« Les talonnettes de DyonisosGod'Art »

Carburants

23.08.10 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Mauvais esprit, Vieux con, Je hais les écolos

Je suis passé aujourd'hui devant une pompe à essence d'une marque que je ne citerai pas et qui faisait la promotion d'un carburant propre et écologique pour moteur Diesel. De qui se moque-t-on ?

Le moteur Diesel est un moteur fonctionnant à l'huile lourde, pas nécessairement avec une huile lourde issue du pétrole. Le moteur présenté à l'exposition universelle de Paris en 1900 fonctionnait même à l'huile d'arachide.

L'huile lourde utilisée aujourd'hui dans ces moteurs est un résidu de la distillation du pétrole. C'est donc tout sauf un carburant propre puisqu'il se compose de tout ce qu'il reste au fond de la colonne de distillation une fois qu'on a récupéré tous les composants volatiles dits nobles. C'est un vaste mélange de molécules organiques longues, diverses et variées, à la consistance visqueuse et à la formule chimique aléatoire. La conséquence immédiate est qu'il est techniquement possible de fabriquer une voiture à essence propre, aux émissions de dioxyde de carbone près, alors qu'il est impossible de faire la même chose avec un moteur à Diesel pour la simple raison que la composition du carburant est variable. Tout au plus peut-on rajouter des filtres à particules et plein d'autres choses pour faire croire qu'on ne pollue pas et bidouiller les chiffres pour montrer qu'un moteur à essence pollue plus qu'un moteur Diesel. C'est vrai, un moteur à essence produit essentiellement du monoxyde et du dioxyde de carbone et un moteur Diesel en produit très peu. Mais qu'est-ce qu'il produit comme quantités incroyables de particules fines (cancérigènes), de dioxyde d'azote et de composés soufrés !

Prétendre en comparant leurs émissions de dioxyde de carbone qu'un moteur à essence pollue plus qu'un moteur Diesel est indigne d'un raisonnement scientifique. C'est exactement la même chose que prétendre que la voiture électrique ne pollue pas en faisant l'impasse sur la création et le transport de l'électricité nécessaires à la charge des batteries. C'est tout aussi bête que de comparer des pommes et des bananes.

D'une part, le moteur Diesel n'est pas un moteur propre, au moins lorsqu'il est monté sur un véhicule routier où il change constamment de régime, et d'autre part, le carburant étant un résidu de la distillation du pétrole, il faut, pour vendre du carburant pour moteur Diesel, déjà avoir vendu de l'essence. Et on se retrouve dans la situation absurde d'importer en France du gasoil provenant des raffineries américaines auxquelles on vend notre surplus d'essence. C'est aussi pour cela qu'on essaie de niveler la qualité de l'essence vers le bas, l'SP95 étant au standard américain. Peut-être, mais le taux de compression des moteurs n'étant pas le même, si donner du SP98 à un moteur américain est donner de la confiture à un cochon, alimenter un moteur européen avec un carburant à 95 degrés d'octane est une aberration puisqu'il consommera plus de carburant que si on lui avait donné directement du SP98. Une histoire d'avance à l'allumage et aucun écologiste n'a encore compris cela !

Par ailleurs, l'une de mes connaissance travaille dans le bureau d'étude d'un grand constructeur français et m'a expliqué pourquoi ils essayaient d'orienter le consommateur vers des véhicules à boîtes ayant au moins six vitesses. Vers 1970, les véhicules se conduisaient principalement sur le couple. La courbe de ce couple en fonction du régime du moteur était très peu accentuée. Il faut savoir que la consommation est minimale quand le couple est maximal. La consommation d'un tel véhicule était, en première approximation, fonction de la vitesse. De nos jours, les moteurs sont tellement poussés que, d'une part, la puissance maximale est donnée à un régime très peu syndical et que la courbe de couple est beaucoup plus accentuée. Pour que les consommations affichées soient affriolantes, on bricole la boîte de vitesse pour que le couple maximal soit atteint juste pour les vitesses de mesure. On se retrouve donc avec un véhicule qui affiche fièrement 5l/100km à 90 km/h et qui dans les faits est plus proche des 8,5l/100km.

