Les zélotes de Gandalf

05.04.20 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur

Si nous vivons une période résolument moderne, on ne peut pas réellement dire à l'instar de Philippe Meyer que le progrès fait rage. En effet, la crise sanitaire que nous traversons met à jour les plus bas instincts des hommes et tire un trait sur plus de cent cinquante ans de méthodologie scientifique. Accessoirement, il est intéressant de constater que, même dans des agglomérations votant bien à gauche depuis des lustres, le règne du chacun pour soi devienne une sorte de règle tacite, bien avant le bien général. Combien parmi mes connaissances parisiennes fustigent ceux qui ont pu partir avant le confinement généralisé (parce que c'est une fuite devant l'ennemi), en se considérant courageux de rester (parce qu'ils n'avaient pas le choix) tout en se sentant obligés de sortir de chez eux pour des motifs scabreux (pratique sportive…) et en étant convaincus qu'une telle petite entorse d'une heure par jour n'aura aucune conséquence ? J'espère en tout cas que ceux qui habitent dans des immeubles modernes ont bien pensé à boucher les trappes des ventilations mécaniques passant d'un appartement à l'autre, vous savez, ces trappes qui permettent à un appartement de bénéficier des odeurs de friture ou de soupe aux choux de l'appartement d'à-côté.

Outre les incohérences humaines ayant de forts relents de lutte des classes refoulée — les riches peuvent partir au vert avec leurs gens (sic) alors que nous, les pauvres, sommes contraints de rester – qui ne rendent pas optimiste, il y a un autre sujet que je trouve personnellement beaucoup plus gênant. Avec cette crise sanitaire est arrivé un sauveur. Et avec tout nouveau messie arrivent malheureusement ses zélotes.

J'arrive à comprendre que l'homme ait peur de la maladie, peur de la mort. Depuis la nuit des temps, l'homme a créé des légendes pour se faire peur et des dieux pour se rassurer. Parfois des dieux à la fois pour se faire peur et pour se rassurer. Pourtant, depuis cent cinquante ans, la méthode scientifique a fait ses preuves. Cette méthode n'a pas pour but de remplacer un dieu ou une croyance, elle n'est pas elle-même une religion, mais elle permet d'acquérir le plus efficacement possible la connaissance du monde qui nous entoure. Depuis la fin du XIXe, il nous semblait que c'était un fait établi. Pourtant, en quelques semaines, tout l'édifice a été mis à mal. Il a suffi à Gandalf, nouveau messie de Marseille de se lever, de faire de la communication pour que cet édifice patiemment construit se lézarde, aidé par des zélotes qui ne comprennent souvent rien à rien.

En aparté, je dois évoquer ici la discussion que j'ai eu avec l'un de ces zélotes qui comparait Gandalf à Einstein. Gandalf est un incompris comme Einstein parce qu'il penserait selon un nouveau paradigme. Ah bon? Peut-être, mais Einstein n'a jamais été le révolutionnaire que l'on présente aujourd'hui. Einstein était un ingénieur tout à fait moyen mais il s'agissait d'un excellent observateur. Il fonctionnait par analogies. En particulier, il a pensé, un jour après un repas copieux — ce sont ses biographes qui l'affirment —, que lorsqu'on était dans une boîte totalement fermée et opaque, on n'avait aucun moyen de savoir si on était statique soumis à un champ gravitationnel ou en accélération constante dans un référentiel galiléen. Tous les autres paramètres étant égaux par ailleurs, si on faisait entrer un faisceau lumineux par un trou sur une paroi de la boîte, la vitesse de la lumière étant finie, l'impact sur la paroi opposée ne devait pas être rigoureusement en face du trou. Une fois cette analogie posée, analogie que tout le monde avait devant le nez, il a demandé à un mathématicien de l'aider à résoudre ses équations qu'il a posées dans la mécanique newtonienne. Einstein n'a jamais pensé en dehors du système, il a pensé dans le système et a poussé la réflexion jusqu'au bout, ce qui a abouti à la relativité générale. Le génie d'Einstein est d'avoir regardé là où personne n'avait eu l'idée avant lui de regarder, pas d'avoir produit une nouvelle mécanique qui provenait d'on ne sait où, magiquement. Et c'est pour cela que sa mécanique résiste autant aux expériences, elle n'est que la généralisation de la mécanique de Newton et non une nouvelle façon de voir les choses. C'est dans ce sens là qu'il était génial, mais son génie avait aussi ses limites puisqu'il a rajouté un terme dans une équation pour satisfaire sa croyance religieuse (la constante cosmologique). Invoquer les mânes d'Einstein est donc osé. Mauvais exemple, changer d'exemple !

