Le vrai visage des gens

26.03.20 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Monde de merde

La crise sanitaire actuelle aura au moins eu un avantage. Elle nous aura au moins permis de voir le vrai visage des gens, ce qui permet de comprendre pourquoi ce pays en particulier et le monde va aussi mal. J'avoue humblement que même si je n'avais pas, jusqu'alors, une très haute estime de mes frères humains, j'ai été désagréablement surpris.

Il y a tout d'abord les sycophantes. On trouve parmi eux les adorateurs béats de Didier Raoult qui ont perdu tout esprit critique, toute démarche scientifique dès qu'on ose discuter des travaux pseudo scientifiques du gourou. Que le français moyen ne comprenne rien à ces études ne me choque pas outre mesure. Mais lorsqu'on commence à discuter avec des médecins ou des scientifiques qui, a priori, possèdent le bagage théorique nécessaire pour analyser les publications, on se prend à avoir peur. On a beau leur expliquer, leur démontrer que ses travaux ne tiennent pas la route scientifiquement parce que la démarche scientifique ne consiste pas à valider ce que l'on croit, mais à démontrer que l'on ne peut pas observer ce que l'on veut en l'absence de ce que l'on croit. On peut leur mettre sous les yeux une étude bien mieux ficelée qui réfute les résultats miraculeux du bon docteur, rien n'y fait. Le fonctionnement est sectaire, Raoult a raison contre l'ensemble de ses pairs qui sont tous des imbéciles. généralement, la discussion s'achève par une bordée d'insultes de la part des séides raoultiens.

Je ne vois pour ma part qu'une seule explication. En ces temps troublés, l'homme a pris conscience de sa fragilité et il lui faut absolument un espoir pour continuer à vivre. En d'autres temps, cet espoir étant dans la religion ou dans la science, aujourd'hui, elle se situe dans la foi dans l'hydroxychloroquine même si les gens sérieux savent qu'elle n'améliore en rien l'état des patients sur une étude effectuée en double aveugle. Mais je ne sais pas pourquoi, je pense qu'on va en arriver à administrer cette molécule en comptant sur l'effet placebo puisqu'il fonctionne tout de même dans un certain nombre de cas non négligeables. Dans ce cas, pourquoi ne pas donner de l'Oscillococcinum à tout le monde ? Les effets secondaires sont moindres puisqu'on ne note que l'apparition de diabète à très haute dose et qu'on est très exactement dans la vocation thérapeutique du produit.

Mais il y a encore plus grave. Je suis libéral dans l'âme. Je considère donc que chacun est responsable de ses choix, que chacun doit les assumer et que l'état ne devrait être là que pour assurer cette liberté à l'ensemble de la population. Or ce que je peux lire depuis une quinzaine de jours dans les publications des libéraux français me navre. Beaucoup sont contre le confinement parce que cela nuit à leur sacro-sainte liberté. Ceci n'est plus du libéralisme mais de l'anarcho-capitalisme.

Le libéralisme, c'est la liberté pour soi, mais c'est aussi la liberté pour les autres de ne pas être gênés dans leur propre exercice de leur liberté. En d'autres termes, si le confinement m'empêche de circuler librement, s'il entrave ma liberté, il permet aussi à l'autre de garder sa liberté qui est d'être volontairement ou non contaminé par le virus circulant actuellement, d'autant que je ne peux lui garantir de ne pas le lui transmettre même involontairement.

La sagesse populaire indique que la liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres. C'est vrai. Et c'est sans doute pour cela que le libéralisme a mauvaise presse en France, parce qu'il n'y a que très peu de vrais libéraux. Il y a des individualistes forcenés, des anarcaps, des minarchistes, mais très peu de vrais libéraux.

La liberté, en quelque sorte, c'est l'esclavage, puisqu'elle consiste aussi à ne pas nuire à autrui pour qu'il puisse bénéficier de sa propre liberté. Beaucoup de libéraux de salon devraient réfléchir à ce point.

 

Massacre

26.03.20 | par Le Grincheux | Catégories: Je hais les politiciens

Je commence à en avoir plus qu'assez, mes oreilles saignent. Je sais bien que la langue française est assez particulière pour devoir écrire que ces grandes orgues sont les plus belles des plus beaux sauf à vouloir pratiquer sa langue comme un cochon, mais suis-je le seul à tiquer légèrement sur les néologismes actuels ?