C'est ce qu'annonçait ma dernière voiture. Dans les faits c'était tout à fait autre chose. Lorsque j'ai fait la remarque à la concession Peugeot — zut, j'avais promis de ne pas dire le nom ! —, on m'a répondu que je devais rouler n'importe comment.

Cette réponse en vaut une autre. Mais j'aimerais simplement qu'on m'explique comment il se fait qu'avec une voiture de 1975, de même poids et même puissance que cette Peugeot, je ne consomme que 10l/100km à 90 km/h sur un parcours routier. Vous me direz que la Peugeot gagne car ne consommant que 8,5l/100km et ayant la climatisation. Je vous rétorquerais que celle de 1975 tourne au SP98 alors que la Peugeot fonctionne au Diesel, donc dans le rapport de vitesses des deux moteurs, c'est bien l'antiquité qui gagne, d'autant que l'antiquité, si elle n'a pas de climatisation, détourne une partie de la puissance du moteur pour la suspension, la direction assistée, le freinage et la boîte de vitesses.

Le marketting a encore fait son œuvre. D'une part, il nous fait croire que le moteur Diesel pollue moins qu'un moteur à essence, mais il nous fait aussi croire que les voitures anciennes polluent plus que les voitures récentes. Pour le bas de gamme, c'est certainement vrai. Dans le haut de gamme, c'est trivialement faux. Mais tout le monde est content, les constructeurs, parce que ça fait vendre en leur donnant une étiquette verte et responsable, les clients, parce qu'ils sont contents d'acheter un véhicule neuf qui polluera tout autant, et les écolos, parce que ceux-ci n'ont toujours rien compris à l'écologie. D'ailleurs que deviendrait l'écologie si un jour un écologiste se mettait à réfléchir ?

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

 

4 commentaires

Evaluations des utilisateurs
5 étoile:
 
(2)
4 étoile:
 
(0)
3 étoile:
 
(0)
2 étoile:
 
(0)
1 étoile:
 
(0)
2 notes
Evaluation moyenne des utilisateurs:
*****(5.0)
Commentaire de: oloc
oloc
*****

Ah merci vraiment pour cette tentative de réhabilitation des moteurs à essence. Je passe toujours pour un léger débile avec ma Vectra GTS essence :-) En dehors de toute considération écologique, le plaisir des montées en régime, la sonorité, font qu’on a réellement l’impression de conduire plutôt que de se caler bêtement en 5e sur le régulateur et de tourner le volant. Plutôt crever que de rouler en Scenic diesel :-)

(Autre chose, j’ai tenté d’installer Haiku version Alpha2 dans une Virtualbox, mais ça a échoué à la fin de l’install. Tu pourrais peut-être nous en dire plus sur ce système)

23.08.10 @ 15:08
Commentaire de: Le Grincheux

Une Vectra GTS essence ? C’est une voiture de jeune, ça… Moi, c’est beaucoup plus prosaïquement une DS23 Pallas à injection électronique munie de son moteur rugueux et agricole… En termes de comportement, je ne vois donc pas vraiment la différence entre un Diesel moderne et ce moteur et mon coup de gueule était juste sur le carburant et le fait qu’on fasse prendre aux gens, qui ne comprennent pas forcément la différence, leurs vessies pour des lanternes.

En ce qui concerne Haiku, comment dire ? J’ai installé la chose dans qemu sans trop de problèmes il y a quelque temps. Je vais peut-être m’y replonger dans un avenir plus ou moins proche, une fois que j’aurai définitivement tordu le coup à OpenBSD qui n’honore pas siginfo_t. En fait, je crois que je hais profondément OpenBSD et les choix de ses développeurs… Émuler le comportement de siginfo_t en userland est vraiment un boulot ingrat ! Et qu’on ne me dise surtout pas que c’est compliqué à faire dans le noyau alors que toutes les informations y sont !

