La tyrannie de l'écologisme

30.06.20 | par Le Grincheux | Catégories: Je hais les écolos

C'est fait, le second réacteur de Fessenheim est arrêté. Les écologistes ont gagné et il va falloir investir sans plus tarder dans des groupes électrogènes. Et cette fermeture est une honte absolue, surtout lorsqu'on se targue comme les « escrolos » de lutter contre le réchauffement climatique.

Cette centrale en parfait état n'a pas été fermée pour des raisons de sécurité, ni parce qu'elle fut mise en service en 1977 et qu'elle serait obsolète. Les réacteurs de même type ont montré qu'ils pouvaient fonctionner largement plus que 43 ans. Non, elle a été fermée sous des prétextes fallacieux et purement politiciens par François Hollande et cette fermeture n'a pas été retoquée par l'actuel occupant de l'Élysée.

Cette centrale produisait deux fois 880 MW (puissance nette). À titre de comparaison, les chiffres sont têtus, une éolienne moyenne en France a une production maximale de 2 MW avec un facteur de charge de 24%, lui aussi moyen. Sur une année moyenne aussi, ce facteur de charge est de moins de 7% pendant 10% de l'année. En d'autres termes, pendant 10% de l'année, l'éolienne moyenne produit moins de 140kW. En étant particulièrement optimiste, on pourrait en conclure qu'il faudrait remplacer cette centrale par 12500 éoliennes. À titre d'information, on peut installer quatre éoliennes par kilomètre-carré, on aura donc une emprise au sol de 3125 km² soit un peu moins que la surface du département du Haut-Rhin (3525,17 km²).

Sauf que la fréquence du réseau doit être fixe et parfaitement contrôlée (elle sert d'étalon de fréquence). Cette fréquence varie en fonction de la consommation et de la production d'énergie. Plus la consommation est importante à production fixe, plus la fréquence baisse. C'est pour cette raison que le réseau d'énergie a besoin de sources pilotables à la demande et non de sources intermittentes et qu'il faut absolument des centrales électriques réagissant à la demande. Cela tombe bien, l'Allemagne vient de mettre en service une centrale non polluant et très faiblement émettrice de dioxyde de carbone à Datteln et brûlant principalement la source de charbon locale, la lignite, qui est une plaie environnementale. Quelques écologistes locaux ont bien râlé, sans succès.

Récapitulons. Nous fermons sous la pression des écologistes une centrale en parfait état à très faible empreinte carbone. Nous remplaçons cette centrale par une source pilotable en Allemagne produisant infiniment plus de dioxyde de carbone, le tout sous des prétextes écologistes. Ce n'est ni sérieux, ni cohérent.

Le réseau européen a été totalement déstabilisé il y a quelques mois — souvenez-vous, les horloges pilotées par la fréquence secteur prenaient du retard —, depuis quelques mois, nous frôlons très régulièrement le blackout (janvier 2019, 9 août 2019, 7 octobre 2019 date à laquelle RTE a autoritairement coupé plusieurs sites industriels pour protéger le réseau, plus récemment encore…). Notre consommation augmente régulièrement, d'autant plus que les véhicules électriques qui sont une aberration écologique consomment eux-aussi. Et nous voulons réussir à augmenter la production électrique en utilisant des sources renouvelables.

La fermeture de Fessenheim et l'ouverture de Datteln nous montre que c'est impossible. Pire, cela nous montre que la fermeture d'une centrale nucléaire pour des raisons écologiques impose l'utilisation de centrales thermiques grandes émettrices de CO2. Dans cette perspective, la percée des écologistes tendance pastèque (vert dehors, rouge dedans) ne me rend pas furieusement optimiste pour l'avenir de certaines villes.

Well done, old chap !

 

Grandeur et décadence de la magistrature

24.06.20 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Déclaration de guerre

Hier, j'ai continué mon tour de France pour compléter mon guide Gault & Millau des tribunaux de France et de Navarre. Je n'ai vraiment pas été déçu du déplacement. C'est une occupation comme une autre.