Le coronavirus nous a heureusement sevré des « féminicides ». Heureusement, parce qu'en Français, on parle d'uxoricide, bande de flapis décérébrés !

Quant aux « gestes barrière », est-ce que le mot prophylaxie vous parle ? En plus, c'est bien, un nouveau mot qui permet au Scrabble de caser en même temps un x et un y !

 

Des stats et des médecins

24.03.20 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Matheux pervers, Je hais les politiciens

Lorsque je dois me faire soigner, je vais voir un médecin. Alors que les médecins laissent en retour les statisticiens travailler. Ces deux métiers sont différents et les médecins, fussent-ils professeurs de médecine, ne savent vraiment pas faire des statistiques.

On lit depuis quelques jours que la chloroquine — à moins qu'il ne s'agisse d'hydroxychloroquine — soigne le Covid19. Des gens se ruent par centaines à l'hôpital de Marseille pour recevoir ce produit, heureusement délivré aujourd'hui sous ordonnance en raison de sa dangerosité même comme antipaludéen à titre préventif. Cela n'est pas réellement sérieux et montre que l'homme a besoin d'un messie.

Plusieurs choses me dérangent aux entournures. Le professeur de médecine en question et dont je tairai le nom prétend qu'il agit dans l'urgence et qu'il est impossible de faire des études correctes rapidement. C'est se moquer du monde puisque certaines équipes y arrivent sans problème. Certaines arrivent même à faire passer en urgence leurs papiers dans des revues à comité de lecture. Prétendre le contraire est se moquer du monde.

Loin de moi l'idée de trancher définitivement sur l'intérêt thérapeutique de la molécule, sur son bénéfice/risque ou sur son efficacité. La question n'est vraiment pas là. Le problème est d'avoir une médiatisation à outrance sur une document publié par un chercheur refusant de passer par les circuits classiques de reviewing et faisant de la communication sur Youtube. Qu'il ait raison ou tort importe peu, c'est sa démarche qui est contestable car rien n'est scientifiquement prouvé. Plus exactement, un papier relativement ancien permet de montrer qu'in vitro la chloroquine permet une amélioration dans certains cas. Rien n'a jamais été montré in vivo.

Mais arrêtons-nous simplement sur les statistiques du papier du bon docteur. Ceux qui me connaissent savent que j'ai été enseignant dans le supérieur et que, parmi les cours que j'ai pu donner, se trouvait un cours de statistiques. Oh, pas des statistiques très évoluées, des statistiques pour des ingénieurs qui allaient faire du traitement du signal, mais cela me permet de voir assez rapidement quand on me fait passer des vessies pour des lanternes et cela me permet de qualifier une étude surtout lorsque c'est une blague, une grosse blague.

Pourquoi qualifié-je cette étude de grosse blague ? Pour tout un tas de raisons. La première est que l'on fait des statistiques, pas du dénombrement. Il serait bon que les pontes de la faculté, une bonne fois pour toute, fassent la différence. On ne calcule pas une probabilité ou une statistique de la même façon lorsqu'on veut voir une amélioration ou une détérioration. Là, on nous la fait à l'envers, erreur classique des débutants. Mais c'est loin d'être le seul grief :