Reprenons donc les bases. La démarche scientifique, qui a fait ses preuves, ne consiste pas à prouver qu'une action provoque un résultat, mais qu'en l'absence d'action, il est impossible d'obtenir le résultat escompté. La nuance est de taille et devrait interdire la publication dans des revues de médecins de statistiques entrant dans la catégorie des statistiques à la con. Il y a quelques années a été publié un article, le plus sérieusement du monde, avec statistiques à l'appui, indiquant doctement que la pratique du piano chez les japonais aboutissait à un risque accru de développer un cancer du poumon. J'ai utilisé cet article comme exemple de mélange entre corrélation et causalité lorsque je donnais encore des cours de statistiques. Pour ceux qui seraient intéressés, la raison véritable est que, au Japon, la pratique du piano est relativement rare et que les pianistes se retrouvent très souvent dans des piano bars remplis de fumeurs. Le piano n'est donc responsable de rien. Dans la catégorie des statistiques à la con, on trouve aussi que se coucher avec ses chaussures augmente le risque de se réveiller avec un mal de crâne. À titre personnel, j'aurais tendance à appeler ce mal de crâne un mal aux cheveux, une véritable gueule de bois.

Mais reprenons la démarche scientifique. Si la pratique du piano chez les japonais aboutissait à un risque accru de développer un cancer du poumon, il aurait fallu démontrer que sans la pratique du piano, il est impossible de développer un cancer du poumon ou, à la limite, que le risque de développer un tel cancer est statistiquement différent. Même chose avec les chaussures et le mal de crâne. On comprend alors tout de suite l'intérêt de la démarche scientifique qui est le seul moyen, en invalidant les hypothèses les unes après les autres, d'aboutir à une certitude.

Un seul problème: si cette démarche est efficace, elle est amorale, froide, mathématique, elle permet d'accéder au plus vite à la connaissance. Elle n'évite pas les effets collatéraux, au moins à court terme. Et c'est cela que les gens refusent parce que, appliquée à la médecine, elle n'évitera pas les morts. La démarche scientifique permettra de trouver au plus vite un traitement ou un vaccin, si tant est qu'ils existent, au Covid19 actuellement en circulation. Mais il y aura forcément des morts au passage, au moins dans les premiers temps. La véritable question, celle que personne ne veut se poser, est donc de savoir s'il faut utiliser des malades pour faire avancer la connaissance sur le virus en question quitte à les sacrifier pour sauver à l'avenir les personnes contaminées, ou s'il faut essayer de pomper comme des Shadoks pour tenter de sauver tout le monde sans avoir de traitement efficace.

La tactique de Gandalf et de ses zélotes est le pompage. La stratégie devrait être de faire avancer la connaissance.

Qu'un type dans un coin décide de pomper le regarde. Mais que ce même type utilise des arguments d'autorité en court-circuitant les circuits de reviewing et en faisant de la communication au travers de réseaux sociaux est beaucoup plus discutable, le pire de ses arguments étant qu'il aurait — j'utilise un conditionnel à dessein — publié plus de 2000 articles. Un simple calcul montre qu'en une carrière de cinquante ans — il aurait commencé à publier à dix-huit ans ce qui est tôt sans prendre ni week-ends ni vacances —, il aurait publié un article tous les neuf jours. Naturellement, je passe sous silence ceux qui auraient été refusés par ses pairs. Restons sérieux, aucun scientifique ne peut publier durant sa carrière 2000 articles scientifiquement intéressants. À titre d'exemple, mon ancien directeur de thèse, une tronche dans son domaine et académicien des sciences, a dû publier quelques bouquins et une centaine d'articles durant toute sa carrière.

Pire, n'importe quel scientifique se comportant comme Gandalf, c'est-à-dire en falsifiant des études — ou en publiant des études qu'il savait biaisées, ce qui revient au même — aurait passé pour un amateur. Réitérant comme il l'a fait, sans corriger les critique de son premier torchon, il aurait été mis au ban de la communauté scientifique à laquelle il prétend vouloir appartenir. Là, que s'est-il passé ? Rien.

