pourraient être touchés au porte-monnaie. Je sais bien que nos ancêtres, paraît-il, se sont battus pour que nous ayons le droit de voter, mais il ne faudrait tout de même pas exagérer. Nos ancêtres n'avaient sans doute pas lu Platon qui trouvait déjà il y a quelques années que la démocratie allait souvent de paire avec se sœur damnée qu'est la démagogie. Peut-être est-ce simplement cette démagogie qui est sanctionnée ici.

Préparer des sanctions pour ceux qui n'iraient pas faire leur devoir, à la limite, pourquoi pas. Mais dans ce cas, il faut aller au bout du raisonnement, comptabiliser les différents votes blancs et les distinguer des votes nuls. Je ne vois en effet pas comment on pourrait refuser à quelqu'un de ne pas cautionner un système politique qui ne lui convient pas ou plus en votant pour des personnages hauts en couleurs qui refusent de payer leurs impôts — en créant des maladies aux noms amusants comme la phobie administrative ou allant plus simplement planquer leurs sous à l'étranger — alors qu'eux-mêmes croulent sous le poids grandissant des prélèvements. En d'autres termes, comment des députés, incapables de faire le ménage sérieusement dans leurs rangs, peuvent-ils avoir l'outrecuidance de proposer une loi pénalisant leurs compatriotes refusant de légitimer ce système ?

La raison est simple et s'exprime en peu de mots. Il leur faut légitimer et sauvegarder leur système et le bien public n'entre plus en ligne de compte. L'intérêt général s'efface devant la somme des intérêts particuliers des élus. Et c'est pour cela que François de Rugy, bouillonnant coprésident du groupe écologiste à l'assemblée, va déposer une telle proposition de loi.

Je rappelle ici que les projets de loi émanent du gouvernement alors que les propositions proviennent des cerveaux des parlementaires et qu'il s'agirait de ne pas confondre les deux.

Mais revenons à cette proposition de loi. Pour les gens de la gauche, le refrain est toujours le même. La montée du Front National n'est due qu'à l'abstention. Certes, l'abstention aide, mais elle ne suffit pas à expliquer sa percée. Arrêtant promptement son raisonnement simpliste, la conclusion est toute trouvée : pour que le Front National ne monte plus dans les intentions de vote, il faut lutter contre l'abstention pour que les gens de gauche continuent à voter à gauche. Quod erat demonstrandum.

Je le trouve laxiste, personnellement, j'aurais interdit purement et simplement les élections ou le Front National. Comme cela, aucune chance de voir de Front National obtenir quelques victoires… Passons.

Le raisonnement est bancal et parfaitement idiot. D'une part, je ne suis pas sûr que les gens de droite s'abstiennent moins que les gens de gauche, et d'autre part, je pense que la pontée du Front National n'est pas la seule conséquence de l'abstention. Plus exactement, je considère que l'abstention n'est pas la cause du phénomène observé mais la conséquence de tous les problèmes que personne n'a voulu régler depuis une bonne trentaine d'années. Je trouve donc le raisonnement de notre écologiste consternant d'imbécillité et de bêtise crasse, raisonnement sans doute dicté par une poussée de panique à l'approche des élections que l'on n'appelle plus cantonales depuis la réformette récente qui ne changera rien.

Rendre le vote obligatoire sous peine de sanctions, je n'imagine pas un seul instant que cela changera les scores issus des urnes. Mais cela permet de gesticuler un peu en se désolant de la montée des extrêmes. La vraie solution est pourtant connue de longue date, il suffit de s'attaquer aux véritables problèmes des français.

Je ne vois pas non plus par quel miracle une telle proposition de loi enjoindrait les électeurs à aimer leurs élus et à voter pour eux puisqu'elle les transforme tout de même en délinquants, peut-être en criminels en puissance. Le résultat risque même d'être contre-productif. Mais dans les moments de panique, il est bien connu que le cerveau ne fonctionne plus de façon rationnelle. Si tant est que le cerveau d'un député ait jamais fonctionné de telle manière tant j'ai l'impression que les ors de la république leur font tourner les sens. Refuser de voter, que les députés le veuillent ou non, est aussi une forme de vote à l'égard d'une classe politique qui s'intéresse depuis trop longtemps plus à ses petits problèmes qu'à ceux de leurs électeurs. C'est pour cela qu'il faut séparer les votes exprimés des non exprimés et les votes blancs des votes nuls. Mais cela, visiblement, n'a pas effleuré l'esprit de notre brillant coprésident du groupe écologiste.