  1. La méthodologie est très légère. L'échantillonnage est très faible puisqu'il est de trente-six patients sur quarante-deux initiaux. Il y a en effet un critère d'exclusion à six jours sur une histoire d'absence de suivi. Je ne sais pas quoi dire, on retire 15% brutalement sous prétexte qu'on les a perdu de vue ! On n'est plus vraiment dans le trait de crayon !
  2. Vingt-six patients forment le groupe HC (hydroxychloroquine) et sont traités dans un même institut. Pourquoi pas. Mais les patients contrôle ne sont pas dans le même centre. Ils sont situés dans quatre centres autour de Marseille et ne sont pas exposés au même protocole de soin. Deux problèmes : sont-ils contaminés par exactement le même virus (pour rappel, il s'agit d'un coronavirus donc d'une saleté qui mute très vite) et comment ont-ils été sélectionnés ? Visiblement, ils ont été sélectionnés au doigt mouillé, au pif, parce qu'ils avaient six jours de suivi. Visiblement les patients contrôle sont au nombre de seize. Seize patients, pour la randomisation, c'est un tantinet rapide et expédié.
  3. Il y a des perdus de vue. Tenez-vous bien, dans le groupe HC, il y en a six. Là, il faut regarder de près. Sur les six perdus de vue, il y a trois transferts en réanimation. Ainsi, on a perdu de vue trois patients qui ne pouvaient pas s'échapper puisqu'en soins intensifs. Il y a aussi eu un mort qui à jour+2 était négatif au test PCR — ce qui prouve que soit l'hydroxychloroquine est efficace, soit que le test indique des faux négatifs, soit encore que la charge virale n'est qu'un facteur aggravant —, un patient reparti chez lui et un dernier qui avait des nausées après traitement par le produit et qui était toujours positif au test PCR. Vous avez bien lu : un négatif PCR est mort sans que personne ne cherche le problème méthodologique. Il peut s'agir d'un simple biais ou d'un problème bien plus grave de méthodologie.
  4. Il est impossible mathématiquement parlant de comparer des variables quantitatives avec le test du t de Student avec des nombres aussi faibles de patients. Dans le jargon, on dit qu'on est dans l'herbe, dans le bruit de mesure, avec une erreur importante. Visiblement, cela ne dérange pas nos éminences.
  5. Il y a, lorsqu'on creuse un peu, des différences énormes (des biais) entre la population HC et celle de contrôle. Les patients contrôle étaient plus jeunes (37 ans contre 51 dans la population HC), si bien qu'on ne peut avoir aucune idée de savoir si leur charge virale était plus importante ou non car la variable de charge virale est un mélange de variables quantitatives (le taux de virus dans les prélèvements) et de variables catégorielles (positif ou négatif au test PCR). Cela n'a aucun sens puisqu'on mélange des pommes et des poires.
  6. Le groupe HC est en fait un mélange entre des patients soumis à une prescription d'hydroxychloroquine seule et de six patients prenant en plus de l'Azythromycine. Que cherche-t-on à prouver avec cela outre le fait qu'on ne sait toujours pas faire des statistiques correctement ?
  7. À la fin de l'étude, on conclut que la charge virale baisse plus pour le groupe HC que pour le groupe contrôle. Vingt contre seize en faveur du groupe contrôle, là encore, on est dans l'herbe.

Conclusion : trois patients en réanimation, un mort, une intolérance, un parti à domicile en étant positif au test PCR contre aucun mort, pas de réanimation et une bonne tolérance dans le groupe témoin.

Par ailleurs, l'absence d'étude en double aveugle ne permet pas de retirer de l'équation l'effet placebo dont tous les praticiens s'accordent à dire qu'il est responsable de 30% de l'efficacité d'un traitement. Mazette !

Oui, vous avez bien lu. C'est donc une blague, une vaste blague. La valeur de cette étude est nulle. Dans aucune revue sérieuse avec des reviewers faisant leur travail, elle ne pourrait passer. Je sais à peu près de quoi je parle puisque j'ai été reviewer de longues années pour certaines revues IEEE. Sa médiatisation est absolument incompréhensible sur le plan scientifique et, lorsque l'équipe qui a fait cette étude commence à mettre les patients sous hydroxychloroquine pour des raisons éthiques et de serment d'Hippocrate (sic), cela donne plus une indication sur leur quête de gloire que de vérité scientifique.

Les membres de cette équipe font un pari avec une molécule dont les effets secondaires sont loin d'être anodins, peut-être sur une intuition. Cette pseudo-étude est reprise partout, dans beaucoup de pays. Elle repose pourtant sur du vent scientifiquement parlant.

Hier soir, au journal télévisé de TF1, un urgentiste a dit ouvertement ce qu'il pensait de ces expérimentations, je ne suis pas sûr que le message soit bien passé puisque ce matin, la communication du ministre de la santé indique que, avec l'accord unanime des médecins, ce traitement pourra être donné aux patients.

Sans commentaire.

Objet du délit :   1-s2.0-s0924857920300996-main.pdf

Autre article traitant du sujet. Encore un dernier pour la route.

