Impôt minimal sur les sociétés

07.06.21 | par Le Grincheux | Catégories: La pikettrie du vendredi

Tout le monde sait que c'est la vache qui paie les taxes sur le lait. Tout le monde sauf notre cher, à tous les points de vue, Piketty.

Vendredi dernier, ce cuistre radiophonique a trouvé le moyen de déclarer péremptoirement qu'il fallait remonter le taux minimal mondial d'impôt sur les sociétés — rien que cela — d'au moins dix points pour que nous puissions avoir en France plus de soignants dans la hôpitaux.

La question qui se pose est de savoir pourquoi dans le pays qui est déjà l'un des deux plus taxé, imposé au monde, nous avons un avons un système de soin totalement défaillant. Une autre question de pose : pourquoi les irlandais ne crèvent-ils pas dans la rue  alors que l'impôt sur les sociétés plafonne à 12,5% ? Ces deux seuls exemples devraient montrer à quiconque est muni d'un soupçon d'intelligence et d'honnêteté qu'il n'y a aucune corrélation entre le niveau de l'impôt sur les sociétés et l'état général des finances d'un pays. Se pose aussi la question qui n'a jamais effleuré ce cuistre de savoir pourquoi les pays capables de gérer leurs finances correctement devraient être pénalisés par les autres, France en tête. C'est d'autant plus ridicule lorsqu'on a une idée des sommes en jeu. Grâce à cela, la France espère récupérer 5 milliards d'euros par an. Bruno Le Maire s'en est réjoui devant les journalistes de TF1 oubliant que ce déficit en 2019 était de 73 milliards d'euros. C'est donc trop peu de plus d'un ordre de grandeur et notre ministricule oublie que c'est in fine le consommateur français qui paiera. Mais c'est symbolique comme l'IGF, l'ISF, l'IFI, la CVAE et plein d'autres vexations fiscales totalement contre-productives.

Pire, on pourrait en France augmenter l'impôt sur les sociétés, du reste on pourrait augmenter tous les autres impôts, le pays ne fonctionnerait pas mieux. Il ne fonctionnerait pas mieux parce qu'il y a une évaporation un peu partout de l'argent du contribuable. Entre la sécurité sociale mise en coupe réglée par les partenaires sociaux qui se permettent le luxe de piquer vingt milliards d'euros annuellement dans les caisses (cf. les bilans des caisses dont certains sont disponibles publiquement sur le site de l'ACOSS), les impôts locaux qui finissent dans des baronnies locales pour faire plaisir aux copains, les strates administratives délirantes et redondantes, les fonctionnaires en nombre totalement incongru pour les tâches qui leur incombent, nous sommes des gros gâtés, nous savons où passent nos impôts.

C'est parce qu'il y a des cuistres payés comme Thomas Piketty, payés grassement par nos impôts, que la France plonge depuis de très longues années. Assez étrangement, dans les pays que ce cher Thomas pointe du doigt comme des paradis fiscaux, il ne pourrait pas avoir fait la carrière qu'il a fait chez nous sur le dos du contribuable à déblatérer ses opinions destructrices.

Il n'y a qu'un problème en France, nous avons des milliers, que dis-je des dizaines, des centaines de milliers si ce n'est plus de Piketty en puissance. Cela va de think tanks qui relèvent plus du bulldozer de la pensée que de l'intelligence à tous les électeurs cherchant des solutions simples allant sur l'échiquier politique du Rassemblement National à la France Insoumise en passant par tous les crypto-socialistes de gauche et de droite. Il y a aujourd'hui tellement de gens qui vivent sur la bête qu'ils sont devenus majoritaires et que toute réforme est devenue illusoire sinon impossible. Les fonctionnaires d'un côté qui ne sont jamais assez nombreux si l'on excepte les enseignants ou les hospitaliers non administratifs pour faire des tâches de plus en plus légères (se souvenir ici du principe de Parkinson) ou tous les bénéficiaires du sacro-saint modèle social français de l'autre ne vont jamais voter pour quelqu'un qui voudra les remettre au travail. Et il ne faut pas oublier ceux qui rêvent de vivre sur la bête comme les futurs retraités.

Il est peut-être temps de réinstaurer un suffrage censitaire ou de retirer le droit de vote aux gens qui vivent du système, ceux-ci ne vivant qu'au détriment des autres. Non que j'y sois favorable dans l'absolu, mais cette absence continuelle de réformes nécessaires nous amène tout droit à une guerre civile entre les gens qui paient, de moins en moins nombreux, et ceux qui reçoivent, qui le sont de plus en plus.