Décidément, je suis vraiment émerveillé par autant de crétinerie collective. J'en arriverais presque à penser que pour en arriver là après quatre milliards d'années d'évolution, Darwin n'a peut-être pas tant raison que cela.

 

Valls tragique à Matignon, un mort vivant !

12.03.15 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvais esprit, Je hais les politiciens

Il faudrait vraiment vivre sur une île déserte depuis des mois pour ne pas se rendre compte que nous sommes dans uné période électorale. La droite conspue la gauche actuellement aux responsabilités en oubliant ses propres turpitudes passées, la gauche hurle au danger du Front National pas socialiste — c'est déjà ça de gagné — en oubliant qu'elle est un peu responsable du marasme actuel et le Front-National se moque des deux autres larrons avec un programme d'extrême gauche parce que c'est facile, lorsque l'on n'a jamais été aux responsabilités, on peut rire de tout et tout promettre. On peut rire de tout, certes, mais pas avec tout de monde. Et rien n'oblige vraiment à être populiste.

Et dans cette cacophonie en mode mineur, notre premier ministre a trouvé le moyen de déclarer, je cite en ouvrant les guillemets avec des pincettes :

« J’ai peur pour mon pays, j’ai peur qu’il se fracasse contre le Front national. »

Que la formule est belle. Mais c'est un peu vite oublier que le Front National n'est qu'une création des deux partis politiques qui se partagent la France et la mettent en coupe réglée depuis plus de trente ans. Pas un gouvernement n'a tenu ses promesses une fois aux responsabilités. Dans ses conditions, comment en vouloir à des électeurs qui se sentent abandonnés et qui prennent encore la peine de voter ? Comprenez-moi bien, je ne cautionne pas le programme de ce parti. Je n'excuse personne de voter pour lui, mais je comprends tout à fait qu'on puisse y succomber par désespoir. Ce n'est que la suite logique du délitement de la politique française. Et de ce délitement, les partis dits républicains en portent l'entière responsabilité.

Jusque-là, cette petite phrase n'est que de la gesticulation électoraliste de la part de quelqu'un dont la politique a échoué et qui pourrait perdre son juteux siège après une gifle annoncée malgré les petites magouilles traditionnelles de redécoupage des cantons. Je n'irai pas jusqu'à affirmer qu'il est entièrement responsable de la situation sachant qu'il doit tout de même faire avec les frondeurs de sa majorité qui ne reculeront malheureusement devant rien, surtout devant les mesures les plus aberrantes pour peu qu'elle flattent les plus bas instincts de leurs électeurs.

Valls tragique à Matignon, un mort vivant !

Fig. 1 : métaphore du courage politique.

À ce point du raisonnement se pose la question de la démocratie ou tout au moins de la république telle que nous l'entendons. Je suis pour ma part de plus en plus critique envers le suffrage universel direct et le scrutin uninominal à deux tours. Le suffrage universel donne le même poids à tous les électeurs. C'est louable mais inquiétant en cas de crise. En effet, dans un pays comme le nôtre qui se targue d'avoir un excellent système de protection sociale, tous les bénéficiaires du système seront enclins à voter pour ceux qui promettent un statu quo, même si celui-ci est intenable ou délétère à long terme pour l'ensemble de la société. Le scrutin uninominal à deux tours permet quant à lui l'apparition d'une majorité claire. S'il était nécessaire dans les années 1960, période troublée par les problèmes de décolonisation, la guerre pardon les événements d'Algérie et le souvenir de l'instabilité des cabinets de la quatrième république, je ne suis pas convaincu qu'il soit encore d'actualité car les deux bloc s'opposant n'ayant aucune solution à proposer ou ayant des solutions qu'ils n'appliquent pas de peur de perdre les élections suivantes, les électeurs se désintéressent des urnes. La démocratie à la française ressemble de plus en plus non à la dicature de la majorité sur la minorité, mais à la dictature d'une minorité vindicative et s'exprimant dans les urnes sur des gens qui n'ont d'autre choix que de la subir parce qu'ils savent par avance que personne ne les représentera. C'est donc un système pervers. Et ce système pervers peut aller jusqu'à ouvrir les portes du pouvoir à un parti comme le Front National qui représente dans les faits une petite minorité d'électeurs fortement mobilisés.

