Les touristes, c'est rien que des sales types

09.01.13 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Haines ordinaires

Je hais les touristes. Vicéralement, je les fuis comme la peste. La mode étant aux marchés de Noël en Alsace, qu'est-ce que j'ai pu déguster en décembre dernier. Tout le mois de décembre à batailler pour avoir des billets de trains hors de prix le week-end et arrivé chez moi, je me retrouve avec des centaines, que dis-je, des milliers de touristes qui déambulent lentement dans des rues où il n'y a strictement rien à voir en beuglant des chansons à boire. Sans doute un effet collatéral du vin chaud. Il y en a même un qui m'a demandé sans rire où se trouvait le parking de la rape, ayant trop forcé sur le vin chaud pour se souvenir qu'il s'agissait en fait du parking du général Rapp… J'ai mis quelques longues secondes à comprendre ce qu'il me demandait, secondes durant lesquelles il me regardait en se demandant si je parlais bien français ou si j'étais complètement demeuré. Encore celui-ci parlait-il un langage qui s'apparentait à du français aviné. Souvent, ce sont des langues complètement bizarres et on a de la chance s'il s'agit d'allemand, d'anglais ou d'un quelconque langage proche et relativement connu.

Comme le pou est un parasite du cheveu, le touriste est un parasite des villes et autres lieux de curiosités. Il est l'ennemi juré de l'automobiliste puisqu'il peut se mettre à courir au milieu de la chaussée parce qu'il a vu le petit truc indiqué par son guide vert et qu'il cherchait depuis quelques minutes. Le touriste est toujours habillé de choses criardes et circule principalement en groupe. Le touriste seul cherche à se fondre dans la foule, à utiliser la conformation naturelle du terrain pour filer à l'anglaise et retrouver d'autres touristes. L'instinct grégaire sans doute. En hiver, il a un peu de mal à sortir sa casquette et ses tongs, mais il se croit intelligent en prenant son passeport et en mettant sa doudoune pour passer une journée en Alsace, et il n'est pas rare de voir le chef d'entre eux brandir un parapluie ou un quelconque bout de tissu au bout d'une perche pour signifier à sa troupe la direction à prendre.

En toute saison et nuit comme jour, le touriste est particulièrement bruyant et fait profiter aux indigènes sa joie insigne et ridicule d'être dans leur ville, montrant ainsi que si lui est en vacances, l'indigène est trop bête pour ne pas être en congés et devra, lui, reprendre le travail le lendemain malgré une nuit blanche constellée de chansons à boire et de bruit de déjections sauvages sur les trottoirs.

J'en arrive à me dire qu'il faudrait vérifier les identités des touristes à l'entrée de toutes les zones dites touristiques. Si un touriste ne se comporte pas correctement, on devrait pouvoir envoyer des équipes d'importuns quelques jours chez lui pour lui faire les pieds. Vous allez me dire que je ne suis pas charitable. Mais ai-je dit une seule fois que j'étais charitable ? Et ce n'est pas vous qui habitez dans une zone touristique !

 

Vacances !

21.12.12 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvais esprit

Il fallait bien que cela arrive un jour. Après plusieurs mois de dur labeur, le Grincheux va prendre quelques jours de vacances bien méritées.

Fig. 1 : bonne image de l'épuisement nerveux de l'administrateur système de ce site

Râler contre la bêtise crasse de ses contemporains, contre toutes les petites tracasseries ou les situations particulièrement ubuesques rencontrées tous les jours que dieu fait demande une énergie considérable. De temps en temps, il faut s'avoir s'arrêter pour mieux pouvoir repartir.

À toutes et à tous, bonnes fêtes de fin d'année et à l'année prochaine si l'apocalypse prévue ce soir n'a pas lieu.

 

Mariage pour tous, suite et pas fin

18.12.12 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Je hais les politiciens

Comme je l'annonçais ici il y a quelque temps, le mariage pour tous aboutira inéluctablement à l'adoption par des couples homosexuels, puis à la procréation médicalement assistée et enfin à la gestation pour autrui.

Lors de mon premier billet, on m'a gentiment signalé — tu parles — que ce n'était pas à l'ordre du jour. Pourtant, c'était une simple conséquence du droit français et, sauf à être parfaitement ignorant des mécanismes élémentaires du droit ou à être d'une mauvaise foi patentée, il n'était pas possible de l'ignorer.

Voilà donc que le gouvernement me donne raison en signalant qu'il ne s'opposerait pas à la procréation médicalement assistée. C'est un premier pas. Il semblait pourtant vouloir la refuser il y a encore quelques semaines. Attendons donc quelques jours encore et, en vertu du sacro saint principe d'égalité des droits, il faudra mettre sur la table la gestation pour autrui. Comment en effet refuser à un couple de gays ce qui sera autorisé à un couple de lesbiennes ?