Les enseignements sont donc les suivants. Les hommes ont besoin en ces temps difficiles d'un espoir et cet espoir est incarné dans un homme, Gandalf. La rationalité n'a plus court puisque, même en prouvant que son produit miracle n'a pas l'effet escompté, ils veulent son traitement. Et nous voyons aussi que la médecine n'est vraiment pas une science puisqu'il suffit d'affirmer que quelque chose fonctionne pour que tout le monde le croit. En effet, contrairement à toutes les autres pratiques scientifiques, la charge de la preuve est inversée. Il ne s'agit plus pour un médecin de prouver que telle ou telle prescription fonctionne, mais à ses pairs de prouver qu'elle ne fonctionne pas comme attendu, ce qui explique a contrario les succès des médecines alternatives. La prochaine étape sera sans doute la guérison des tumeurs au cerveau avec une injection en intraveineuse d'urine de cheval, la tisane de mamie Jeanine et un demi verre de rhum agricole à faire tomber les dents et du 180 km/h avec sa Mobylette !

Non seulement c'est aux détracteurs de Gandalf de prouver qu'il se trompe, mais il faut encore qu'il puisse y avoir un débat scientifique, ce qui est refusé par ses zélotes, même si ceux-ci en sont réduits à quia. Le débat est impossible, dès qu'une tentative est faite, le sacro-saint serment d'Hippocrate est mis dans la balance pour couper court à toute discussion, oubliant que dans ce serment se trouve aussi le principe en premier lieu, ne pas nuire. Les scientifiques qui prennent position contre les arguments de Gandalf ont donc perdu dès qu'ils acceptent le débat, raison pour laquelle tous les pays du monde se jettent sur le remède miracle au détriment des études sérieuses. Allez en effet trouver des patients pour accepter de prendre autre chose que son traitement. Gandalf, sans jamais avoir prouvé que son traitement a un début d'effet, sera responsable de nombreux morts du fait du retard pris par les études rigoureuses.

La médecine n'en sort pas grandie. J'ai cru durant très longtemps qu'il s'agissait d'une science, même appliquée et imparfaite. Or il ne s'agit pas de cela, il s'agit d'un art au sens le plus brutal du terme, de foi en des remèdes miracles que certains médecins prescrivent pour justifier de leur existence. Et cela devrait faire peur à quiconque ayant besoin d'un médecin.

 

Diafoirus n'est vraiment pas mort !

27.03.20 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur

J'espère que Didier Raoult sera comptable du bordel généralisé et mondial qu'il a réussi à faire. Et je pèse mes mots en parlant de bordel.

Diafoirus n'est vraiment pas mort !

Le gouvernement français vient de publier un arrêté autorisant l'utilisation de l'hydrochloroquine. Les séides du gourou sont contents. Mais pas un se s'est posé la question de savoir pourquoi ?

Je vais donc vous éclairer.

Des patients sont arrivés à l'hôpital Bichat avec des avocats pour avoir la pilule miracle. Il est certain que les hôpitaux n'ont que cela à faire actuellement, à savoir gérer des cas de gens asymptomatiques qui viennent leur casser les pieds dans les services d'urgence surchargés (source : Le Téléphone Sonne d'hier, sur Radio Paris). Dans la région Grand Est, plusieurs personnels des hôpitaux se sont faits agresser par des gens, venus de l'extérieur, pour obtenir la même molécule miracle. Parmi ces gens se trouvaient des médecins libéraux ! ll était donc nécessaire de publier quelque chose permettant aux gens de recevoir de la merde s'il le voulait en couvrant les prescripteurs qui ne sont pas tous des idiots prêts à suivre n'importe qui. Parce que figurez-vous, un médicament bien connu donné hors autorisation de mise sur le marché à des doses anormales, ça peut donner le Médiator. Je ne sais pas si ça vous parle.

Mais ce n'est pas parce que le gouvernement vient de publier un arrêté au Journal Officiel de la République Française que l'hydroxychloroquine soigne le Covid19 !

Aujourd'hui, il y a quatre pistes sérieuses pour un traitement : deux antiviraux et de traitements à base de vitamines. Ces traitement sont en phase de test. Enfin, difficilement parce que le gourou marseillais a tellement réussi son coup, que les patients refusent pour certains autre chose que l'hydroxychloroquine. Certains médecins participant aux tests (et tout aussi compétents que Raoult) osent enfin monter au créneau sur ce sujet, en pointant le temps perdu à cause du ponte de la Timone. Pourra-t-on un jour chiffrer le nombre de morts qu'il aura sur la conscience ? Ce n'est même pas sûr.

