Voisinage

31.03.11 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Haines ordinaires

J'habite dans un immeuble du Marais historique, une bâtisse dont les fondations remontent au début du XVIe siècle et qui possède des murs épais en pierre comme on n'en fait plus depuis très longtemps.

J'avais un voisin, il est vrai un peu pénible et envahissant, mais qui était supportable parce qu'il passait la moitié de son temps à l'étranger et qui a fini par trouver qu'il était ridicule de garder un appartement à Paris quand on passe la moitié de son temps en Israël. Il l'a donc vendu après m'avoir fait une proposition, mais au prix du mètre carré demandé — huit mille euros du mètre carré ! —, mes finances n'auraient pas supporté l'opération.

Je me retrouve donc depuis quelques mois avec un nouveau voisin. Le propriétaire n'est pas l'occupant, mais le père de celui-ci. Pour fixer les idées, ce père a trouvé le moyen d'acheter comptant à chacun de ses quatre enfants un appartement de quatre cent mille euros. Cela nous fait la bagatelle d'un million six cent mille euros soit un peu plus de dix millions de nos défunts francs. Un millliards de centimes ! Et tout ça pour quatre appartements de soixante mètres carrés boulevard du Temple !

En lisant entre les lignes, vous comprendrez certainement que ce nouveau voisin est du type bobo mâtiné de fils à papa et que sa préoccupation quotidienne n'est pas le prix du kilo de poireaux ou celui de la baguette de pain. Pire que cela, c'est un amateur de football avec les pieds et de musique techno. L'horreur ! Malgré un appartement qu'il a fait insonoriser et des murs de pierre de quatre-vingt centimètres d'épaisseur, j'entends ses basses à longueur de journées et de nuits parce qu'en plus l'animal est du type nocturne ! Les soirs de match, c'est pire que tout. Il convie d'autres types comme lui à une soirée beuverie à la bière tiède dans son salon qui les emmène vers trois ou quatre heures du matin, heure à laquelle la musique inaudible a remplacé depuis longtemps les éructations du supporter de base confit dans sa brioche Kronenbourg parce que, vous comprenez, la baballe est allée dans le filet ou que l'arbitre devrait aller aux lieux d'aisance.

Personnellement, il me semble ne jamais avoir fait profiter mon entourage d'un match de rugby, encore moins avec une bière à la main. Et lorsque j'écoute de la musique, c'est toujours à un niveau acceptable pour mes oreilles et celles des voisins, jamais en simple musique d'ambiance. Je tiens à mes tympans et le seul moment où j'ai envie de les défoncer au tisonnier une fois pour toute, c'est lorsque j'entends du Tino Rossi, parce que ça, vraiment, je ne peux pas.

Heureusement, je ne l'entends pas encore se livrer au simulacre de la reproduction ! Si jamais c'était le cas, je pense que je rappellerai immédiatement mes copains corses des montagnes, les pires ! Il y aura certainement des dégats collatéraux, mais je suis prêt à en assumer le prix. J'ai une bonne assurance…

 

Cachez ce passé simple que je ne saurais voir

30.03.11 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Mauvais esprit, Vieux con, Haines ordinaires

Les dentistes en particulier et les médecins en général doivent faire vivre une bonne partie de la presse dite féminine. L'autre jour, j'étais en train d'attendre dans l'antichambre de mon arracheur de dent préféré — je dis préféré parce qu'il pourrait me lire et que, devant une roulette, j'avoue tout y compris l'âge du capitaine — et je suis tombé, entre les publicité d'un Figaro Madame — il fallait vraiment ne pas avoir de chance ou être très persévérant —, sur un article évoquant le fleuron des collections Hachette pour enfants qu'est la bibliothèque rose. Dans un avenir proche, gageons que, malheureusement, la bibliothèque verte sera elle aussi concernée.