Et de cela, mon cher Thomas, tu seras avec tes semblables comptable.

 

Grandeur et décadence

25.05.21 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Je hais les financiers

Ce matin, vers 6h45, j'ai entendu sur France Inter une chronique économique par laquelle j'apprenais que l'action d'une société appelée « Solutions 30 » s'est effondrée hier à la bourse de Paris après avoir été suspendue depuis le 10 mai dernier.

Je vous avoue que cela ne me fait ni chaud ni froid. En revanche, les motifs m'amusent. Et ils m'amusent d'autant plus que je connais bien le problème et l'historique de la société en question qui, contrairement à ce qui a été dit dans cette chronique, fut une entreprise française.

Reuters affirme le 24 mai que Solutions 30 s'écroule lundi à la reprise de sa cotation à la Bourse de Paris et reste sous pression avec de nouvelles accusations du fonds activiste Muddy Waters concernant ses pratiques comptables. L'action, dont la cotation était suspendue depuis le 10 mai, a été réservée pendant environ une heure avant d'ouvrir en baisse de près de 77%. Elle perd encore 71,11% à 2,998 euros à 10h28.

Mazette !

Je continue par ce que ce l'on peut lire sur Boursorama :

Le groupe luxembourgeois coté à Paris a annoncé dimanche la mise à disposition de son rapport financier annuel pour l'année 2020, réclamé par l'Autorité des marchés financiers (AMF), et confirmé la reprise de cotation de son titre lundi à l'ouverture. Le spécialiste de l'installation des compteurs électriques, qui fait état d'un chiffre d'affaires de 819 millions d'euros pour 2020, déclare que son rapport financier annuel intègre un rapport du cabinet d'audit EY indiquant son "impossibilité d'exprimer une opinion" sur les comptes de l'entreprise.

Solutions 30 ajoute être en "profond désaccord" avec cette position "inhabituelle", qui ne constitue "ni une certification, ni une certification avec réserve, ni une opinion défavorable".

Le groupe réfute également la conclusion d'EY selon laquelle des "anomalies non détectées pourraient être à la fois significatives et avoir un caractère diffus".

Solutions 30 réaffirme par ailleurs qu'il examine la possibilité de nommer un nouveau réviseur d'entreprise et qu'il a engagé un processus de sélection de banquiers conseils afin d'activer la recherche d'actionnaires de référence dans le cadre d'un projet pouvant aller jusqu'à un retrait de la cote.

Le groupe, connu notamment en France pour l'installation des compteurs Linky et le raccordement des particuliers aux réseaux de fibre optique, rappelle que "son modèle d'affaires est simple" car "la totalité des interventions du groupe sont gérées de manière centralisée, avec une traçabilité sur l'ensemble de la chaîne".

Il ajoute que "la position de trésorerie du groupe a été constatée en totalité au crédit des comptes bancaires du groupe pour un montant de 159 millions d'euros figurant à l'actif du bilan au 31 décembre 2020".

Solutions 30 avait vu le cours de son action chuter de près de 38% en Bourse le 15 décembre dernier après des attaques, renouvelées depuis à plusieurs reprises et encore lundi, du fonds activiste Muddy Waters.

Le spécialiste de la vente à découvert a remis en question la fiabilité des comptes de Solutions 30 et l'a accusé de liens avec des pratiques de blanchiment d'argent.

"Nous n'en avions pas besoin pour le savoir mais cette issue renforce notre conviction que S30 est probablement impliqué dans du blanchiment d'argent", lit-on dans un communiqué publié lundi par Muddy Waters en réaction à celui diffusé la veille par Solutions 30.

Le groupe a rejeté ces accusations à plusieurs reprises.

C'est de bonne guerre. Je suis donc aller voir la page Wikipedia de l'entreprise en question, laquelle ne contient pas vraiment la vérité. En effet, même la personne indiquée comme ayant fondé l'entreprise n'est pas la bonne. Et croyez-moi, je sais de quoi je parle. Si vous ne me croyez pas ce qui est votre droit le plus strict, vous pouvez demander l'historique au greffe du tribunal de commerce de Paris.

Je sais même tellement de quoi je parle que j'ai encore été entendu il y a quelques mois et à plusieurs reprises par la justice pour un délit de la part d'un employé de l'entreprise Solutions 30, ce qui prouve que même après avoir claqué la porte de cette entreprise il y a longtemps, très longtemps même, des documents officiels mentionnant mon nom circulaient toujours. Ce fut avec un grand plaisir que j'ai reçu des enquêteurs de la Police Nationale chez moi puis du Pôle Financier. Je n'ai plus de nouvelles de cette affaire, je suppose que affaire a été réglée d'une manière ou d'une autre. En tout cas, j'ai présenté les documents prouvant que je n'avais plus aucun lien avec cette entreprise depuis fort longtemps et cela dut être suffisant aux magistrats instructeurs.