La dernière réforme des pôles sociaux m'a envoyé dans une cour d'appel assez loin de mon domicile et joignable uniquement par des petites routes de campagne dont une bonne partie de petites routes départementales en moyenne montagne. Deux cents kilomètres de virages avec des tracteurs (les moissons ont commencé), des touristes qui se baladent avec leur camping-cars, des groupes de randonneurs. La route est agréable et extrêmement bucolique. Googlemaps indiquait trois heures de route, ce que je savais être très optimiste. Michelin indiquait quant à lui 3h40, ce qui s'avérera bien plus proche de la réalité.

Ma XM étant chez le garagiste pour cause d'automatisme de chauffage coincé sur chaud, la DS23 ainsi que le Type 23 étant planqués, ne pouvant m'y rendre décemment avec le MF825, j'ai résolu de m'y rendre avec la décapotable, une antique 2CV. Je pars confiant et un peu nerveux — j'ai une sainte horreur de batailler avec des magistrats corrompus — vers 8h30 pour une audience qui doit normalement se tenir à 14h00. Le début du trajet se passe bien, je me trompe deux fois de route puisque sur les départementales, les panneaux indicateurs ne semblent pas s'intéresser aux villes du département d'à-côté. Heureusement que mon téléphone fait aussi GPS !  Au bout d'une centaine de kilomètres, il me faut trouver de l'essence. Et là, j'ai un petit problème. La 2CV6 accepte d'origine de l'essence sans plomb sans poudre de perlimpinpin, mais seulement du super, c'est-à-dire du SP98 et non de l'ordinaire (SP95). Toutes les pompes que je trouve sur mon passage sont en rupture de SP98 avec un petit panneau à chaque fois indiquant une livraison pour mardi soir. Heureusement que je n'attends pas d'être sur la réserve pour chercher un pompiste ! Je finis par trouver ce que je cherche et je continue ma route. J'arrive à l'entrée de la grande ville du coin où se trouve cette cour d'appel, trouve un endroit pour avaler rapidement un sandwich et dépose ma voiture au parking du palais de justice.

Ce palais de justice porte bien son nom. Lorsqu'on le voit, on peut être rassuré, nos impôts sont bien utilisés. Les travaux semblent récents et onéreux — il y a même une exposition pour voir combien ces travaux ont été pharaoniques — et je me surprends à penser à l'absence de décence des magistrats qui râlent copieusement contre le manque de moyens de leur ministère de tutelle alors même qu'il était sans aucun doute possible de restaurer un palais de justice pour un budget deux à trois fois moindre en ayant exactement les mêmes fonctionnalités. Un ancien président l'a dit, ce n'est pas cher, c'est l'état qui paie. C'est pourtant d'autant plus étrange que certains travaux fleurent bon le bricolage. Il y a un sas devant les salles d'audiences, ce sas étant en verre avec des portes qui se ferment automatiquement (il y a un groom). Ces cloisons en verre montent bien à cinq ou six mètres et, pour qu'on ne distingue pas ce qu'il se passe à l'intérieur des salles d'audiences, la seconde porte restant elle ouverte, un coup d'acide a été passé au rouleau pour tenter d'opacifier le bas du verre. Le résultat est absolument ignoble. Passons, mais le droit est respecté, la porte de la salle d'audience est objectivement ouverte. Le sas, quant à lui, est fermé, mais il ne s'agit pas de la porte de la salle d'audience, n'est-ce pas ? La loi est donc respecté à la lettre. On passera sous silence l'esprit de la loi.

Trouvant ma salle d'audience, je remarque une fois de plus que le rôle est inexistant. Pour être tout à fait honnête, depuis que je pratique les tribunaux, je ne l'ai vu affiché que par deux d'entre eux : le tribunal de commerce de Paris et le tribunal de grande instance de Nanterre qui, pourtant, n'est pas connu pour avoir un grand respect des règles de procédure. En revanche, à la place du rôle, je trouve l'indication suivante :

Audience collégiale chambre sociale

Quoi de plus normal, nous sommes en appel et je n'ai pas accepté une audience à juge unique. J'entre dans la salle avec deux témoins. Les juges étant tellement imbus d'eux-mêmes et de leur supériorité en prétendant non appliquer le droit existant mais en édictant le droit, il est nécessaire de pouvoir faire acter tout ce qui se dit dans un prétoire. Je vais me présenter devant un greffier jovial voire hilare en entendant mon nom. Ça commence bien. Très bien, ne t'en fais pas, j'ai une certaine habitude de ce Grand Guignol. Je retourne m'asseoir en respectant les mesures barrières imposées aux français parce qu'ils sont assez incultes pour ne pas comprendre le mot prophylaxie. Comme on les assomme de féminicide alors que le Larousse de 1924 parle d'uxoricide. Il n'y a pas à dire, nous vivons dans une époque qui a réussi à résoudre tous les problèmes de société en appelant un chien un chat !