J'ai donc appris dans cet article que, dans le but de « faciliter la compréhension » des enfants (sic !), un travail de réécriture des ouvrages d'Enid Blyton et autres auteurs fétiches dont Georges Chaulet — le père de Fantomette — avait été entrepris. Le passé simple est purement et simplement supprimé : on le remplace par le passé composé. Les mots trop compliqués sont exclus. Là, je me demande à partir de quand un mot peut-il devenir « compliqué ». Ce n'est pas précisé et je mets des guillemets avec des pincettes parce que le concept du mot compliqué me semble légèrement fumeux, surtout pour des enfants en plein apprentissage de la langue. Enfin, le caractère des enfants est « actualisé », un peu comme une garde-robe à chaque nouvelle saison. Tous ces auteurs doivent être de dangereux réactionnaires qui ne sont là que dans le seul but de pervertir notre belle jeunesse.

Il me semble pourtant que nos enfants ne sont pas plus bêtes que nous l'étions à leurs âges. Quoique, lorsque je regarde le niveau moyen de l'élève sortant de troisième il y a trente ans à celui qui en sort actuellement, je suis en droit de me poser des questions. En tout cas, j'ai de sérieux doutes. Et je ne parle même pas de la différence entre l'ancien certificat d'études et l'actuel brevet des collèges, ni de l'orthographe et la grammaire crasses de ces élèves.

Pour parler pédagol, nous sommes dans une situation où les apprenants qui doivent apprendre par eux-mêmes parce qu'un enseignant ne sert qu'à enseigner et pas à apprendre ne peuvent apprendre par eux-mêmes vu que les référentiels linguistiques sont nivelés par le bas. Je ne sais pas bien si vous me suivez et je ne me sens moi-même pas très bien, je crois que je vais faire une crise de meirieunite aiguë, arrêtez-moi, je vais vomir !

Il y a de quoi s'indigner du double jeu effarant mené par les éditions Hachette et du silence du ministère de l'éducation nationale. D'un côté, nous avons une école sournoisement élitiste, quoi qu'on puisse en penser, et de l'autre, nous observons sans rien dire un nivellement par le bas, tout aussi sournois, qui ne peut que limiter les enfants dans leur vocabulaire et leurs connaissances de la langue et de l'expression, et qui est présenté comme une attention particulière à leur égard. Pincez-moi, je crois que je rêve !

Toutes affaires cessantes, continuez à traquer tous ces ouvrages chez les bouquinistes, dans les vieilles éditions de jadis qui ont fait notre bonheur. L'authentique bibliothèque rose risque de devenir une madeleine un peu comme les éditions violettes des classiques Larousse. Ceux qui n'ont pas eu un grand-père directeur d'école laïque et obligatoire ne peuvent pas comprendre…

 

Détresse humaine

29.03.11 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvais esprit

Il existe des adresses prédestinées. Un caviste au 51 rue des Eaux, un commissariat de police au 22 rue des Boulets, un marchand de disques au 78 avenue de Tours, un dentiste au 33 rue Médecin (mais c'est à Nice) ou un sex shop au 69 rue de la Pompe, ça aurait de la gueule !

J'y étais, dans cette rue de la Pompe. J'y étais pas plus tard que mercredi dernier à la faveur d'un arrêt de métro de durée indéterminée pour cause de colis suspect à la station Trocadéro. Le jour où nos amis de la RATP — je dis « nos » amis parce qu'il y a longtemps qu'ils n'ont plus fait grève — auront compris que le B-A-BA du terroriste en herbe est justement de tout faire pour ne pas qu'on puisse voir son paquet cadeau, je pense qu'on aura fait un grand pas.