Ce débat est navrant car il s'agit d'un débat de Tartuffes. Les associations LGBT veulent un droit inaliénable à l'enfant, c'est pour cela qu'elles ne veulent pas d'un PACS réformé. Pourtant, rien dans le code civil n'ouvre un droit à l'enfant. Cette notion n'existe même pas. Le gouvernement qui n'en rate pas une dit qu'il ne s'opposera pas à la chambre des députés. Et pour cause, il risquerait d'y avoir comme un problème de préséance entre le gouvernement et les députés, puis de droit entre les gays et les lesbiennes, puis entre les homosexuels et les hétérosexuels, problèmes qui risqueront de donner des migraines aux spécialistes du droit.

Comme ce point semble épineux, on revient sur la très belle notion du mariage pour tous. Que c'est généreux. Et comment faire passer ceux qui sont contre ce mariage pour tous pour d'affreux homophobes ou d'horribles réactionnaires. Les arguments raisonnables ne suffisant pas, on invoque qu'il s'agit de mettre dans la loi ce qui se fait déjà depuis de longues années.

Pourtant, la loi n'a pas à aviliser des faits. Elle est là pour dire ce qu'il est licite ou non dans une société donnée, ni plus, ni moins. Il ne viendrait à l'idée d'aucun député de remonter la limite d'alcoolémie au volant ou les limitations de vitesse sous prétexte que 5% des automobilistes roulent ivres ou dépassent allègrement les limitations de vitesse. Comme il ne viendrait à l'idée de personne d'autoriser les vols à l'arrachée parce qu'il y en a de plus en plus, qu'il n'y a pas plus de place dans les prisons et que ça donne trop de travail aux forces de l'ordre. Alors pourquoi essaie-t-on de justifier par un tel moyen ce mariage pour tous ?

La seule solution pour s'en sortir, finalement, ne serait-ce pas d'interdire le mariage à tous ? L'égalité serait respectée et tout le monde devrait être content. Enfin, tout le monde sauf les avocats spécialisés dans les divorces qui devront se reconvertir…

 

Exil

17.12.12 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur

Tout le monde a dû entendre parler des dernières frasques de notre Gérard encore national. Loin de moi l'idée de le défendre, je trouve plutôt ce que le personnage est devenu grotesque. Mais à force de n'entendre que des extraits de sa lettre, je suis allé à la pêche à l'originale que je vous trouverez sous ces lignes. Ce courrier est une réponse à notre premier ministre qui le traitait de minable à moins qu'il ne s'agisse de son attitude.

Voici donc sa réponse parue dans le JDD :

Minable, vous avez dit « minable » ? Comme c'est minable. je suis né en 1948, j'ai commencé à travailler à l'âge de quatorze ans comme imprimeur, comme manutentionnaire puis comme artiste dramatique. J'ai toujours payé mes taxes et impôts quel qu'en soit le taux sous tous les gouvernements en place. À aucun moment, je n'ai failli à mes devoirs. Les films historiques auxquels j'ai participé témoignent de mon amour de la France et de son histoire. Des personnages plus illustres que moi ont été expatriés ou ont quitté notre pays. Je n'ai malheureusement plus rien à faire ici, mais je continuerai à aimer les français et de public avec lequel j'ai partagé tant d'émotion ! Je pars parce que vous considérez que le succès, la création, le talent, en fait, la différence, doivent être sanctionnés. Je ne demande pas à être approuvé, je pourrais au moins être respecté. Tous ceux qui ont quitté la France n'ont pas été injuriés comme je le suis. Je n'ai pas à justifier les raisons de mon choix, qui sont nombreuses et intimes. Je pars, après avoir payé en 2012, 85 % d'impôt sur mes revenus. Mais je conserve l'esprit de cette France qui était belle et qui j'espère, le restera. Je vous rends mon passeport et ma Sécurité Sociale, dont je ne me suis jamais servi. Nous n'avons plus la même patrie, je suis un vrai Européen, un citoyen du monde, comme mon père me l'a toujours inculqué. Je trouve minable l'acharnement de la justice contre mon fils Guillaume jugé par des juges qui l'ont condamné tout gosse à trois ans de prison ferme pour deux grammes d'héroïne, quand tant d'autres échappaient à la prison pour des faits autrement plus graves. Je ne jette pas la pierre à tous ceux qui ont du cholestérol, de l'hypertension, du diabète ou trop d'alcool ou ceux qui s'endorment sur leur scooter, je suis un des leurs, comme vos chers médias aiment tant à la répéter. Je n'ai jamais tué personne, je ne pense pas avoir démérité, j'ai payé 145 millions d'euros d'impôts en quarante-cinq ans, je fais travailler quatre-vingts personnes dans des entreprises qui ont été créées pour elles et qui sont gérées par elles. Je ne suis ni à plaindre ni à vanter mais je refuse le mot « minable ». Qui êtes-vous pour me juger ainsi, je vous le demande M. Ayrault, Premier ministre de M. Hollande, je vous le demande, qui êtes-vous ? Malgré mes excès, mon appétit et mon amour de la vie, je suis un être libre, Monsieur, et je vais rester poli.

Gérard Depardieu

Il n'y a pas à dire, on l'entendrait presque parler.