Quoi qu'il en soit, j'ai quitté cette aventure lorsque des actionnaires aux pratiques louches pour rester poli ont mis la main sur l'entreprise. Ça ne date pas d'hier. Mais j'ai suivi encore les aventures de cette entreprises quelque temps en tant que fournisseur jusqu'au moment où je me suis énervé très fort à la suite de monstrueux impayés et de pratiques pour le moins douteuses qui nous ont emmené devant les tribunaux, lesquelles n'ont assez étrangement jamais rendu leur décision. N'importe qui ayant pu côtoyer leur service comptable savait qu'il y avait des choses louches. Certains fournisseurs étaient payés rubis sur l'ongle, d'autres totalement ignorés jusqu'à ce qu'ils arrêtent la fourniture de services vitaux pour ce qui s'appelait encore PC30.

Les cabinets d'audit comptables sont capables de certifier des comptes louches, il existe des spécialistes sur la place et j'en connais au moins un d'envergure internationale avec lequel j'ai déjà eu maille à partir. Lorsqu'un commissaire aux comptes refuse de certifier une comptabilité, cela signifie qu'il a de sérieux doutes quant à leur véracité, que cela se voit un peu trop et qu'il trouve que ça sent trop mauvais pour qu'il engage sa responsabilité. En tant que chef d'entreprise, lorsqu'un commissaire aux comptes d'un client me demande un document, je le lui fournis. Lorsqu'il s'agit du mien, je fais diligence, je communique avec lui et surtout pas au travers de communiqués de presse.

L'action a donc dévissé. Mais elle a dévissé à la suite de ce qu'il s'est passé ces derniers mois. Les journalistes devraient creuser bien plus profond et regarder tout ce qu'il s'est passé au moment où l'équipe dirigeante ayant délocalisé l'entreprise à Luxembourg a pris le contrôle de l'entreprise qui avait à l'époque son siège rue de Cléry, dans le IIe arrondissement de Paris.

 

Les hirondelles sont de sortie

22.05.21 | par Le Grincheux | Catégories: Haines ordinaires, Je hais les politiciens

Les forces de l'ordre ont manifesté cette semaine devant la chambre des députés pour évoquer un malaise profond et la dangerosité de plus en plus grande de leur profession. J'avoue avoir été surpris d'apprendre que le ministre de l'intérieur, censé les défendre, avait manifesté avec eux, du reste avec toute une brochette d'hommes et de femmes politiques ou non qui n'avaient pas peur du ridicule.

Pêle-mêle, on entend que la fonction de policier est mal considérée, que les délinquants qu'ils arrêtent sont relâchés par la justice, qu'ils risquent leur vie. Très bien, on enfonce des portes ouvertes en oubliant de séparer les morts en mission des morts en service et en oubliant que depuis 2014, il y a bien plus de gendarmes morts en mission que de policiers (source) et que le nombre de policiers tués dans l'exercice de leur fonction suit une tendance à la baisse même s'il n'existe pas de statistiques réelles et utilisables.

Effectivement, la justice en France peut être laxiste. Elle l'est avec les habitants des quartiers à l'émotivité à fleur de peau, elle ne l'est pas avec le dangereux criminel qui a été pris roulant à 82 km/h sur une route départementale à plusieurs reprises. Elle ne l'est pas non plus lorsqu'elle valide une amende reçue par une femme de 75 ans qui avait commis l'irréparable puisqu'elle était sortie à plus de 100 m de son logis sans masque, sans papier d'identité et surtout sans justificatif de domicile. La maréchaussée a trouvé le moyen condamner l'impétrante à une amende de 135 €, prouvant par là que ni l'uniforme, qu'il soit du gardien de la paix ou du magistrat, n'empêche pas d'être idiot.

Effectivement, la position de la police n'est guère enviable. Mais à partir du moment où cette police tapera toujours sur les mêmes (automobilistes roulant ou en stationnement par exemple) en se désintéressant totalement de ce qu'il se passe dans les quartiers émotifs de nos magnifiques banlieues, son image ne s'arrangera pas. Nous sommes dans un pays malheureusement jacobin, la loi est en théorie la même pour tous, mais dans les faits, on en est loin. En France, vous roulez à 140 km/h sur une autoroute déserte, ça peut vous valoir le tribunal, vous faites un rodéo dans une banlieue chaude, vous ne risquez rien. Vous vendez quelques légumes sur un marché à la sauvette, vous risquez beaucoup plus qu'un dealer d'herbe. Loin de moi l'idée de dire qu'il faut laisser passer sans rien dire celui qui roule à 140 km/h sur l'autoroute, mais si on condamne cette personne, il n'y a aucune raison qu'on ne tape pas sur les doigts du vendeur d'herbe.