Mais revenons à cette salle d'audience. L'affreuse petite sonnette retentit. D'une porte, à droite apparaissent l'un derrière l'autre le président puis ses assesseurs. Tiens ? Non ? La collégialité est réduite à un seul juge, sans doute est-il plusieurs dans sa tête. Je pense intérieurement que, finalement, la vie à deux, c'est mieux. Devenez schizophrène !

D'emblée, ce magistrat débite un petit laïus sur le fait que des personnes dans la salle ne semblent pas bien connaître la procédure, qu'il a reçu des courriers et qu'il faut absolument pour respecter le principe de la procédure contradictoire, que toutes les parties discutent entre elles. Ce petit discours était sans doute entièrement à mon intention. Je l'ai apprécié à sa juste valeur même si j'ai pensé intérieurement que c'était justement parce que je connais bien la procédure que je refuse de parler au prétendu baveux de la partie adverse. Je ne bronche pas, je souris intérieurement en me disant que j'allais m'amuser avec lui.

Arrive l'appel des causes. Il y a un tas de dossiers qui ne concernent pas des caisses de sécurité sociale puis arrive mon dossier, bon dernier. J'ai une certaine habitude, je suis un poil à gratter et il ne faut surtout pas donner des idées aux baveux qui pourraient s'en inspirer. Enfin, s'en inspirer si tant est qu'ils les comprennent parce que j'ai rarement, très rarement, vu un avocat qui rentre d'emblée dans le lard d'un magistrat sur des problèmes procéduraux. Bien au contraire, ils se couchent parce qu'il ne faut surtout pas se fâcher avec un magistrat qui pourrait le leur faire payer. Ils sont donc parfaitement et intégralement responsables de la situation de la justice. Si à chaque accroc dans la devise de l'École Nationale de la Magistrature qui est, pour mémoire, je défendrai le droit, un baveux se levait pour remettre le magistrat fautif en place, ceux-ci rendrait le droit au lieu de l'édicter avec un sentiment d'impunité.

Bref, arrive donc mon tour. Je me lève et vais docilement jusqu'à la ligne jaune dessinée au scotch de couleur sur le sol. Il faut respecter deux mètres avec le magistrat, mais la baveuse de la partie adverse peut baver sur moi. Deux poids, deux mesures, c'est tout à fait normal. Un tribunal est une pantomime destinée à faire comprendre au manant ou au justiciable qu'il n'est rien en l'impressionnant. Avec moi, c'est raté. Ça me faisait un peut d'effet il y a vingt ans, la première fois que j'ai atterri dans un tribunal, mais aujourd'hui, tout ce spectacle me laisse de bois. Le spectacle est ridicule, risible et méprisable, surtout lorsque des arrêts illégaux sont rendus au nom du peuple français qui n'a pas son mot à dire et l'immense majorité des magistrats du siège sont haïssables parce qu'ils traitent les gens qui se représentent sans avocat comme des moins que rien parce qu'ils n'en connaissent pas les codes. Je sais parfaitement qu'un adage prétend que celui qui est son propre avocat a un idiot pour client, mais comme aucun avocat ne veut faire le sale boulot, il faut bien s'y coller soi-même.