Mais il y a pire. Une étude récente montre que l'hydroxychloroquine peut améliorer les choses. Oui, mais surtout pas seule. Seule, on sait que cela ne fonctionne pas. En revanche, avec une adjonction de zinc, il y a un certain mieux. Pour être exact, le zinc a une efficacité thérapeutique, l'hydroxychloroquine ne permet que d'améliorer l'assimilation du zinc par les cellules. Raoult parle-t-il de zinc dans sa pseudo-étude ? Non, mais cela n'empêche pas ses séides de prétendre qu'il avait raison.

Peut-on faire un peu de science sur le sujet ? Ou est-on définitivement dans la foi ?

 

Le vrai visage des gens

26.03.20 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Monde de merde

La crise sanitaire actuelle aura au moins eu un avantage. Elle nous aura au moins permis de voir le vrai visage des gens, ce qui permet de comprendre pourquoi ce pays en particulier et le monde va aussi mal. J'avoue humblement que même si je n'avais pas, jusqu'alors, une très haute estime de mes frères humains, j'ai été désagréablement surpris.

Il y a tout d'abord les sycophantes. On trouve parmi eux les adorateurs béats de Didier Raoult qui ont perdu tout esprit critique, toute démarche scientifique dès qu'on ose discuter des travaux pseudo scientifiques du gourou. Que le français moyen ne comprenne rien à ces études ne me choque pas outre mesure. Mais lorsqu'on commence à discuter avec des médecins ou des scientifiques qui, a priori, possèdent le bagage théorique nécessaire pour analyser les publications, on se prend à avoir peur. On a beau leur expliquer, leur démontrer que ses travaux ne tiennent pas la route scientifiquement parce que la démarche scientifique ne consiste pas à valider ce que l'on croit, mais à démontrer que l'on ne peut pas observer ce que l'on veut en l'absence de ce que l'on croit. On peut leur mettre sous les yeux une étude bien mieux ficelée qui réfute les résultats miraculeux du bon docteur, rien n'y fait. Le fonctionnement est sectaire, Raoult a raison contre l'ensemble de ses pairs qui sont tous des imbéciles. généralement, la discussion s'achève par une bordée d'insultes de la part des séides raoultiens.

Je ne vois pour ma part qu'une seule explication. En ces temps troublés, l'homme a pris conscience de sa fragilité et il lui faut absolument un espoir pour continuer à vivre. En d'autres temps, cet espoir étant dans la religion ou dans la science, aujourd'hui, elle se situe dans la foi dans l'hydroxychloroquine même si les gens sérieux savent qu'elle n'améliore en rien l'état des patients sur une étude effectuée en double aveugle. Mais je ne sais pas pourquoi, je pense qu'on va en arriver à administrer cette molécule en comptant sur l'effet placebo puisqu'il fonctionne tout de même dans un certain nombre de cas non négligeables. Dans ce cas, pourquoi ne pas donner de l'Oscillococcinum à tout le monde ? Les effets secondaires sont moindres puisqu'on ne note que l'apparition de diabète à très haute dose et qu'on est très exactement dans la vocation thérapeutique du produit.

Mais il y a encore plus grave. Je suis libéral dans l'âme. Je considère donc que chacun est responsable de ses choix, que chacun doit les assumer et que l'état ne devrait être là que pour assurer cette liberté à l'ensemble de la population. Or ce que je peux lire depuis une quinzaine de jours dans les publications des libéraux français me navre. Beaucoup sont contre le confinement parce que cela nuit à leur sacro-sainte liberté. Ceci n'est plus du libéralisme mais de l'anarcho-capitalisme.

Le libéralisme, c'est la liberté pour soi, mais c'est aussi la liberté pour les autres de ne pas être gênés dans leur propre exercice de leur liberté. En d'autres termes, si le confinement m'empêche de circuler librement, s'il entrave ma liberté, il permet aussi à l'autre de garder sa liberté qui est d'être volontairement ou non contaminé par le virus circulant actuellement, d'autant que je ne peux lui garantir de ne pas le lui transmettre même involontairement.

La sagesse populaire indique que la liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres. C'est vrai. Et c'est sans doute pour cela que le libéralisme a mauvaise presse en France, parce qu'il n'y a que très peu de vrais libéraux. Il y a des individualistes forcenés, des anarcaps, des minarchistes, mais très peu de vrais libéraux.

La liberté, en quelque sorte, c'est l'esclavage, puisqu'elle consiste aussi à ne pas nuire à autrui pour qu'il puisse bénéficier de sa propre liberté. Beaucoup de libéraux de salon devraient réfléchir à ce point.