Ceci étant dit, il existe un autre problème dans la police nationale. Ce problème tient en trois lettres: IVP. IVP, c'est un joli nom pour dire interdit de voie publique. Il y a des policiers qui sont en effet dans ce statut. Cela me semble tout à fait normal. Ce qui l'est moins, en revanche, c'est que cette carte suit à peu près la carte de l'ensoleillement en France. Dans certains commissariat de la côte d'Azur, le taux d'IVP monte à 20% et plus alors qu'au nord de la Loire, il est rare de dépasser les 6%. Et ces IVP, placés là avec l'accointance des syndicats, font aussi augmenter la moyenne d'âge. Sur la voie publique marseillaise, la moyenne d'âge du policier est de 50 ans, ce qui n'aide pas pour traquer les jeunes des cités sensibles.

Le malaise des policiers est donc multifactoriel. Oui, il y a une augmentation des violences, mais non, il n'y a pas plus de morts en mission. Cette augmentation ressentie est largement due au fait que la justice ne fait pas son travail pour arrêter les délinquants en devenir, ceux qui sont défavorablement connus des services de police pour emprunter une litote. Mais il y a aussi un désamour de plus en plus profond de la part de la population générale poursuivie par le zèle de certains services qui ne rend pas le français moyen enclin à soutenir sa police nationale comme il l'aurait fait il y a quelques dizaines d'années parce que son ressentiment à lui est que cette police nationale n'est là que pour lui casser les pieds, refuser de prendre ses plaintes (pour ne pas qu'elles entrent dans les statistiques) et ne pas régler ses problèmes d'insécurité due à la présence de jeunes émotifs.

La police n'en sortira qu'à plusieurs conditions. Il faut qu'elle se souvienne qu'elle est là pour protéger et servir la population et non servir d'auxiliaire du trésor public. Et il faut aussi qu'elle fasse le ménage dans ses rangs car il y a des fonctionnaires de police qui ne sont pas dignes de porter l'uniforme.

 

Contre les uns ne signifie pas pour les autres

17.05.21 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Je hais les politiciens

Avant de me lancer dans ce que certains appelleront certainement la dialectique du vide, je tiens à une remarque liminaire. Je ne suis ni pro-palestinien, ni pro-israélien, ni antisémite d'ailleurs. J'accepte à la limite que l'on me taxe d'antisioniste, ce que j'assume, j'expliquerai pourquoi. Je resterai dans cet article sur une analyse froide de ce qu'il se passe actuellement au Proche-Orient en général et en Israël et ses territoires conquis en 1967 en particulier.

J'ai eu l'occasion de parcourir ce pays à pied il y a quelques années du nord au sud et d'est en ouest, allant de Haïfa à Hébron et de Jéricho à Jérusalem. J'ai pu dormir chez des druzes du plateau du Golan annexé qui ne voulaient surtout pas redevenir syriens puisque depuis qu'ils ont été annexés, ils avaient l'eau, l'électricité et le gaz. J'ai pu aller avec des arabes musulmans à Hébron ou des juifs que l'on n'appelait pas encore ultra-orthodoxes à Safed. J'ai vu des descentes de militaires israéliens un samedi à Hébron parce que les boutiques du centre ville devaient être fermées même si elles étaient tenues par des musulmans qui préféreraient avoir le vendredi comme jour de repos. J'ai pu constater que les militaires en question étaient des arabes israéliens encadrés par une police militaire à kippa. Sans doute les militaires devaient-ils parler arabe, mais il fallait les surveiller par d'autres militaires juifs pour éviter la fraternisation. J'ai des photographies dans mes archives pouvant prouver mes dires.

Il y a quelques années, le conflit était un conflit religieux, entre d'une part les israélites — et non les juifs — et les musulmans — et non les palestiniens —, que ces derniers soient ou non de nationalité israélienne. Les arabes chrétiens que l'on oublie souvent en étaient les arbitres et servaient de tampon au milieu de la bataille. Il était d'ailleurs assez surprenant de constater que dans une localité où se trouvait une école tenue par des chrétiens, les enfants de la bonne société, quelle que soit leur religion, allaient tous étudier chez les bons pères. La situation n'était pas saine, mais il y avait un genre de statu quo permettant à chacun de vivre. Il y avait bien de temps en temps des flambées de violence, généralement dues à des exactions d'un parti ou d'un autre.