Pour nos amis provinciaux qui ont la chance insigne de ne pas habiter à Paris, la rue de la Pompe est une rue du XVIe arrondissement. Les passants ne passent pas, ils y cliquettent, et dans ce décor feutré des hauteurs de l'ouest parisien, il est rare de trouver foule passées les 21h. Ce n'est pas le quartier des Halles où attirés par la gare de Chatelet-les Halles telles des phalènes, les jeunes de banlieue viennent régulièrement divertir jusqu'à des heures indues les soirées des habitants des lieux qui n'en demandent pas tant. Ayant habité rue Saint-Martin, au 65, j'ai souvent pensé qu'il fallait interdire le quartier aux non résidents en dehors des heures dites chrétiennes des jours ouvrables. Ce XVIe arrondissement n'est pas très connu non plus pour ses manifestations diverses et variées. Il est plein de rues en pente et il est très rare de voir le cégétiste chafouin défiler bras dessus bras dessous avec le militant de la seconde CGT tendance FO tout en fustigeant l'attitude conciliante de la CFDT et celle pas assez anti-cléricale de la CFTC.

Ce mercredi soir, il n'y avait pas plus âme qui vive dans cette rue que d'habitude. Le 69, juste derrière la mairie du XVIe arrondissement et partagé entre une enseigne Nicolas et une boucherie, n'était pas plus éclairé que les autres jours. C'était sinistre. Seul les néons des éclairages publics donnaient un peu de lumière blafarde et il ne manquait qu'une légère brume montant de la Seine pour que le tableau soit véritablement dantesque. Devant la vitrine du caviste se tenait une femme relativement jeune en manteau de fourrure. Elle semblait attendre un autobus qui n'arriverait jamais.

Passant devant elle, je l'entends me dire : « tu viens, chéri ? ». Je m'attendais à tout sauf à ça. Depuis près de vingt ans que j'habite au centre de Paris, j'ai eu le temps d'observer les travailleuses des boulevards des maréchaux, de Saint-Denis et de la rue Blondel, des Champs-Élysées — vous n'imaginez pas le nombre de prostituées qui racollent en plein jour dans cette avenue —, les fausses veuves avec voilette et pot de fleur qui attendent l'autobus devant le Père Lachaise et quelques autres dans des quartiers plus improbables encore. Assurément, cette femme n'était pas une habituée et se comportait comme les prostituées que l'on peut voir dans les vieux films de cinéma tendance cinémathèque comme les films de Marcel Carné.

Ce n'était pas une occasionnelle qui faisait ça pour se divertir, mais une femme qui faisait ça pour manger et qui devait le faire pour la première fois.

J'espère au moins qu'elle n'aura pas fait une mauvaise rencontre.

 

Modernité

27.03.11 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvais esprit, Vieux con

Il y a quelques années, j'avais à ma disposition une voiture de fonction qui était une Peugeot 607. Je ne souhaiterais même pas à mon pire ennemi d'en avoir une. En un an, j'ai eu l'occasion de parcourir cent mille kilomètres entre Paris et Brive-la-Gaillarde et je dois avouer que je connais maintenant toutes les concessions Peugeot entre ces deux villes. Peugeot m'a changé quatre fois le moteur (quatre chaînes de distribution) et cette voiture passait plus de temps chez le garagiste que dans mon propre garage. Tout ce qui pouvait tomber en panne est tombé un jour ou l'autre en panne. J'ai même eu un accident homologué avec un hanneton qui m'a immobilisé le véhicule à Orléans pendant quinze jours…

Bref, cette voiture était une catastrophe.

Or un jour où je devais me rendre dans l'arrière-pays de Montpellier pour rencontrer un fournisseur d'antennes, ma 607 a refusé une fois de plus de démarrer. Après avoir appelé 607 Peugeot service et vu ma voiture partir sur un plateau une fois de plus, j'ai pris mon véhicule personnel, mon antique DS23 Pallas qui, malgré ses trente-six ans d'âge aux cerises, n'accuse encore aucune panne de son calculateur d'injection pourtant électronique. Peugeot devrait en prendre de la graine puisque sur la 607, ce calculateur a lui aussi subit un changement. Je me demande même si ce n'était pas la première chose à m'avoir lâché. Je partis donc tôt, un matin d'été, avec le véhicule suivant :

pour prendre l'autostrade direction Montpellier en enquillant la cinquième et en restant calé à 130 km/h. L'engin le permet et j'arrivai à Montpellier vers 11h00. Après avoir quitté l'autoroute, une petite route qui serpente et monte dans un arrière-pays accablé de chaleur devait m'amener à destination, ce qui me prit une bonne heure de plus et me permit de maudire le premier propriétaire de cette DS qui n'avait pas cru bon de prendre l'option climatisation. Pour un rendez-vous à 14h00, j'étais en avance, mais il me fallait tout de même déjeuner.

