Bagnard

10.07.13 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Monde de merde, Je hais les politiciens

Hier soir, j'ai compris que j'étais un bagnard. Chose somme toute assez amusante, ce statut de bagnard a été recréé de toutes pièces par nos amis socialistes actuellement au pouvoir. Enfin, vos amis devrais-je écrire, parce que personnellement, en dehors de l'UMP, il n'y a rien que je haïsse aussi profondément que la majorité actuellement au pouvoir.

Je sais bien que l'impôt est nécessaire, encore faut-il ne pas prendre les contribuables pour des imbéciles avec une règle du jeu qui change tous les quatre matins et que l'administration fiscale elle-même n'arrive pas à suivre.

Pour ceux qui ne le sauraient pas, j'ai la chance insigne d'être mon propre patron. C'est-à-dire, pour utiliser la phraséologie de la majorité actuelle, je suis mon propre exploitant à moins que je ne sois à mon insu mon propre exploiteur. À ce titre, je ne perçois pas tous les mois un salaire net, mais j'encaisse un chiffre d'affaire que l'état empute joyeusement. Et il ne s'en prive pas.

En 2012, nous avons eu la joie d'avoir quatre lois de finances. Une loi de finances normale, votée par la droite, suivie par trois lois de finances rectificatives votées par la nouvelle majorité. Dans ces trois lois rectificatives ont été votées un tas de nouvelles mesures permettant de récupérer de l'argent là où l'état se figure qu'il en reste encore et chez des contribuables qui n'ont pas réellement les moyens de contester. Lorsqu'une profession libérale se met en grève, elle n'embête qu'elle et la CGT ne s'en émouvra pas.

Parmi ces nouvelles mesures se trouvent des augmentations des charges sociales pour les indépendants. Juste de charges, parce que les prestations déjà inexistantes n'ont pas été revalorisées, bien au contraire. J'ai chiffré ces augmentations de charges à 30%, augmentations qui n'ont été pas provisionnées sur les prélèvements mensuels des URSSAF et RSI. Le rattrapage en novembre et décembre va être salé pour un certain nombre d'entre nous.

Mais il y a plus amusant. Certaines charges qu'elles soient sociales ou professionnelles que nous pouvions déduire de notre bénéfice non commercial ne peuvent plus l'être ou sont plafonnées à des montants dérisoires, ce qui avec le gel du barème des tranches d'imposition risque fort d'en surprendre plus d'un. Personnellement, mon bénéfice s'est considérablement rapproché de mon chiffre d'affaire et me permet d'être un heureux contribuable de la tranche marginale des 30%.

En d'autres termes, avec un artifice comptable et en considérant que le revenu de mon foyer fiscal n'a pas considérablement changé depuis l'an passé, je me retrouve à devoir payer plus de dix mille euros d'impôt sur le revenu supplémentaire. Pour information, étant mensualisé et le calcul du montant de cette mensualisation ayant été fait par la direction générale des impôts sur la loi de finance valide lors du calcul de la dernière feuille d'impôt et non sur la dernière loi des finances votée, les appels sont faux du même montant. Quant aux défiscalisations du type Madelin, elles ne sont envisageables que lorsqu'on a encore de la trésorerie après avoir payé ses impôts. Personnellement, j'en suis à envisager un emprunt pour payer mes impôts, alors une défiscalisation Madelin, on repassera l'an prochain.

Aux dires de l'INSEE, je fais partie des 5% des français les plus riches. Pourtant, je ne fais pas de folies, j'ai un budget serré et, une fois que l'état est passé pour se servir sur mes comptes, il me reste juste de quoi ne pas terminer le mois à découvert. Je viens même de faire un calcul déprimant. Si je prends un mois de vacances (après tout, c'est un minimum pour qui travaille une grosse cinquantaine d'heures par semaine), je travaille exclusivement pour l'état français entre le 1er janvier et le début du mois de septembre. L'an passé, le même calcul me disait que je commençais à travailler pour moi au début du mois de juillet. Peut-être devrais-je prendre deux mois de vacances supplémentaires l'an prochain. Après tout, je ne gagnerais peut-être rien durant ces deux mois, mais au moins ne serait-ce pas de l'argent reversé immédiatement à l'état.