Le baveux de la CIPAV prétend que l'affaire est en état d'être jugé. N'attendant pas que le juge me donne la parole, je coupe le baveux en lui indiquant qu'il n'en était rien et que ce n'était pas à lui de prétendre que l'affaire était en état. J'ai la parole, je la garde et ne lui laisse plus placer un mot. J'indique alors au président que je ne discuterai pas avec cet avocat mais seulement avec la CIPAV, que cela plaise ou non au baveux, que cela plaise ou non à la CIPAV et que cela ne te plaise ou non, mon cher président. La CIPAV a eu mes conclusions, je ne sais pas ce qu'elle en a fait, ce n'est pas mon problème. En revanche, je n'ai pas reçu les siennes. Et je refuse de discuter avec ce baveux parce que la CIPAV qui prétend être un organisme de sécurité sociale est contrainte à passer des appels d'offres de marchés publics pour, entre autres, sa représentation devant les juridictions. Autant l'appel d'offres de 2016 est particulièrement foireux avec plein de trous dans la raquette, autant celui de 2019, toujours d'actualité, est parfaitement clair. Le marché concerne la représentation de la CIPAV et de ses dirigeants devant toutes les juridictions de France. Chose étonnante, lorsqu'on cherche dans un moteur de recherche l'adjudication, il y a bien un lien sur le site du BOAMP (bulletin officiel des adjudications de marchés publics) mais ce lien est mort. Qu'à cela ne tienne, j'ai demandé aux archives de la commission européenne qui m'a renvoyé l'adjudication sous la forme d'un fichier PDF signé dans la journée. Je connais donc le nom du seul cabinet d'avocat apte à représenter les intérêts de la CIPAV. Je mets l'adjudication sous le nez du président en respectant naturellement les principes de prophylaxie, il ne faudrait pas que je le rende malade. Il me répond que la CIPAV n'est pas tenue à la passation de marchés publics et je pense tout haut — il faut toujours penser tout haut avec ces cuistres — que la CIPAV a donc été condamnée par erreur à plusieurs reprises par une chambre correctionnelle parisienne pour entorse aux règles des marchés publics. Je note, madame le président, je note pour plus tard et je me mords violemment l'intérieur de la bouche pour ne pas répondre autre chose. Je me suis demandé un instant si cette comédie n'était pas faite pour que je perde mon calme et pour pouvoir me coller un outrage à magistrat.

Je continue donc en demandant au magistrat une mise en état car je n'ai eu aucune réponse de la CIPAV concernant mes écritures qui était des écritures à titre incident envoyées il y a plus de deux mois. Comme depuis six ans la CIPAV n'a jamais respecté les mentions minimales prescrites par le code de procédure civile pour que ses écritures soient recevables par un magistrat, j'insiste. Le baveux d'en face prend bien garde de me les donner, j'aurais eu un argument pour récuser le magistrat s'il n'avait pas déclaré les écritures irrecevables pour irrespect, entre autre, du 960 du CPC. Le magistrat me répond alors que la procédure étant orale, il n'y a pas de mise en état devant les cours d'appel. Sauf que cela ne tient pas. Il existe des exemples, même récents, où des cours d'appel ordonnent explicitement des audiences de mises en état. je demande alors au magistrat si d'après lui la cour d'appel de Grenoble qui vient d'ordonner une mise en état sur une affaire comparable était dans l'illégalité. Elle ne me répond pas et continue à m'expliquer comme si j'étais un enfant que cela n'existe pas. Parfait, je note encore pour plus tard.

Renvoi fin janvier 2021.

Je rajoute tout de même que le problème sera le même, je refuserai toujours de parler à un baveux qui ne peut justifier de sa capacité à représenter une caisse qui n'existe pas et je retourne à ma place. Je m'aperçois alors que l'un de mes témoins avait ostensiblement enregistré l'audience, ce qui est un délit pénal. Je n'imagine pas un seul instant que le magistrat n'ait rien vu, le téléphone clignotant comme un arbre de Noël. Nous sortons de la salle sans saluer, il ne faut tout de même pas exagérer, je veux bien être pris pour un idiot, mais il y a des limites à ne pas franchir et je réfléchis à la suite à donner. En tout état de cause, j'ai deux témoins qui ont attesté de ce qu'il s'est dit, je les en remercie.

Chemin de retour, encore quatre heures de route. Arrivée chez moi à 20h00. Tout cela pour dix minutes à tout casser d'audience avec un magistrat qui, une fois encore, s'assoit ostensiblement sur le code de procédure civile. En d'autres termes, il s'agit d'une nouvelle audience où les règles qui s'appliquent à la CIPAV et qui s'appliquent à moi ne sont pas du tout les mêmes. J'ai à nouveau l'impression de courir un marathon à handicap, avec des gueuses de fonte aux pieds, alors que mon adversaire, la CIPAV, est chaussée de magnifiques chaussures de sport. La justice n'est pas aveugle, elle est définitivement complaisante.