J'ai été par exemple choqué des conséquences du sionisme à Jérusalem. Tous les juifs pieux et sionistes rêvent de se faire enterrer dans le Jardin des Oliviers. Le Jardin des Oliviers, ce n'est pas un lieu bucolique avec un ruisseau qui coule au milieu, notre perception est biaisée par la lecture des évangiles. Le Jardin des Oliviers, c'est un cimetière qui se trouve aujourd'hui à l'est de Jérusalem, au milieu de quartiers arabes. La place y est comptée et il faut l'agrandir. J'ai vu, personnellement, des habitants des maisons en lisière de ce jardin partir travailler le matin, les bulldozers entrer en action pour raser leurs maisons et les premières tombes installées dans l'après-midi avant que les habitants ne reviennent. On ne peut pas vraiment dire que c'est fait pour apaiser la situation.

J'ai été choqué par les conséquences du sionisme à Hébron où se trouvent les tombeaux des patriarches. Une colonie implantée sur les hauteurs de la ville déverse le samedi ses habitants armés qui prennent d'assaut l'ancienne cathédrale croisée qui sert aujourd'hui de mosquée pour s'en servir de synagogue. Le vendredi, les musulmans du centre ville d'Hébron prient avec la Torah devant leurs yeux et passent trois portiques détecteurs de métaux successifs tenus par des militaires pour entrer dans ce bâtiment. Là encore, j'ai des photographies qui l'attestent.

J'ai été choqué parce que les transports en commun des grandes villes refusaient de marquer les arrêts dans les quartiers palestiniens.

J'ai été choqué parce qu'il y avait des routes au milieu du désert réservées aux israéliens et d'autres aux palestiniens.

J'ai été choqué par le morcellement continu de la Cisjordanie par de nouvelles colonies qui ne se justifiait qu'en utilisant la bible comme un cadastre et qui rendait tout retour à la situation d'avant 1967 impossible. J'ai été outré de l'inaction de la communauté internationale qui appelle de ses vœux la paix alors qu'elle refuse de combattre cette colonisation. Il est d'ailleurs assez surréaliste de constater que cette même communauté internationale inscrit la Nouvelle-Calédonie sur la liste des territoires à décoloniser alors même qu'elle ne dit rien ou pas grand'chose pour les territoires palestiniens.

Mais malgré tout cela, le conflit restait un conflit inter-religieux, entre d'un côté les israélites et de l'autre les musulmans.

Aujourd'hui, c'est un peu différent. La communauté internationale laissant faire, qu'avons-nous en présence ? Nous avons d'un côté de plus en plus d'ultra-orthodoxes juifs qui mettent de l'huile sur le feu un peu partout, nous avons une population civile israélienne modérée juive ou non juive — mais qui est allée jusqu'à boycotter les dernières élections, ce qui n'a rien arrangé —, nous avons de plus en plus de colons dans les territoires occupés pour rendre la solution à deux états non viable et nous avons le bloc palestinien, hétéroclite puisque nous y trouvons entre autres le Hamas, le Hezbollah, les druzes et les chrétiens de toutes obédiences. Notez bien que j'écris le bloc palestinien et non les musulmans de Cisjordanie. Le bloc palestinien est aujourd'hui composé des musulmans de Cisjordanie, mais aussi de tous les non musulmans de Cisjordanie et de tous les citoyens israéliens non israélites qui se radicalisent peu à peu dans les territoires Israéliens d'avant 1967.

Pourquoi ?

La raison est assez simple, il y a la démographie. Le taux de natalité des habitants arabes est supérieur à celui des habitants juifs. Et parmi la population juive, le taux de natalité des ultra-orthodoxes est largement supérieur à celui de la population juive générale. Le fait d'avoir annexé la Cisjordanie en 1967 et de refuser depuis une solution à deux états abouti à terme à avoir une population juive — j'utilise ce mot pour indiquer l'origine de la population et non une quelconque pratique religieuse — minoritaire sur son territoire alors même que, depuis 2018, l'Arabe n'est plus une langue nationale. Pire, la constitution israélienne indique maintenant qu'Israël est le foyer national du peuple juif (sic). C'est faire très peu de cas de toutes les populations non juives y résidant actuellement et de toutes les populations y vivant avant 1948. C'est faire très peu de cas aussi de la démographie qui indique que la population juive sera minoritaire chez elle à moyen terme. Le gouvernement israélien, sous prétexte de flatter la partie la plus dure de sa population, cristallise contre lui non seulement les musulmans, mais l'ensemble de la population arabe, que celle-ci soit de Cisjordanie occupée ou des territoires historiques de 1948.