Je ne remercierai donc jamais assez nos amis socialistes qui viennent de réinventer le concept du bagnard et qui vont encore s'étonner que de plus en plus de gens vont aller prendre des adresses fiscales juste de l'autre côté de nos frontières. Des impôts, il en faut. Encore ne faut-il pas toujours taper sur les mêmes sous prétexte qu'ils ne peuvent pas se regrouper efficacement en syndicats.

 

Offre d'emploi

09.07.13 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvais esprit

Je suis actuellement le marché de l'emploi. À ce titre, je suis abonné à quelques services m'envoyant des offres d'emploi censées correspondre à mes attentes. Quelle ne fut pas ma surprise de recevoir il y a quelques minutes une offre d'emploi pour un poste de responsable de salle à l'hôtel Intercontinental de l'avenue Marceau à Paris.

C'est sans nul doute une offre tout à fait adaptée à mon CV. Pour ceux qui ne seraient pas au courant, j'ai un diplôme d'ingénieur, un mastère (ancienne mouture), un doctorat ès sciences et cela fait plus de quinze ans que je sévis dans des laboratoires de recherche.

Sans commentaire.

 

Delanoë, je te hais !

09.07.13 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Je hais les écolos, Je hais les politiciens

Cela fait bientôt quinze ans que j'habite à côté de la place de la République, à Paris. En quinze ans, ce quartier a considérablement changé. Pas en bien.

Il y a quinze ans, ce quartier n'était pas réellement un quartier populaire. Ce n'était ni Belleville, ni Ménilmontant, et, depuis lors, le prix du mètre-carré habitable étant devenu ce qu'il est, les classes moyennes et les jeunes ménages en ont été éjectés pour laisser la place à des bobos oisifs. Tout est maintenant fait pour eux. Outre le fait que ces nouveaux habitants n'ont pas besoin de beaucoup travailler pour vivre, ils se contrefichent ouvertement de ceux qui sont contraints à partir le matin pour gagner leur vie. Après tout, tout le monde n'avait qu'à faire comme eux, c'est-à-dire philosophe ou prétendu tel, poète, dealer, fils à papa ou pilier de bar à vin.

Je m'explique.

La place de la République, à Paris, était une place où la circulation était assez fluide avant que Bertrand Delanoë, contre l'avis de la majorité des habitants du quartier l'enquête d'utilité publique faisant foi, ne se préoccupe d'entraver la circulation. On y faisait le tour assez facilement même aux heures de pointe. Aujourd'hui, toute la circulation est contrainte d'un seul côté, les files se croisant allègrement et la fluidité étant réglée par le bal des feux rouges à un rythme d'environ trois véhicules toutes les deux minutes. C'est donc un immense progrès. C'est même tellement un immense progrès que la RATP et les taxis réunis ont obtenu un couloir de circulation du côté de la place qui devait être totalement piéton et qu'il a fallu modifier les sens de circulations de certaines rues pour éviter une congestion complète du quartier.

Et cette place qui contenait deux squares et des plans d'eaux avant que la mairie de Paris qui, je le rappelle, est tenue actuellement par des socialistes et leurs amis écologistes ne s'en occupe s'est vue transformée en un genre d'esplanade en pavés de pierre reconstituée, d'un gris indéfinissable et taché, tellement mal posés que les joints sont déjà cassés et bons à refaire. Après l'hiver prochain, pour peu qu'il gèle un peu, il y a fort à parier que tous les joints auront définitivement sauté.

Cette place est maintenant devenue un cagnard, du fait de la réverbération et de l'accumulation par ces pavés de la chaleur, et une source de nuisance pour les gens du quartier, puisque s'y retrouvent jusqu'à des heures indues des adeptes de musique sur la voie publique et de planches à roulettes qui sont visiblement à nouveau à la mode. C'est bruyant. Bien plus que ne l'était la circulation autour de la place. Mais ce n'est rien à côté de la scène qui a été installée pour des concerts. Hier, lundi donc, s'est tenu un concert avec force décibels puisqu'à plus de cinq cents mètres de la place, il était impossible de songer à dormir avec les fenêtres ouvertes. Que la mairie organise ce genre de sauterie, pourquoi pas. C'est assez cohérent avec Paris-Plage, Montmartre-Neige — ne rigolez surtout pas, un parisien a cru bon de se moquer de Paris-Plage et de ses nuisances par un courrier à la mairie de Paris et le projet est officiellement à l'étude ! — et d'autres événements festifs du même tonneau. Mais qu'elle organise cela le samedi soir, lorsque les parisiens qui ont encore la chance de travailler ne sont pas obligés de se lever tôt le lendemain matin. Paris est avant tout une ville pour ses habitants. Le touriste ou l'oisif n'a pas à y être roi sauf à vouloir à tout prix la vider de ses habitants.