Depuis deux ou trois ans, je sais que cette histoire terminera devant une juridiction pénale. Il n'y a qu'en se tapant un magistrat pour l'exemple qu'on pourra à nouveau parler de justice en France. Comprenez-mois bien, je ne suis pas en train de dire qu'il faut absolument me donner raison, ce n'est absolument pas mon propos. J'accepte d'avoir tort, j'accepte une condamnation. Mais je ne l'accepterai que dans le respect des lois existantes et pas parce que les magistrats veulent sauver la sécurité sociale en bafouant leur serment.

Parce que la vraie question, la seule qui ait un véritable sens et que je ne poserai jamais par écrit n'est pas de savoir si Monsieur Le Grincheux doit ou non une somme d'argent à des organismes qui n'existent pas mais de savoir si la devise de l'ENM et le serment des magistrats ont encore un quelconque sens dans notre beau pays.

 

Le tirage au sort confirmé comme imposture démocratique

21.06.20 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Je hais les écolos, Je hais les politiciens

Il n'a pu vous échapper qu'un grand machin se tenait ces jours-ci. Ce grand machin s'intitule pompeusement Convention citoyenne pour le climat. Rien que cela. À titre personnelle, je pensais naïvement qu'un tirage au sort pouvait être démocratique dans le sens où tous les pans de la société seraient représentés. Or les résultats de cette convention m'ont laissé quelque peu pantois tant ils étaient proches de la doxa écologiste, totalement ignorant de l'économie. Il est vrai que nous sommes en France et que l'économie doit toujours se plier à l'idéologie, mais ici, c'en est presque grotesque. L'immense majorité du jus de cerveau ressemble à s'y méprendre à la production des cerveaux malades de la frange la plus radicale les gauchistes, de ceux que j'appellerais ici les Khmers verts et risque fort de se transformer en usine à taxes — comme si la France avant encore besoin de taxes supplémentaires ? — ou en interdictions de tous genres. Presque de tous genres puisque les membres de cette docte assemblée pourront continuer à grignoter de quinoa bio venant d'Amérique du Sud en clipper. On me souffle dans l'oreille qu'il n'y a plus de clipper depuis longtemps et que cette céréale viendrait plutôt en gros conteneurs sur de gros bateaux fonctionnant au mazout.

Pêle-mêle, nous avons les mantras sur le logement. Il faut contraindre ces salopards de propriétaires à isoler les logements. Très bien, sauf que, sauf que c'est un enfer une fois de plus pavé d'excellentes intentions. D'une part, pour avoir participé à une étude effectuée par l'un des plus grands énergéticiens de France sur l'ensemble d'une ville ancienne, il faut plus d'un siècle pour que les travaux d'isolation soient rentables, que ce soit sur l'empreinte écologique (il faut dépenser de l'énergie pour fabriquer des isolants et, mine de rien, la laine de roche ou la laine de verre demande de l'énergie pour être fabriquées) ou l'aspect strictement financier. Un propriétaire ne fera pas ces travaux avec les rendements locatifs tels que nous avons en France, ce n'est pas rentable. Le risque est d'augmenter la pénurie de logement dans le parc privé et la désaffection des centres ville, là où ces imbéciles d'écologistes veulent que les gens habitent pour éviter les transports polluants.

Je passe sous silence le couplet sur les transports, on frise le sublime. Il faut taxer, taxer et encore taxer pour convaincre l'utilisateur de changer de véhicule pour un véhicule propre (comprendre électrique). Sauf que le véhicule électrique est plus polluant qu'un véhicule thermique, une fois tout pris en compte, ce qui va de la source primaire de l'énergie jusqu'à la roue en passant par l'extraction des matières nécessaires au batteries et le recyclage du véhicule en fin de vie. La pile à hydrogène est elle-aussi une vaste fumisterie puisque l'hydrogène est fabriqué par craquage du pétrole, le rendement de l'hydrolyse étant ridicule, et que ce gaz à la fâcheuse tendance à diffuser dans le métal. Là encore, la physique doit se plier à la vision politique de l'écologie. Personne pour réfléchir plus loin que le bout de son nez pour constater que l'avenir du moteur est le moteur thermique, mais qu'il est urgent de trouver comment pomper le CO2 atmosphérique pour le transformer en pétrole.