En quelques années, le conflit est passé d'une guerre de religion à une guerre de peuples utilisant comme prétexte la religion. Pire que cela, lorsque la communauté internationale s'indigne, la réponse est toujours la même. En étant contre les exactions israéliennes, on est forcément pro-palestinien ou antisémite. Lorsqu'on ose critiquer la politique israélienne, on est forcément antisioniste, donc antisémite. Or les mots ont un sens. Ce glissement sémantique est odieux et devrait discréditer immédiatement quiconque l'utilise. Ce n'est malheureusement pas le cas.

Je ne suis ni pour les uns, ni pour les autres. Je constate simplement que la politique israélienne est en grande partie responsable de ce qu'il se passe actuellement — je ne parle pas du passé mais de ce qu'il se passe aujourd'hui — et, à la vue des événements récents, je pense même que la droite dure tenant actuellement le gouvernement israélien cherche le conflit pour rester au pouvoir. Ce conflit est instrumentalisé par Nétanyahou et ses sicaires car il y trouve avantage, tout cela avec la bénédiction de la communauté internationale.

C'est pourtant une vue à court terme. À moins d'expulser tous les non juifs des territoires israéliens, la démographie vaincra et le seul moyen pour Israël de survivre sera d'instaurer un apartheid encore plus prononcé que l'apartheid rampant actuel qui refuse de dire son nom.

Il faudra bien un jour où l'autre que la communauté internationale se réveille. Non pour soutenir les palestiniens, mais pour lâcher les israéliens qui ont une politique déplorable vis à vis des arabes vivants sur leur territoire. Si elle ne le fait pas, elle sera responsable de la libanisation de l'état d'Israël qui n'aura pu se faire que grâce à sa bénédiction.

 

Hymne à l'arsouille

13.05.21 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Je hais les politiciens, Pignoufferies de presse

Il n'a pu vous échapper qu'on nous rebat actuellement les oreilles avec la commémoration de l'accession au pouvoir de François Mitterrand en 1981. Quarante ans déjà, quarante ans de déclin continuel de la France. Les hordes de jeunes décérébrés ayant entendu depuis leur plus tendre enfance la doxa entretiennent le mythe. Mais pour les plus vieux, ceux qui ont connu la France avant Tonton, se souviennent de la claque prise et de ce qu'étaient réellement les années Mitterrand que l'on paie encore cher.

En fêtant les quarante ans de l'arrivée de la gauche mitterrandienne au pouvoir en ce sinistre jour du mois de mai 1981, nous célébrons en réalité la haine de l'autre, de l'autre sous toutes ses formes. Le socialiste possède un mécanisme de pensée simpliste qui consiste à désigner au plus grand nombre un ennemi commun. Et cet ennemi, comme l'aurait dit Brel, est un régiment. Il s'agit du juif, du Kapital, de l'étranger, de l'actionnaire, du rentier, de celui qui ose travailler le week-end sans compter ses heures, de l'école privée, de la retraite par capitalisation ou de tout autre individu qui ose sortir du rang pour s'assumer par lui-même. Cette idéologie était qualifiée de négative par Hayek car elle ne peut qu'engendrer l'envie et la haine de l'autre.

Le socialisme, c'est a minima la politisation de la jalousie sociale et je défie quiconque de me démontrer le contraire. Mais c'est souvent bien pire que cela à terme puisque ce qu'il y a de vraiment fascinant avec la gauche bien pensante, c'est qu'elle obtient quasiment systématiquement l'opposé de ses niaiseries. Son désir de liberté finit au goulag, son anticléricalisme priera bientôt à la mosquée et son antiracisme se transforme peu à peu en guerre raciale.

Je conçois que l'on puisse se dire de gauche jusqu'à l'âge de dix ans. Au-delà, cela relève de la pathologie mentale, que ce soit celle qui consiste à imposer à autrui ses volontés ou que ce soit celle qui consiste à raisonner comme un gamin de cinq ans. En fait, à bien y réfléchir, je ne trouve aucun exemple d'une société dite de gauche et libre. Remarquez bien, je connais aussi des sociétés dites de droite et pas libre non plus. Et là, n'importe quel adorateur de la gauche me rétorquera que ce n'était pas le vrai socialisme. Très bien, mais dans ce cas, vu qu'il a échoué partout où il a été tenté, peut-être que le socialisme est vicié dès l'origine et qu'il faudrait renvoyer cette doctrine dans les oubliettes de l'histoire.