 

Si ce n'était pas con, ce ne serait pas un règlement !

20.03.20 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Haines ordinaires

Mon comptable n'ayant pas fait le travail pour lequel il est payé, grassement, je n'ai pas pu faire l'assemblée générale d'approbation des comptes de 2018 ni, par conséquence, les déposer. J'ai donc été convoqué devant le tribunal de police le 30 mars courant pour me faire tirer les bretelles avec à la clef une amende de 1500 €.

Le procureur du coin n'a visiblement que cela à faire. Je dépose scrupuleusement mes comptes tous les ans pour toutes mes entreprises depuis 2003. Certaines années, j'ai l'accusé de réception mais d'après le greffe les comptes n'ont pas été déposés, preuve qu'ils font vraiment bien leur travail. Certaines années, j'ai même eu le droit à une absence de dépôt alors même que le greffe a pris soin de débiter mon chèque. Sans doute l'effet du « en même temps » gouvernemental. Un voisin n'a jamais déposé ses comptes et son entreprise fonctionne avec un actionnaire décédé depuis douze ans, ça ne semble pas déranger notre charmant procureur. Mais moi, la première fois que je ne peux pas déposer mes comptes en raison d'un cabinet comptable déficient, je me prends une convocation.

J'ai naturellement indiqué à mon cabinet comptable que j'engagerai sa responsabilité si, d'aventure, les choses tournaient mal.

Lorsque ce cabinet comptable a entendu que j'engagerai sa responsabilité, il a décidé de produire la plaquette que j'aurais dû déposer l'an passé. Naturellement en l'antidatant au 7 janvier 2019 histoire de pouvoir dire que, vous voyez Monsieur le Procureur, nous avions bien fait notre travail et nous ne sommes pas responsables. Or elle fut produire devant moi fin février 2020. C'est dommage parce que j'ai la preuve que le 7 janvier 2019, le bilan comptable ne pouvait être prêt. Lorsqu'on antidate des documents, il vaut mieux ne pas les antidater n'importe comment parce que là, j'ai de quoi engager la responsabilité du cabinet comptable sur un faux en écriture. C'est d'autant plus dommage que j'ai aussi des courriers du service des impôts des entreprises qui me rappelle à l'ordre, certaines déclarations étant faites bien tardivement. J'ai un souvenir ému d'une déclaration d'impôt sur les sociétés qui a eu plus de six semaines de retard !

Je vais donc à la Poste (souvenez-vous de l'épisode d'hier) pour envoyer un recommandé au greffe du tribunal. Naturellement, il s'agit d'un recommandé urgent. Je me fais éconduire comme un malpropre, la poste n'acceptant pas de courrier recommandé parce qu'elle est en situation d'urgence. Mais des courriers simples, pas de problème, vous les mettez dans la boîte dehors. Est-ce que je peux vous acheter un timbre ? Non, nous sommes en situation d'urgence.

Bon, certes, mais alors, si vous n'avez rien à faire, vous allez m'expliquer pourquoi vous êtes cinq avec des masques… Si c'est pour répondre ce genre de chose et ne pas faire votre travail, autant fermer le bureau et rester chez vous.

Je leur remets aussi un courrier qui est arrivé par erreur chez moi (même nom de famille, mauvaise localité, mauvaise rue, bref, seul le nom était identique au mien.), je me fais engueuler — il n'y a pas d'autre mot — parce que ce serait à moi d'aller l'apporter à la bonne adresse. Parfait, vous me prenez pour un imbécile, je vous laisse le courrier sur votre comptoir, vous en faites ce que vous voulez. Je ne suis pas responsable de vos erreurs et je ne vais pas aller à 10 km pour remettre ce courrier à son destinataire. Il n'y a pas cela sur l'attestation de déplacement dérogatoire.

Mais revenons à mon recommandé. Je peux envoyer un courrier simple à ma voisine. La poste va le traiter. Le courrier simple à ma voisine n'a a priori aucune caractère d'urgence. Sauf naturellement s'il s'agit de lui notifier un départ de feu de cheminée et que je suis trop confiné pour aller frapper à sa porte.