Mais le plus beau, le plus beau est la proposition suivante :

Le tirage au sort confirmé comme imposture démocratique
Fig. 1

En dehors de délibérés ou d'arrêts de nos chers magistrats des chambres sociales, j'ai rarement lu des choses plus ineptes. D'une part ces véhicules roulent très peu, d'autre part, il s'agit de patrimoine (industriel, scientifique, économique ou populaire), voire de véritables œuvres d'art qu'il faut sauvegarder. Que pensent ces chers représentants ? Qu'il faut les réduire à des bibelots imposants pour assouvir leur foi en un air pur qui ne le serait pas plus sans ces véhicules de collection.

Alors je te préviens, toi le cuistre qui pourrait approcher avec un fer à souder ou une perceuse l'un de mes véhicules anciens, tu risques fort de tâter des balles de ma carabine 6mm et de constater un trou dans ta carcasse de déficient mental avant d'avoir pu faire le moindre trou dans un organe vitale du véhicule !

Ce coup de gueule étant posé, je ne peux que m'interroger sur le caractère représentatif de cette auguste assemblée. Je sais bien que la moitié de l'humanité est plus bête que la médiane, mais tout de même, il y a ici une belle concentration d'imbéciles et il doit y avoir un biais statistique loin d'être négligeable.

Les 150 participants et 25 suppléants ont été tirés au sort à partir des listes électorales et de 255 000 appels téléphoniques. Vous avez bien lu, les tirés au sort ont pu refuser et il y a donc eu pas loin de 255 000 refus. Je n'ai aucune information quant au motif des refus, sans doute y a-t-il eu des refus car le comité de gouvernance, déjà connu, était idéologiquement orienté et que beaucoup de tirés au sort avaient bien d'autres choses à faire que de perdre du temps. Par ailleurs, les statistiques montrent qu'il suffit d'un millier de personnes prises au hasard pour obtenir une image correcte de la population française. On n'a donc pas besoin de rectifier énormément l'échantillon, contrairement à ce que j'ai pu lire ici ou là. Une autre information passe sous silence. Quinze personnes ont démissionné, remplacés par les vingt-cinq suppléants pour terminer avec cent soixante membres. Pourquoi autant de membres (10 % tout de même) ont-ils démissionné ?

La seule explication valable est que les débats étaient une fois de plus phagocytés par l'idéologie écologiste, l'échantillon initial étant déjà fortement biaisé dans ce sens. Les déviants ont donc préféré partir.

Pourtant, le pire est à venir, il faudra certainement voter sur ce tombereau d'inepties par référendum.

 

Assurance perte d'exploitation

22.05.20 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur

Cela devait arriver. Ce matin, j'ai appris qu'un cafetier parisien venait d'assigner la compagnie d'assurance AXA pour obtenir que sa fermeture résultant de la crise sanitaire actuelle soit indemnisée par son assurance perte d'exploitation.

Nul doute qu'il se trouvera un juge quelque part pour accéder à sa demande. Je connais assez bien cette engeance, ils ne sont pas là pour faire respecter le droit, ils s'érigent la plupart du temps en redresseurs de torts (supposés) et se fichent comment une guigne des effets de bord de leurs petites décisions.

Or regardons ce qu'est une prime d'assurance. Une prime se compose d'une partie de taxes, puis d'abondement à des fonds divers obligatoires — comprendre de sommes d'argent qui tombent dans le puits sans fond de notre état obèse — et, enfin, permet à la compagnie d'assurance de supporter le risque pour vous. Hors appétit de l'état, une prime est calculée en fonction des risques couverts et de la probabilité de réalisation de ces risques. Elle n'est pas calculée au doigt mouillé, il y a toute une caste de gens appelés actuaires qui s'y collent pour que la compagnie d'assurance puisse vivre, c'est-à-dire en générant assez de cash flow pour que les sinistres puissent être couverts avec une grande probabilité. Si un contrat perte d'exploitation n'a pas prévu explicitement le cas d'une crise sanitaire, le risque n'a pas été pris en compte dans le calcul de la prime. C'est aussi simple que cela.