Mais revenons aux faits et aux quarante ans de l'accession au pouvoir de l'arsouille. Les chiffres sont têtus et il serait dommage de s'en priver.

Entre 1950 et 1980, le niveau de vie des français a triplé. Pour fixer les idées et bien comprendre de quoi l'on parle, il s'agit du même accroissement que celui que l'on a observé entre la mort de Louis XIV (1715 pour les imbéciles et les électeurs de gauche) et la seconde guerre mondiale (1940 chez nous). Cette réussite impressionnante est due en particulier aux réformes capitalistes mises en place dans le bloc occidental à partir de 1950, n'en déplaise à la gauche.

Or le 10 mai 1981 intervient « la rupture avec le capitalisme » imposée par François Mitterrand et voulue par les socialistes français et leur programme commun. Alors que le Royaume-Uni avec Thatcher et les États-Unis avec Reagan se lancent dans la libéralisation de l'économie, la France tombe dans l'étatisation de l'économie vantée et planifiée par le sherpa Jacques Attali qui continue, quarante ans plus tard, son travail de sape (le sherpa parce que malheureusement ce cuistre sévit toujours et l'étatisation parce que nous en sommes resté là). Les conséquences du 10 mai 1981 sont dramatiques pour la France et pour les Français mais le mythe a la peau dure.

Le socialisme mitterrandien est une catastrophe biblique. Ceux qui s'en souviennent auront noté les augmentations délirantes des produits de base et le matraquage fiscal de ces années. De 1981 à 1984, le nombre de chômeurs réels a augmenté de plus d'un million, le franc a perdu 100% de sa valeur face au dollar US et 50% face au mark (RFA). Le ministre de l'économie, un certain Jacques Delors, a été contraint de dévaluer par trois fois le franc sans obtenir de résultat. L'endettement extérieur de la France a dépassé 80 milliards de dollars US et, pour la première fois depuis la guerre, le pouvoir d'achat réel français a baissé.

Mais le socialiste mitterrandien n'est pas qu'une catastrophe économique du passé, nous baignons encore aujourd'hui dedans puisque personne n'a pu ou voulu s'affranchir de la marque de l'arsouille. Le socialisme mitterrandien, c'est aussi une réforme de l'éducation. Vous avez oublié le fameux rapport Legrand, je vais vous rafraîchir la mémoire.

Le rapport Legrand est un rapport achevant une funeste mission qui est celle de détruire l'école. En effet, il part du postulat délirant qu'un bon élève ne peut provenir que d'une catégorie sociale privilégiée. Ce cuistre devrait regarder les cahiers des élèves de mes grands-parents, instituteurs dans un patelin rural de France où les enfants n'apprenaient et ne parlaient Français qu'à l'école, il aurait vu immédiatement que son hypothèse de travail tenait autant la route qu'une Dauphine sans le traditionnel sac de sable dans le coffre. Il a donc été décidé pour y remédier d'instaurer l'égalitarisme dans les rangs en « en rendant impossible la mise en évidence de la supériorité intellectuelle (sic) ». La mitterrandie, c'est cela, et on en paie encore le prix aujourd'hui. L'éducation nationale, malgré des budgets de fonctionnement énormes sinon délirants, produit des générations de jeunes semi-illettrés condamnés au chômage de longue durée. Vous seriez surpris de voir la qualité des écrits des étudiants au niveau bac+5 que je vois passer. Ils écrivent très mal, ils ne comprennent pas ce qu'ils lisent. Mais il reçoivent un diplôme qui a moins de valeur que le papier sur lequel il est imprimé.

L'arrivée de Mitterrand au pouvoir, c'est aussi des choses que l'on veut oublier. Je citerai en une liste non exhaustive :