 

Massacre

26.03.20 | par Le Grincheux | Catégories: Je hais les politiciens

Je commence à en avoir plus qu'assez, mes oreilles saignent. Je sais bien que la langue française est assez particulière pour devoir écrire que ces grandes orgues sont les plus belles des plus beaux sauf à vouloir pratiquer sa langue comme un cochon, mais suis-je le seul à tiquer légèrement sur les néologismes actuels ?

Le coronavirus nous a heureusement sevré des « féminicides ». Heureusement, parce qu'en Français, on parle d'uxoricide, bande de flapis décérébrés !

Quant aux « gestes barrière », est-ce que le mot prophylaxie vous parle ? En plus, c'est bien, un nouveau mot qui permet au Scrabble de caser en même temps un x et un y !

 

Des stats et des médecins

24.03.20 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Matheux pervers, Je hais les politiciens

Lorsque je dois me faire soigner, je vais voir un médecin. Alors que les médecins laissent en retour les statisticiens travailler. Ces deux métiers sont différents et les médecins, fussent-ils professeurs de médecine, ne savent vraiment pas faire des statistiques.

On lit depuis quelques jours que la chloroquine — à moins qu'il ne s'agisse d'hydroxychloroquine — soigne le Covid19. Des gens se ruent par centaines à l'hôpital de Marseille pour recevoir ce produit, heureusement délivré aujourd'hui sous ordonnance en raison de sa dangerosité même comme antipaludéen à titre préventif. Cela n'est pas réellement sérieux et montre que l'homme a besoin d'un messie.

Plusieurs choses me dérangent aux entournures. Le professeur de médecine en question et dont je tairai le nom prétend qu'il agit dans l'urgence et qu'il est impossible de faire des études correctes rapidement. C'est se moquer du monde puisque certaines équipes y arrivent sans problème. Certaines arrivent même à faire passer en urgence leurs papiers dans des revues à comité de lecture. Prétendre le contraire est se moquer du monde.

Loin de moi l'idée de trancher définitivement sur l'intérêt thérapeutique de la molécule, sur son bénéfice/risque ou sur son efficacité. La question n'est vraiment pas là. Le problème est d'avoir une médiatisation à outrance sur une document publié par un chercheur refusant de passer par les circuits classiques de reviewing et faisant de la communication sur Youtube. Qu'il ait raison ou tort importe peu, c'est sa démarche qui est contestable car rien n'est scientifiquement prouvé. Plus exactement, un papier relativement ancien permet de montrer qu'in vitro la chloroquine permet une amélioration dans certains cas. Rien n'a jamais été montré in vivo.

Mais arrêtons-nous simplement sur les statistiques du papier du bon docteur. Ceux qui me connaissent savent que j'ai été enseignant dans le supérieur et que, parmi les cours que j'ai pu donner, se trouvait un cours de statistiques. Oh, pas des statistiques très évoluées, des statistiques pour des ingénieurs qui allaient faire du traitement du signal, mais cela me permet de voir assez rapidement quand on me fait passer des vessies pour des lanternes et cela me permet de qualifier une étude surtout lorsque c'est une blague, une grosse blague.

Pourquoi qualifié-je cette étude de grosse blague ? Pour tout un tas de raisons. La première est que l'on fait des statistiques, pas du dénombrement. Il serait bon que les pontes de la faculté, une bonne fois pour toute, fassent la différence. On ne calcule pas une probabilité ou une statistique de la même façon lorsqu'on veut voir une amélioration ou une détérioration. Là, on nous la fait à l'envers, erreur classique des débutants. Mais c'est loin d'être le seul grief :