Le fait qu'une décision probable contraignant une compagnie à couvrir un risque non prévu dans un contrat d'assurance aura plusieurs effets :

  • la justice aura indiqué que le droit contractuel est totalement vidé de sa substance puisqu'elle peut, comme cela lui chante, modifier les termes d'un contrat licite et signé entre deux personnes privées. Quid donc de la valeur des signatures au bas d'un contrat ?
  • les signataires d'un contrat ayant explicitement prévu ce cas, donc qui payaient des primes plus importantes incluant ce risque, vont sans doute la trouver saumâtre puisqu'ils auront payé un risque qui sera in fine couvert par le risque de base ;
  • les compagnies d'assurance qui seront contraintes de couvrir les pertes vont mécaniquement augmenter toutes les primes pour éviter de se faire avoir la prochaine fois. Ce n'est d'ailleurs par la première fois qu'on leur aura fait le coup.

Loin de moi l'idée de prétendre que les compagnies d'assurance sont des philanthropes. Comme toutes entreprises, elles sont là pour gagner de l'argent, soit pour elles-mêmes (cas des assurances mutuelles), soit pour leurs actionnaires. Si elles existent toujours, c'est parce que leurs gestions sont à peu près saines et que le droit contractuel a encore une certaine valeur dans ce pays. Casser la confiance dans un contrat reviendra à bouleverser le rapport entre les souscripteurs d'un contrat, dans le cas des assurances, mécaniquement, à augmenter les prix puisqu'ils faudra qu'elles tiennent compte dans leurs calculs d'un risque supplémentaire, le risque juridique.

Well done, old chap !

 

L'indigence de l'électronicien professionnel

15.05.20 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur

Je viens encore de tomber sur un problème qui ne devrait pas exister.

Ceux qui me lisent se souviennent qu'il y a quelques mois, j'ai remis en place le service support de Texas Instruments qui ne comprenait même plus les schémas qu'ils fournissaient dans les Application Design du composant de base qu'est le TL5001. J'ai passé plusieurs mois à comprendre l'origine du problème avant de leur écrire une tartine dont la seule réponse fut que je connaissais maintenant mieux leurs composants qu'eux.

Pour un client, je dois utiliser un circuit de compensation d'une tension différentielle d'entrée d'un amplificateur opérationnel. Les amplificateurs à compenser étant des TL974 de Texas Instruments, j'utilise dans la compensation des TL972 puisque je n'ai besoin que de deux amplificateurs et non quatre. Problème, ces amplificateurs ont une grande bande passante et partent très vite en oscillation sur des problèmes de phase dans la boucle de contre-réaction.

J'en passe donc par une étape de simulation Spice (avec ngspice pour être précis), histoire de trouver le filtre à avance de phase qui fonctionne. Manque de chance, Texas ne fournit pour ce circuit qu'un modèle Spice pour TINA-TI Spice, sa version maison de Spice. Ce modèle n'est pas utilisable directement avec ngspice. J'utilise donc le modèle fourni par STMicroelectronics, les deux composants des deux fondeurs étant censés être strictement identiques.

Je simule mon circuit. je constate deux choses intéressantes. Non seulement il n'oscille pas, mais la tension statique de sortie qui devait être de Vin+Vd — où Vin est la tension d'entrée et Vd la tension différentielle à compenser — est de Vin-Vd ! Autant le fait que cela n'oscille pas ne me dérangeait pas plus que cela, autant le fait d'avoir une tension statique erronée en sortie était plus problématique. Je cherche, je creuse, je fais confiance à ngspice puisque l'expérience me montre que c'est un outil digne de confiance, je ne comprends pas.

Je décide donc d'attaquer en désespoir de cause la conversion du modèle de Texas pour qu'il fonctionne avec ngspice. Une heure plus tard, le modèle fonctionne. Je simule et là, au moins, j'ai la bonne tension statique en sortie et je peux commencer à concevoir mon filtre déphaseur.

Cette mésaventure me pose un problème quasiment philosophique. Le modèle de ST est trivialement faux. Mais combien de concepteurs électroniques utilisent-ils ce modèle sans se poser de questions en prenant les résultats fournis comme argent comptant ? Cela explique peut-être la qualité tout à fait relative de certains produits électroniques. Entre les fondeurs qui se contrefichent de la validité de leurs datasheets, les modèles des composants qui sont totalement à côté de la plaque et le niveau de l'ingénieur moyen, je pense avoir un début d'explication.

 

Pages: 1 3 4 5 ...6 ...7 8 9 10 11 12 ... 190