L'organisation de la démocratie est donc telle qu'elle impose aux deux blocs en compétition des positions tranchées et empêche de gouverner au centre de manière pragmatique, ce que font pourtant nos voisins avec beaucoup de succès. En France, tout ce que fait un bord est systématiquement défait par l'autre bord sans que jamais il ne se pose la question de savoir si l'action est pertinente ou non. C'est cassé, rejeté par principe. En ajoutant sur ce constat le fait que les animaux politiques sont à leur service bien plus qu'à celui du pays, nous aboutissons à la catastrophe que nous vivons.

Pour ma part, cela ne vous étonnera pas que je suis convaincu qu'il faut discuter d'un système de vote censitaire. Au minimum, il faut interdire de vote tous les gens qui vivent des minima sociaux et qui bénéficient directement du système. J'aimerais aussi que l'on revienne au principe des indemnités telles qu'elles étaient définies sous la troisième république, avant la première guerre mondiale. Un homme politique avait alors un engagement fort puisqu'il lui fallait un métier pour vivre, ses indemnités ne lui suffisant pas. Cela permettrait aussi d'avoir des représentants insérés dans le tissu économique et qui auraient une connaissance pratique plus que de grandes vues théoriques teintées d'idéologie crasse.

Mais oubliez tout ce que je viens d'écrire. Le président Hollande, l'autre pays du chômage, vient de déclarer :

« 2015, c’est le retour de la confiance, sur le plan économique, et donc de la croissance. Ça va mieux dans notre pays. »

Nous sommes donc sauvé et mon discours n'est que celui d'un vieil imbécile qui rêve d'une société réellement libérale. D'aucuns parleront d'un anarchiste de droite, je n'en ai cure.

 

Sans commentaire

11.03.15 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Je hais les politiciens

Mon cher Gérard, tu te permets de m'insulter en m'envoyant dans la figure que j'en tiens une couche. Tout cela parce que j'ai quitté notre beau système de sécurité sociale, ce que me permet la loi française. Alors, comme tu as des mots doux envers moi, tu ne m'en voudras surtout pas de te répondre de la même manière. Mais je ne vais pas te répondre sur Twitter, en cent quarante signes, je vais te répondre ici et développer un peu le fond de ma pensée. Cela permettra aussi aux gens du Front de Gauche et du Parti Socialiste de savoir ce que je pense de tes petites phrases assassines car ils sont assez nombreux, si j'en crois les statistiques de ce site, à venir lire mes papiers. Je serais d'ailleurs assez honoré qu'ils prennent la peine de commenter, pleutres qu'ils sont.

Mais revenons à ton cas, insignifiante baderne bouffie de suffisance dogmatique puisque c'est de toi que je parle aujourd'hui.

Sans commentaire

Fig. 1 : Avez-vous remarqué ? Il y a des Gérard partout et il y aurait comme un air de ressemblance…

Qui donc es-tu pour te permettre de me traiter de la sorte ? Sais-tu seulement ce que le mot travail signifie ? Je ne parle pas de ton petit boulot d'inspecteur du travail, je parle d'un vrai travail à la sueur de ton front, d'un travail qui te demanderait soixante à soixante-dix heures de labeur par semaine pour un salaire de misère, pour aucune reconnaissance et aucune protection sociale. Sans parler d'un travail qui ne te donnerait aucune perspective d'avenir tout en te demandant de trimer jusqu'à la mort parce que notre système social que le monde entier ne nous envie pas ne te donnerait pas le luxe de prendre ta retraite.

Parce que c'est à ce genre de personnes que tu t'adresses. Ce sont ces gens que tu insultes. Alors ne m'en veux surtout pas de quitter ce beau système que tu t'évertues à défendre parce qu'il sert tes intérêts à l'exclusion de tous les autres.

J'espère qu'un jour prochain, toi et tes semblables seront comptables pour avoir aveuglé la population ces trentes dernières années et provoqué la ruine du pays.

 

Pages: 1 ... 39 40 41 ...42 ... 44 ...46 ...47 48 49 ... 178

Une erreur inattendue est survenue!

Si cette erreur persiste, merci de la signaler à l'administrateur.

Retourner à la page d'accueil

Informations additionnelles à propos de cette erreur:

MySQL error!

Incorrect key file for table './b2evolution/evo_hitlog.MYI'; try to repair it(Errno=126)

Your query: Autopruning hit log

DELETE
  FROM evo_hitlog
 WHERE hit_datetime < "2018-01-09"