Je n'ai donc pas peur de paraphraser Jacques A. Bertrand. Les maires de Paris et de ses arrondissements, ce n'est rien que des sales types !

 

Pauvres de nous

04.07.13 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Haines ordinaires, Monde de merde

Les américains, ceux des États-Unis d'Amérique, m'étonneront toujours. Pour être parfaitement exact, ils m'étonnent même de plus en plus. Je sais depuis assez longtemps qu'il s'agit du seul pays au monde à être passé de la barbarie à la décadence sans passer par la case civilisation, j'ai tout de même été assez surpris de la décision de FDA tombée hier soir. La décision, pas la FDA, malheureusement.

La FDA s'est permis de s'attaquer à un fromage français. Pas à un fromage dégoulinant et puant, non, à un fromage plutôt sec à patte cuite puisqu'il s'agit de la mimolette qui n'est toujours pas de Hollande. Le motif est pour le moins louche puisque d'après l'arrêté de la FDA interdisant l'importation de la mimolette aux États-Unis, je cite, « cet article semble être […] composé d'une substance dégoûtante, putride, ou décomposée, ou autrement inadaptée comme nourriture ».

Pourtant, aussi loin que je m'en souvienne, la mimolette sèche peut, à la limite, moisir, mais je n'ai encore jamais vu un morceau de mimolette se décomposer. J'aurais bien aimé avoir une photographie de l'objet du délit. Et même si ce bout de fromage était pourri, rien ne permet de généraliser à partir de ce seul exemple.

Je sais bien qu'il vaut mieux généraliser à partir d'un exemple qu'à partir d'aucun exemple du tout, mais si l'on va par là, sous prétexte que j'ai vu un jour dans une poubelle d'une chaîne de fast foods que je ne citerai pas un hambourger moisi, je peux aussi dire que tous les hambourgers sont formés d'un bout de viande hâchée incertaine entre deux tranches de pain caoutchouteux. Je pourrais aussi dire que tous les américains sont incultes puisque l'un des représentants de cette gloriseuse civilisation m'a demandé sans rire il y a une vingtaine d'années alors que je le cherchais à l'aéroport de Frankfurt si Adolf Hitler était toujours président de la république allemande (sic, malheureusement).

Recevoir des leçons de bon goût culinaire de la part des États-Unis m'a toujours fait sourire. Le sandwich aux frites, le pop corn agrémenté de coca-cola et le steak grillé passé à l'attendrisseur sont sans doute et de leur point de vue des sommets de la gastronomie mondiale. Maintenant qu'ils ont déclaré unilatéralement que la mimolette est inadaptée comme nourriture, j'attends avec une certaine impatience non dissimulée ce que la FDA va trouver à redire lorsqu'on lui enverra un morceau d'Époisse.

 

Cellulaire

03.07.13 | par Le Grincheux | Catégories: Grincherie en panne

Il y a très, très longtemps, j'ai travaillé comme ingénieur dans une entité qui s'appelait le GIE-Cofira, détaché là-bas par la direction technique de la SFR. C'était bien avant l'aventure de la tour de la Défense, à l'époque de la Générale des Eaux, lorsque les bureaux étaient disséminés dans le sud de Paris. Pour les plus jeunes d'entre vous, Cofira, c'était la Compagnie Financière du Radiotéléphone, alors propriétaire de SFR.

J'ai quitté ce poste il y a dix-sept ans et, depuis dix-sept ans, SFR n'a jamais mis son listing à jour et je payais encore mon abonnement GSM au tarif employé SFR. Autant vous dire que je veillais jalousement à ce qu'aucune virgule ne soit changée à mon contrat.