Mais je ne peux pas envoyer un courrier urgent et nécessitant un accusé de réception pour une procédure en cours. Parce que ce n'est pas urgent aux dires de la Poste qui, de toute façon, se contrefiche des conséquences.

Pire, je pensais que le refus de recommandé était pour protéger les facteurs. Même pas puisqu'il est possible d'envoyer des recommandés en enveloppes prépayées, naturellement en rupture de stock et limitées à 50 g, ce qui n'aurait pas été suffisant, mon pli faisant 99 g, enveloppe comprise.

Certains jours, je souhaite que le monopole du courrier explose en France, qu'on puisse enfin passer à un service de qualité. J'admets que l'on doive se confiner, j'ai parfaitement conscience des risques. Mais j'aimerais que l'on m'explique sans rire la différence de risque entre un courrier classique et un pli recommandé.

 

Avoir la poisse, c'est un art !

19.03.20 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur

Je suis confiné comme tout le monde. J'ai pourtant dû, en tant qu'indépendant, me faire une autorisation à moi-même pour aller poster un recommandé urgent. Direction, le bureau distributeur et non la petite poste de mon village, en ces temps troublés, c'est plus prudent.

Et j'y suis allé avec la 2CV, ma XM étant bloqué chez le garagiste pour quelques menus travaux ainsi qu'un contrôle technique. N'ayant pas eu de nouvelles, je considérais cette voiture perdue jusqu'à la fin du confinement.

Je disais donc être allé au bureau distributeur pour trouver porte close. Qu'à cela ne tienne, je corrige mon autorisation de sortie pour aller à un second bureau distributeur, lui aussi fermé, mais qui avait la bonne idée d'indiquer l'adresse du bureau de poste ouvert le plus proche. Je m'y rends. Ou plutôt devrais-je écrire, j'essaie de m'y rendre. En effet, dans une longue descente, j'entends le « plop plop » caractéristique d'une bougie ayant décidé de vivre sa vie hors de la culasse en aluminium du moteur de la 2CV. Pas de problème, j'ai toujours un bout de caisse à outil pour ne pas être pris au dépourvu. Lorsqu'on roule en 2CV, en DS23ie ou en Type23, il faut bien cela. Pourtant, j'arrive encore à me faire surprendre, même par une pièce aussi peu subtile qu'un rupteur.

Moteur chaud, impossible de reposer la bougie. Je vais chercher la clef à bougie et je me rappelle que j'avais sorti la clef à bougie de la voiture récemment. Coup de téléphone à madame en lui expliquant où se trouvait cette fichue bougie et qu'il serait bon de me l'apporter. Heureusement, je n'étais pas très loin, cinq ou six kilomètres à vol d'oiseau. Une autorisation de sortie signée plus tard, elle m'apporte cette clef à bougie. Je tente de poser la bougie à la main, le moteur ayant refroidi et je m'aperçois qu'elle bouge étrangement. Je la visse au maximum, toujours à la main, puis je sors ma clef à bougie pour terminer. Là, cette fichue bougie tourne dans le vide. Filetage foiré.

 objet du délit
Fig. 1

Il paraît que c'est un grand classique. À titre personnel, c'est la première fois que ça m'arrivait.

Je suis donc bon pour un camion-plateau. Je téléphone à mon assurance qui envoie au dépanneur que je connais (il s'agit de mon garagiste habituel) un ordre de mission comportant une adresse à l'autre bout de la France. On perd une heure. Finalement, à force de téléphoner à l'assurance et au garagiste, tout ce petit monde se synchronise et un plateau arrive pour me récupérer.

J'apprends tout à fait par hasard que ma XM est prête. Je pars donc déposer la 2CV avec le plateau pour repartir avec mon tank qui vient de passer haut la main son contrôle technique avec un résultat vierge. Pas mal pour une voiture de 23 ans aux cerises.

C'est donc moins pire que je ne m'y attendais puisque j'ai au moins un véhicule pour circuler. Entre temps, il faudra tarauder la culasse pour y rajouter un support de bougie en acier rapporté. On croisera les doigts pour que l'autre bougie ne me fasse pas le même coup trop rapidement.

 

Pages: 1 2 3 ...4 ... 6 ...8 ...9 10 11 12 ... 193