Imaginez un gros village du sud de la France, avachi sous un soleil de juillet. Personne dans les rues. La traditionnelle place avec son platane était désespérément vide et j'arrêtai le véhicule — immatriculé 75 pour passer inaperçu — à l'ombre de l'arbre. Tous les volets étaient clos et cette grosse bourgade semblait désertée de tous ces habitants. Seul un ignoble café, vide comme la place, montrait un semblant de vie et permettait au voyageur de passage de se restaurer en avalant un sandwich douteux accompagné d'une bière tiède comme celles des pubs anglais. J'en étais à hésiter à prendre un café tant l'endroit était sale lorsqu'un gamin s'est mis à digitaliser le capot de ma voiture. J'aime autant vous dire que je n'apprécie pas ces effusions à leurs justes valeurs et seuls la chaleur et le fait de se trouver en terrain ennemi m'a fait rester en retrait de l'action.

Le gamin, pas plus haut que trois pommes a laissé son ballon au milieu de la place pour venir poser ses pattes grasses et pleines d'empreintes digitales sur la carrosserie d'une vénérable automobile hors d'âge en essayant de se jucher sur la pointe des pieds pour voir ce qu'il y avait dedans. Et le bougre s'appliquait, faisant à plusieurs reprises le tour de l'engin. La petite scène dura quelques longues minutes. Visiblement, le gamin était fasciné.

Je ne sais pas si vous avez déjà regardé une DS de près. Pour une Pallas à volant en mousse, il n'y a que deux endroits où figurent les chevrons Citroën : sur le volant et au milieu de la porte de la malle. Quant au nom de la marque, il n'était pas nécessaire de l'indiquer tant ce véhicule était emblématique. Lorsque j'ai fini par approcher, ayant certainement vu les chevrons qui même dans ce coin reculé signifiaient encore quelque chose, le voilà qui me demande s'il s'agissait de la nouvelle Citroën. Je n'ai pas pu m'empêcher de lui dire que oui. J'imagine sa tête le soir. Je sais, ce n'est pas très chrétien, mais il n'avait qu'à ne pas digitaliser ma voiture !

Le même type d'aventure est arrivé à une de mes connaissances cette semaine. Il s'agissait beaucoup plus prosaïquement d'une gamine en extase devant un téléviseur, le modèle de téléviseur que les moins de trente ans ne peuvent pas connaître, celui qui avait des boutons en façade et une porte fermant à clef pour condamner l'utilisation de l'appareil, le modèle classique, carré, pas un modèle au design encore futuriste de Téléavia. L'enfant en question était en extase parce qu'on avait enfin réussi à intégrer la télécommande au téléviseur pour ne plus la perdre.

Tout n'est pas perdu, il y a encore de l'espoir !

 

Droit de vote

24.03.11 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur

Ja vais encore me faire des amis. Je préfère prévenir, que ceux qui aient une âme sensible passent leur chemin.

Je viens de lire dans la feuille de chou matutinale, refourguée d'office à la sortie du métro par un type si patibulaire qu'il serait suicidaire de ne pas la prendre en disant merci, que les gens votaient Front National à cause d'une amende reçue. Cette phrase d'une hauteur de vue remarquable a été dite par un élu socialiste de Moselle en ballottage se retrouvant dimanche prochain contre un candidat du Front National — et pas encore socialiste, c'est déjà ça de gagné !