Revenons à Haiku. Pour moi, cet OS a un problème de conception indépendamment de ses qualités : on n’écrit pas un OS avec un langage objet. À ma connaissance, les sources sont écrites en C++ et je ne vois pas comment on écrit un code efficace pour un OS sans passer par un langage impératif ou fonctionnel.

J’en dirai plus lorsque je tenterai une réinstallation d’Haiku.

23.08.10 @ 15:56
Commentaire de: TuxMips
TuxMips
*****

Bonjour,
Je reviens sur cet article. En effet je suppose que vous avez vu le projet d’interdiction de rouler des voitures datant d’avant Octobre 1997 dans certaines villes comme Paris. J’ai une Nissan Serena 1.6l slx essence qui a 160.000km. Mon concessionnaire m’a indiqué qu’un chauffeur de taxi parisien avait poussé la sienne à 450.000 km. Autant dire que je vais mettre à la casse une voiture neuve impeccablement entretenue jusqu’à maintenant.
Voilà cela me rends triste car je suis persuadé qu’elle pollue moins que la dernière voiture diesel ultra propre machin de chez ….[n’importe quelle marque]

08.04.11 @ 09:29
Commentaire de: Le Grincheux

Oui, j’ai vu. Ce projet n’a pu voir le jour que dans le cerveau malade de politiciens désœuvrés. Je me souviens avec émotion d’une contre-visite de contrôle technique que j’ai dû faire à Brive-la-Gaillarde parce que la vérification anti-pollution donnait un résultat meilleur que celui d’une voiture moderne alors que je me pointais avec ma DS23, certes à injection électronique, mais avec un bloc moteur issu en droite ligne de la Traction-Avant, soit un moteur étudié au début des années 1930… Le moteur tout bête, culbuté, rugueux et agricole et dont la conception accusait alors plus de soixante-dix ans d’âge.

Actuellement, j’envisage de changer de véhicule. Je garde la DS, je ne suis pas fou. Je cherche un véhicule à essence. Je m’aperçois avec une certaine angoisse amusée que la consommation d’un véhicule à essence moderne est rigoureusement la même que celle de ma BX qui va sur ses vingt-et-un ans de bons et loyaux services. J’aimerais qu’un politicien de base m’explique sans rigoler comment un véhicule de 21 ans pollue plus qu’une voiture moderne à consommation par ailleurs égale. Et qu’on ne me parle surtout pas d’accessoires anti-pollution comme les pots catalytiques qui sont une vaste fumisterie dès lors qu’on ne sait pas comment les recycler. Ça change juste la pollution de place sous le vieux principe du “cachez cette pollution que je ne saurais voir". À partir du moment où un litre d’essence restera un litre d’essence, la combustion de ce litre d’essence dans l’atmosphère produira autant de polluants que cette combustion se passe dans un moteur de cinquante ans ou dans un moteur récent. J’ai bien dit à consommation égale, parce que c’est là que se fait la différence. Entre une 2CV de trente ans qui consomme 5 litres aux cent kilomètres et un 4x4 flambant neuf qui en consomme 25, mon choix est vite fait.

Quant à remplacer de vieilles voitures à essence qui ne polluent que peu (parce que jusqu’à preuve du contraire, le principal gaz émis est le CO2 qui n’est pas un polluant au sens strict du terme) par des véhicules mazoutés qui émettent eux des polluants magnifiques comme des particules, c’est juste pathétique.

08.04.11 @ 10:13


Formulaire en cours de chargement...

Juin 2021
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
 << <   > >>

Le carnet du grincheux

(Mauvaise) humeur du Grincheux

Outils utilisateur

    Rechercher

    powered by b2evolution free blog software