Or cette année, pour la première fois, une offre commerciale publique est devenue plus avantageuse que mon ancien contrat d'employé SFR. J'ai donc franchi le pas sans vergogne. Jusqu'alors habitué des téléphones Nokia puisque j'ai eu successivement un 8110, un 8910 puis un 6280, j'ai décidé de changer d'appareil pour bénéficier pleinement des 2 Go de données mensuelles. Non que j'éprouve un besoin physiologique de me connecter à des réseaux dits sociaux, mais je trouvais un côté pratique à pouvoir surveiller un serveur à distance au travers d'un client SSH sur un téléphone.

J'ai donc cherché un téléphone avec un clavier et un écran correct. Un clavier parce que j'ai horreur des écrans gras et des claviers virtuels qui occupent la moitié de l'écran. Un clavier correct parce que j'ai des doigts normaux et que je dois pouvoir l'utiliser sans appuyer sur deux touches à la fois. Et si ce clavier pouvait avoir les touches spéciales pour attaquer une ligne de commande d'un shell Unix, ce ne serait pas de refus. Dernier point, un système sous Android m'intéressait largement plus qu'un Windows quelconque ou qu'un Blackberry parce que je voulais pouvoir me connecter à mes propres serveurs de messagerie électronique. Android le permet, Windows est infoutu d'utiliser le protocole imap sur ssl sans se tirer une balle dans le pied et les Blackberry sont verrouillés sur leurs systèmes propriétaires.

J'avais sous la main un HTC Touch Pro, avec un Windows 6.1 totalement inutilisable (pléonasme), sur lequel j'ai réussi à installer un Android 2.2.2. Cela fonctionnait, cela ramait énormément, mais surtout, la gestion de la batterie était déplorable. Même branché sur son adaptateur secteur, ce téléphone arrivait à s'éteindre sur un défaut de batterie. De plus, avec une batterie neuve chargée à bloc, il peinait à tenir en veille plus de huit heures.

J'ai donc décidé d'en changer et je me suis mis en chasse d'un téléphone avec clavier coulissant. Le seul que j'ai réussi à trouver est un téléphone badgé SFR vendu chez SFR à moins de 10 €. À ce prix-là, sachant qu'il est fabriqué par ZTE, on n'en a vraiment que pour son argent. Quant aux autres fabricants, ils n'en proposent plus en Europe. Ce n'est pas qu'ils n'en fabriquent plus, ils n'en proposent plus en vente chez nous. Je me suis donc tourné vers les boutiques nord-américaines où j'ai pu trouver sans aucun problème et à un tarif défiant tout concurrence même en y incluant les frais de dédouanement un Motorola Milestone 3 XT860. Je ferai donc avec un clavier QWERTY qui a au moins le bon goût d'être complet. Et si la boutique canadienne m'a vendu un téléphone cellulaire, il est tout de même assez portable pour tenir dans une poche.

La seule chose qui me dérange est que je n'ai pas réussi à configurer le numéro de téléphone de la messagerie vocale. Il faudra que je m'y penche un peu plus.

Mais ce qui m'a réellement surpris, c'est que ce téléphone se connecte sur tous les réseaux mobiles à sa disposition. Hier soir, mes appels passaient sur le réseau Orange, ce matin, j'apparais comme un utilisateur de Bouygues Telecom. Dans la recherche des réseaux, je vois pourtant bien mon réseau naturel qui est celui de SFR. Vicieux comme je le suis, j'ai tenté une connexion de données et l'adresse IP qui apparaissait était bien une adresse IP d'un pool d'Orange, non de SFR.

Me demandant si je n'allais pas avoir une facture salée de la par de SFR avec du roaming, je viens d'appeler leur service technique. Visiblement, ils me voient comme utilisateur local de leur réseau donc cela n'ouvrira pas de facturation supplémentaire.

Je vais donc attendre la prochaine facture pour voir ce qu'il en est réellement. Mais si effectivement il n'y a aucune surtaxe, je crois avoir tiré le gros lot.

 

Pages: 1 ... 82 83 84 ...85 ... 87 ...89 ...90 91 92 ... 173