« QuarantaineGrève des baveux »

Évolution

02.03.20 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur

Je suis l'heureux propriétaire d'un Citroën Type 23-50 Robustacier. Un 23-50, c'est un authentique poids lourd fabriqué par Citroën sur un châssis datant de 1935 et carrossé par Heuliez qui faisait des choses remarquables avant que Marie-Ségolène Royal ne s'en mêle. J'avais acheté cet engin en 2003 parce que j'en avais assez de transporter dans la malle de la DS — la vraie, la 23ie — de l'outillage pour la restauration de ma masure. Les impondérables étant ce qu'ils sont, la vente de la maison a été refusée par les impôts alors que j'avais déjà commencé les travaux et je n'ai jamais pu utiliser l'engin pour les raisons pour lesquelles je l'avais acheté. Un passage devant la cour de cassation plus tard (procès gagné), il n'était en effet plus roulant puisque l'essence moderne m'avait cassé le haut moteur et qu'il devait passer chez le carrossier pour se refaire une beauté. Le moteur n'était pas un problème, il s'agit d'un 11-MI des plus classiques, mais le carrossier qui officie malheureusement toujours dans le coin de Besançon a toujours remis le chantier à plus tard. J'ai donc trouvé un autre carrossier qui, lui, avait envie de travailler, mais à l'autre bout de la France. Seul problème, il ne pourra commencer à travailler sur l'engin qu'en octobre 2020 pour une histoire de bail trop longue à expliquer ici. Bref, je suis toujours contraint de louer un véhicule dès que je dois utiliser un camion.

Évolution
Fig. 1 : nid de Type 23 Robustacier chez Heuliez

Ce week-end, j'ai donc été contraint de louer à nouveau un fourgon grand volume avec un hayon. Comparons donc un Iveco moderne avec un Robustacier sorti de chaîne en janvier 1964 sur un châssis datant de 1935.

  Iveco Citroën Type 23-50
Dimensions en mètres (L*l*h) 6,85*2,10*3,10 6,80*2,30*3,10
PV en tonnes 2,95 2,60
PTAC en tonnes 3,5 5
Charge utile en tonnes 0,55 2,4
Volume utile en mètres cube 20 34
Type de cabine classique avancée
Consommation en litres aux 100 km diesel : 20 (pied très léger, 15) essence (SP95) : 15 à 17
Boîte de vitesses mécanique, six rapports mécanique, quatre rapports non synchronisés

Concernant la boîte de vitesse, je dois signaler que les quatre premiers rapports des deux boîtes sont sensiblement les mêmes. Le fourgon Iveco peut donc rouler plus vite que le Citroën, mais sa consommation reste toute de même largement supérieure.

Nous pouvons donc constater qu'en soixante ans, il n'y a pas eu de progrès sensibles. Le confort du 23-50 n'a rien à envier à celui d'Iveco. Les seules choses en plus sont la climatisation automatique et le lecteur de CD. On pourrait parler de la direction assistée, mais celle du Type 23 étant à vis et secteur, elle n'a jamais réellement posé problème. Côté boîte de vitesses, celle du Citroën n'a officiellement des synchronisations que sur les 3e et 4e. Les six vitesses de son concurrent sont censées être synchronisées. Certes, mais sans un bon double débrayage, elles craquent tout de même et il faut aider la boîte.

Parlons du confort. L'Iveco est un tape-cul dont le confort n'est amélioré que par un siège sur suspension pneumatique. Pour le reste, ça secoue autant que l'antique Citroën avec ses ressorts semi-elliptiques. En terme de tenue de route, l'Iveco tient la route. Toute la route. Comme la caisse grand volume (mais faible poids) est bien carrée et posée sur le châssis au-dessus des roues, non seulement le centre de gravité est placé très haut et se ressent comme tel, mais il est aussi extrêmement sensible au vent latéral. Le Robustacier, au contraire, est plus ramassé et plus caréné, ce qui le rend nettement moins sensible au vent. La caisse du Type 23 est posée sur le châssis et non au-dessus des roues sur un faux-châssis.

Je n'ose même pas parler de la différence de volume utile et de charge qui n'est pas à l'avantage de l'engin moderne.

Alors oui, je roule certainement moins vite dans les côtes lorsque je dois tomber en 3e avec le Type 23. Mais pour tout le reste, dans le match Iveco moderne contre Citroën antique, ce n'est pas le fourgon moderne qui gagne !

 

Aucun commentaire pour le moment


Formulaire en cours de chargement...