Hier matin, Michel Sapin était l'invité du Grand Rendez-vous Europe 1- i>Télé-Le Parisien-Aujourd'hui en France. Le ministre du travail est revenu sur le départ de la France de Gérard Depardieu et sur la lettre adressée à Jean-Marc Ayrault en trouvant intelligent de déclarer que « c'est une sorte de déchéance qu['il] trouve dommageable », avant d'ajouter : « ce n'est pas adressé à la personne mais cela qualifie l'attitude. Quelqu'un qui gagne énormément d'argent doit payer beaucoup d'impôts. Payer des impôts ce n'est pas être sanctionné. La justice fiscale est difficile à supporter ».

C'est bien. Mon cher Michel, tu parles de justice fiscale. La justice fiscale, c'est effectivement de payer des impôts en fonction de ses revenus. On peut même débattre de la progressivité de l'impôt. Mais quant à dire que la justice fiscale est insupportable, voire comme ton compère Cambadélis qu'il était impossible de payer 85 % de ses revenus en impôts, c'est un peu osé. Tu oublies que l'ISF a été modifié deux fois en 2012 (année exceptionnelle qui fait qu'il est parfaitement possible d'atteindre ces 85 %) et tu oublies surtout tout ce qui est ponctionné sur les revenus d'un travailleurs non salarié.

Je ne vais donc pas parler du cas Depardieu puisque je ne connais pas sa comptabilité, mais du mien et juste du mien. Profession libérale vivant correctement, sans plus, je verse bon an mal an à l'état sous toutes les formes possibles et imaginables quelques 50 % de mon chiffre d'affaire hors taxe. Et je puis, mon cher Michel, te dire que je suis très loin du chiffre d'affaire de Gérard. J'ai même de la chance, la dernière fois que j'ai payé de l'ISF, c'était en 2005.

Tu oses parler de justice, mais la justice, c'est payer et ouvrir des droits. Comment vas-tu m'expliquer qu'en tant que profession libérale, je doive payer une assurance prévoyance qui me coûte plus du double de celle des statuts cadres et qui ne me prend en charge qu'au bout de trente jours d'arrêt de travail ? Je peux descendre à quinze jours, mais le tarif devient astronomique. Comment expliques-tu que je paie très cher le RSI qui ne m'apporte strictement aucune couverture ? Comment vas-tu justifier que la caisse de retraite complémentaire des professions libérales est l'une des plus chères et certainement celle qui offre le moins de retraite complémentaire ? Comment vas-tu justifier que je paie des impôts sur le revenu non sur 100 % de mes revenus, mais sur 125 % ? Parce que c'est cela aussi, la justice.

Et je ne parle même pas de la justice fiscale qui consiste à planquer son argent sous la forme d'œuvres d'art, parce, vois-tu, ça aussi, c'est minable.

Et des gens comme Depardieu, qui quittent actuellement la France, il y en a beaucoup. Parce que tout est fait dans notre beau pays pour les salariés de base, pas pour ceux qui essaient de créer de la richesse (petits patrons, artisans, professions libérales…). Pourquoi ? Parce que tous les organismes sociaux sont tenus par les forces représentatives syndicales qui sont principalement issues du salariat et du MEDEF, laissant pour compte tous les travailleurs non salariés qui sont entre les deux. D'un côté le salarié de base est jaloux de celui qui gagne un peu plus que lui, d'un autre, le MEDEF est anxieux de voir émerger une autre force.

Et si tu veux que ces gens-là ne partent pas juste de l'autre côté de la frontière, il faudrait peut-être instaurer un peu de justice fiscale et de justice sociale dans notre pays. Cela passe par les régimes sociaux et surtout, cela passe aussi par les modalités d'imposition qui sont tout sauf justes.

Enfin, pour toi, elles sont peut-être justes vues de ton petit bureau parce que tu n'es pas réellement concerné par ces injustices.

 

Courrier du jour

13.12.12 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur

Et un nouveau courrier de l'URSSAF. Une simple photocopie d'un courrier qui m'est pourtant adressé et j'avoue avoir été impressionné par l'efficacité de la Poste. En effet, ce courrier est arrivé en quatre jours malgré une adresse une fois de plus parfaitement folklorique. Sans doute la poésie de l'administration. Pas une seule fois, mon adresse est inscrite correctement sur leurs courriers. La question est maintenant de savoir où se trouve l'original puisqu'original il y a.

Cette fois-ci, plus de mise en demeure. Un simple décompte. Nous progressons puisque c'est justement ce que je leur demande depuis maintenant deux ans avec moult courriers recommandés.

Le courrier a été envoyé à ma comptable dès réception. Je suppose une fois de plus que ma comptable ne sera pas d'accord avec leur papier qui semble bricolé après coup puisque, si vous vous souvenez bien, l'URSSAF m'a demandé le contenu de cette ventilation il y a quelques semaines…

La suite au prochain épisode.

 

Pages: 1 ... 92 93 94 ...95 ... 97 ...99 ...100 101 102 ... 173