Cette phrase est plus profonde qu'il n'y paraît, mais je ne suis pas certain que cet élu s'en soit rendu compte. En lisant entre les lignes, la saillie de cette élu signifie simplement que pour l'électeur moyen, le choix de son bulletin de vote ne se fait pas en fonction de l'intérêt de la collectivité mais en fonction de son seul intérêt en vertu du principe égoïste ou égocentrique qui survit dans l'humanité depuis que le primate africain a décidé, on ne sait pourquoi, d'adopter la bipédie. Ce principe est même plus ancien que cela, mais je ne suis pas vraiment sûr qu'on puisse encore parler d'humanité.

L'électeur voterait donc en fonction de ses intérêts particuliers. Voilà donc une découverte intéressante. Que cet élu se rassure, les hommes politiques, à l'exception de quelques uns, ne se comportent pas autrement. Leurs lignes politiques suivent souvent le sens du vent ou le cours du veau et comme les girouettes, ils ne se fixent qu'en rouillant. Vous me direz aussi que certains sont inoxydables et vous avez parfaitement raison. Pour eux comme pour le regretté Edgar Faure, ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent. Tout n'est donc qu'une histoire de relativité et tout le monde est content.

Donc les électeurs choisissent leur bulletin en fonction de leurs intérêts propres. C'est déjà mieux qu'en fonction de la tête du candidat mais ce n'est pas réellement satisfaisant puisque l'intérêt particulier me semble assez différent de l'intérêt collectif. Pire, le même électeur m'a toujours semblé schizophrène parce qu'il est capable de pleurer sur l'Ukraine en même temps qu'il achète du gaz aux russes.

Pour les décisions locales, ce n'est guère mieux. Et c'est même ce qui donne son croustillant à la politique locale puisque ce sont les querelles de clocher qui sont les plus amusantes. Savoir si telle route de contournement de tel patelin doit passer ici ou là en comptant les pieds de vigne arrachés au détriment de l'utilisateur de ladite route est du plus bel effet. Et c'est sans compter les passe-droits lorsqu'on est un proche du seigneur du lieu.

Vous remarquerez que ce sont les mêmes qui nous rappellent à tout bout de discours qu'ils n'ont d'ailleurs pas écrits eux-mêmes les acquis de la révolution française. Je leur rappellerais aimablement que cette révolution n'a été que, comme toute révolution, le remplacement d'une classe dirigeante par une autre et que la plupart des soi-disants acquis proviennent de l'ancien régime (même le code civil attribué à tort à Napoléon le petit parce qu'il était plus petit que Napoléon le grand surnommé Badinguet par les intimes). À ce titre, le clientélisme qui sévissait sous l'ancien régime existe toujours aujourd'hui. Quant à la représentativité des élus, elle est ridicule.

Nous avons donc des gens qui votent pour des raisons incompréhensibles dans le but d'élire des gens qui ne les représenteront pas. Et ce système soi-disant démocratique semble se suffire à lui-même voire être un idéal. Pourtant, il porte en lui le germe de son apoptose puisque la majorité aura toujours raison sur la minorité et que cette majorité n'a pas forcément raison — la voix d'un imbécile ayant le même poids que celui d'une personne réfléchie —, elle est juste la plus nombreuse et de ce fait la plus forte. Il s'agit donc dans les faits d'une dictature voilée puisque cette majorité n'est pas réfléchie et que le seul but des hommes en place est de le rester. Elle donne des mandats plus ou moins aléatoirement à des gens qui de toute façon en feront à leur guise, regardant eux-aussi leurs intérêts propres plus que ceux de la collectivité. C'est pour cela que l'on se retrouve aujourd'hui avec un gouvernement lamentable qui ne représente absolument pas l'électeur de droite. C'est pour cela aussi qu'on se retrouve avec un Front National en hausse continuelle, hausse qui doit se lire comme une montée de l'abstention et un rejet massif des hommes en place.

Et dire qu'on se demande encore pourquoi il y a de plus en plus d'abstension.

 

Pages: 1 ... 136 137 138 ...139 ... 141 ...143 ...144 145 146 ... 183