  • les taxes sur l'essence et le téléphone (à une période où la moitié de la France attendait le raccordement et l'autre la tonalité) ;
  • l'impôt sur les magnétoscopes (vous l'avez oublié, celui-là, avouez !), instauré par Jean-Pierre Chevènement, à l'époque ministre de l'industrie ;
  • la restriction des voyages à l'étranger car, d'après Max Gallo porte-parole du gouvernement, « cette mesure ne gêne que 16% de la population qui ont les moyens d'en faire » ;
  • la liquidation des radios libres de droite par tous les moyens, liquidation conduite par Georges Fillioud ;
  • le désarment des avions au Bourget le 10 juin 1981 avec 80 milliards de francs d'annulation de commandes (et de nombreuses commandes ratées par la suite) ;
  • l'impossibilité pour les entreprises d'acheter certains matériels, ce qui a incidemment sauvé Bull puisque par Bull il était encore possible d'acheter du matériel IBM. Ça semble anecdotique, mais de nombreuses entreprises américaines ne livraient plus en France, ce qui a occasionné des pénuries non négligeables ;
  • la retraite à 60 ans non financée avec le coût induit aujourd'hui ;
  • le droit du sol avec le regroupement familial ;
  • la semaine de 39 heures payées 40 avant que Martine Aubry nous fasse la semaine de 35 heures payées 39. Comme quoi, on fait toujours deux fois les mêmes bêtises ;
  • l'affaire du sang contaminé permettant d'être responsable mais surtout pas coupable ;
  • l'affaire URBA, le Rainbow Warrior qui fut une affaire gérée de main de maître par des pieds-nickelés ;
  • l'affaire des bulletins de santé truqués, l'affaire Mazarine, hébergée avec sa mère par la République et responsable d'une brouille diplomatique avec l'Arabie Séoudite en raison d'un pur sang arabe donnée par le roi Fadh que plus personne n'était capable de retrouver dans les écuries de la République, ce brave cheval servant aux leçons d'équitation de Mazarine ;
  • le Carrefour du développement, le circuit de Magny-Cours, l'affaire Luchaire, les écoutes de l'Élysée (les journalistes ont la mémoire courte), les Irlandais de Vincennes…

Tout cela, c'est ce qui est visible. Mais il y aussi l'invisible. L'ère Mitterrand, ce sont aussi les magouilles à côté desquelles celles tournant autour du SAC gaulliste sont des enfantillages, des affaires et des courtisans courbés. Mai 1981, c'est aussi l'état culturel de Jack Lang, l'argent distribué à tout-va, la réforme Savary, l'étatisation absolue de la recherche et de l'université. C'est l'état omnipotent obèse.

« À la confiscation politique du pouvoir, encore aggravée par rapport à l'égocentrisme gaullien, il [François Mitterrand] ajouta la confiscation financière de l'argent public et les profits mal acquis, dus à la corruption et à la plate délinquance, sous haute protection de l'état », écrit Jean-François Revel dans ses Mémoires. Courtisans, prébendes, pratiques mafieuses, l'état socialiste se dote de tous les attributs d'un état voyou. Pour Revel, Mitterrand et ses sycophantes « établirent et enfoncèrent dans les replis les plus intimes de la chose publique un régime de concupiscence, de dilapidation et de corruption, déshonneur de ces temps par ailleurs ‘'tellement infectés et souillés par l'adulation'', comme dit Tacite (Tempora illa adeo infecta et adulatione sordida). Jamais président de la République française ne sa vautra avec autant de placide vulgarité et de tranquillité goulue que Mitterrand dans les avantages et commodités de sa fonction pour ses plaisirs personnels et ceux de ses parasites, flatteurs et courtisans. »

Qu'en reste-t-il quarante ans plus tard ? De Jack Lang à Jacques Attali dont les pets de l'esprit sont toujours adulés et font toujours la une des médias, du repris de justice Bernard Tapie nommé ministre aux dogmatiques socialistes Pierre Mauroy, Jean-Pierre Chevènement, Régis Debray ou Laurent Fabius, le président Mitterrand s'est entouré d'une cour de serviteurs aussi incompétents que zélateurs.

Mais d'autres partisans restent dans l'ombre. Le nom de Guy Penne ne vous dira sans doute rien. Il s'agissait du dentiste personnel de l'arsouille, celui qui lui avait limé les dents du haut (si, si !) et qui fut nommé après cet acte hautement symbolique et politique conseiller à l'Elysée pour les affaires africaines.

La France vient donc de fêter le 10 mai dernier une période très sombre de son histoire, période qu'elle n'a pas fini de payer et que beaucoup continuent d'encenser. Les socialistes français restent sous l'emprise du marxisme économique dogmatique et n'ont visiblement rien compris à l'histoire. Le nez dans l'évidence, ils la nient toujours. Les faits ne mentent jamais. C'est ce que Mitterrand et les socialistes n'ont jamais voulu savoir. Et ils n'en convainquent allant jusqu'à nier qu'ils s'étaient opposés au vote des femmes dans les années 1920 et 1930, que De Gaulle avait permis la contraception (qu'ils avaient aussi refusé aux femmes) et que Giscard avait lancé la possibilité de l'avortement.

 

Pages: 1 3 4 5 ...6 ...7 8 9 10 11 12 ... 194

Juin 2021
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
 << <   > >>

Le carnet du grincheux

(Mauvaise) humeur du Grincheux

Outils utilisateur

    Rechercher

    powered by b2evolution