  1. La méthodologie est très légère. L'échantillonnage est très faible puisqu'il est de trente-six patients sur quarante-deux initiaux. Il y a en effet un critère d'exclusion à six jours sur une histoire d'absence de suivi. Je ne sais pas quoi dire, on retire 15% brutalement sous prétexte qu'on les a perdu de vue ! On n'est plus vraiment dans le trait de crayon !
  2. Vingt-six patients forment le groupe HC (hydroxychloroquine) et sont traités dans un même institut. Pourquoi pas. Mais les patients contrôle ne sont pas dans le même centre. Ils sont situés dans quatre centres autour de Marseille et ne sont pas exposés au même protocole de soin. Deux problèmes : sont-ils contaminés par exactement le même virus (pour rappel, il s'agit d'un coronavirus donc d'une saleté qui mute très vite) et comment ont-ils été sélectionnés ? Visiblement, ils ont été sélectionnés au doigt mouillé, au pif, parce qu'ils avaient six jours de suivi. Visiblement les patients contrôle sont au nombre de seize. Seize patients, pour la randomisation, c'est un tantinet rapide et expédié.
  3. Il y a des perdus de vue. Tenez-vous bien, dans le groupe HC, il y en a six. Là, il faut regarder de près. Sur les six perdus de vue, il y a trois transferts en réanimation. Ainsi, on a perdu de vue trois patients qui ne pouvaient pas s'échapper puisqu'en soins intensifs. Il y a aussi eu un mort qui à jour+2 était négatif au test PCR — ce qui prouve que soit l'hydroxychloroquine est efficace, soit que le test indique des faux négatifs, soit encore que la charge virale n'est qu'un facteur aggravant —, un patient reparti chez lui et un dernier qui avait des nausées après traitement par le produit et qui était toujours positif au test PCR. Vous avez bien lu : un négatif PCR est mort sans que personne ne cherche le problème méthodologique. Il peut s'agir d'un simple biais ou d'un problème bien plus grave de méthodologie.
  4. Il est impossible mathématiquement parlant de comparer des variables quantitatives avec le test du t de Student avec des nombres aussi faibles de patients. Dans le jargon, on dit qu'on est dans l'herbe, dans le bruit de mesure, avec une erreur importante. Visiblement, cela ne dérange pas nos éminences.
  5. Il y a, lorsqu'on creuse un peu, des différences énormes (des biais) entre la population HC et celle de contrôle. Les patients contrôle étaient plus jeunes (37 ans contre 51 dans la population HC), si bien qu'on ne peut avoir aucune idée de savoir si leur charge virale était plus importante ou non car la variable de charge virale est un mélange de variables quantitatives (le taux de virus dans les prélèvements) et de variables catégorielles (positif ou négatif au test PCR). Cela n'a aucun sens puisqu'on mélange des pommes et des poires.
  6. Le groupe HC est en fait un mélange entre des patients soumis à une prescription d'hydroxychloroquine seule et de six patients prenant en plus de l'Azythromycine. Que cherche-t-on à prouver avec cela outre le fait qu'on ne sait toujours pas faire des statistiques correctement ?
  7. À la fin de l'étude, on conclut que la charge virale baisse plus pour le groupe HC que pour le groupe contrôle. Vingt contre seize en faveur du groupe contrôle, là encore, on est dans l'herbe.

Conclusion : trois patients en réanimation, un mort, une intolérance, un parti à domicile en étant positif au test PCR contre aucun mort, pas de réanimation et une bonne tolérance dans le groupe témoin.

Par ailleurs, l'absence d'étude en double aveugle ne permet pas de retirer de l'équation l'effet placebo dont tous les praticiens s'accordent à dire qu'il est responsable de 30% de l'efficacité d'un traitement. Mazette !

Oui, vous avez bien lu. C'est donc une blague, une vaste blague. La valeur de cette étude est nulle. Dans aucune revue sérieuse avec des reviewers faisant leur travail, elle ne pourrait passer. Je sais à peu près de quoi je parle puisque j'ai été reviewer de longues années pour certaines revues IEEE. Sa médiatisation est absolument incompréhensible sur le plan scientifique et, lorsque l'équipe qui a fait cette étude commence à mettre les patients sous hydroxychloroquine pour des raisons éthiques et de serment d'Hippocrate (sic), cela donne plus une indication sur leur quête de gloire que de vérité scientifique.

Les membres de cette équipe font un pari avec une molécule dont les effets secondaires sont loin d'être anodins, peut-être sur une intuition. Cette pseudo-étude est reprise partout, dans beaucoup de pays. Elle repose pourtant sur du vent scientifiquement parlant.

Hier soir, au journal télévisé de TF1, un urgentiste a dit ouvertement ce qu'il pensait de ces expérimentations, je ne suis pas sûr que le message soit bien passé puisque ce matin, la communication du ministre de la santé indique que, avec l'accord unanime des médecins, ce traitement pourra être donné aux patients.

Sans commentaire.

Objet du délit :   1-s2.0-s0924857920300996-main.pdf

Autre article traitant du sujet. Encore un dernier pour la route.

 

Pages: 1 3 4 5 ...6 ...7 8 9 10 11 12 ... 188