Le cas France Stratégie

19.12.16 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Monde de merde, Je hais les politiciens

Le serpent de mer des imbéciles de Terra Nova qui ne voient la réalité qu'au travers d'un prisme teinté d'idéologie crasse refait surface. Ce serpent de mer, c'est celui des loyers fictifs. L'idée en est simple et consiste à vous taxer en prétendant que, comme vous êtes propriétaire, vous ne payez pas de loyer. Pourtant, le but est d'ailleurs, lorsqu'on est propriétaire, justement de ne plus payer de loyer, à moins que je n'aie pas tout compris.

Ainsi, votre revenu fiscal augmentera du montant des loyers que vous devriez vous verser à vous-même même si, à ce moment précis, si votre revenu en tant de propriétaire est augmenté d'autant, le vôtre, en tant que locataire sera obéré de la même somme. Combien de personnes seront alors contraintes de vendre leur bien pour pouvoir juste se loger ? Je pense entre autres aux retraités n'ayant qu'une petite pension, qui vivent chichement dans une grande ville où les loyers ont flambé et qui ne peuvent s'y maintenir que parce qu'ils sont propriétaires de leurs logements.

Ce but, simple, est semble-t-il insupportable à nos bien-pensants du camp du bien qui n'hésitent pas un instant à changer l'égalité en égalitarisme forcéne. Ce faisant, l'égalité devient un authentique fascisme idéologique et l'égalitarisme un communisme quitte à ce que la fiscalité atteigne des sommets de stupidité crasse.

Revenons aux élucubrations de jus de crâne des ânes de France Stratégie et souvenez-vous que cet opuscule est financé par vos impôts.

Ces socialopithèques à poil dur croisés avec des communisaures à écailles partent du principe que lorsque quelqu'un n'est plus locataire, il ne paie plus de loyer. Or dans ces temps troublés, tout le monde cherche à être propriétaire pour mettre sa famille le plus possible à l'abri des aléas de la vie. Avoir un toit sur la tête permet de lever certaines incertitudes et de craindre un peu moins les périodes de précarité.

Je cite telle quelle la crétinerie crasse de France Stratégie.

Que notre fiscalité favorise actuellement le statut de propriétaire occupant ne peut faire débat.

D’une part, un ménage qui choisit aujourd’hui à la fois de louer un bien immobilier dont il est propriétaire tout en étant lui-même locataire d’un logement équivalent est imposé sur ses revenus locatifs ; le même ménage ne paye pas d’impôt s’il choisit d’occuper le bien immobilier qu’il possède.

D’autre part, à revenu monétaire identique, un ménage propriétaire occupant son logement bénéficie à l’évidence d’un niveau de vie supérieur à celui d’un ménage locataire, alors même que les deux payent le même impôt sur le revenu.

Là, une petite explication de texte s'impose. France Stratégie nous explique sans rire que nous sommes des imbéciles rétifs à tout changement parce que, vous comprenez, « un ménage qui choisit aujourd'hui à la fois de louer un bien immobilier dont il est propriétaire tout en étant lui-même locataire d'un logement équivalent est imposé sur ses revenus locatifs ». Et alors ? Souvent des gens qui ont changé d'activité professionnelle déménagent, parfois assez loin de leur logement. Il leur arrive même de payer un loyer pour se loger dans une ville qu'ils n'ont pas choisi et mettent en location leur ancien logement, s'ils étaient propriétaires, pour financer leur nouveau loyer. Quoi de plus logique ? Au lieu de taxer leurs revenus locatifs, il serait au contraire intelligent de ne taxer que la différence entre les loyers perçus et les loyers payés. Lorsque comme France Stratégie, on suinte l'égalitarisme gras, ce serait la moindre des choses. La solution ferait plaisir à tout le monde et n'emmerderait personne.

Un peu plus loin, France Stratégie découvre l'eau tiède. C'en est effrayant. Je cite toujours avec des pincettes :

À revenu monétaire identique, un ménage propriétaire occupant son logement bénéficie à l’évidence d’un niveau de vie supérieur à celui d’un ménage locataire, alors même que les deux payent le même impôt sur le revenu.

Chacun gère sa vie et son patrimoine comme il le veut. Si un habitant de ce riant pays aux inventions fiscales amusantes décide de se serrer la ceinture durant vingt-cinq ou trente ans pour être propriétaire de son logement, je ne vois pas de quel droit France Stratégie ou l'état pourrait le lui reprocher. Après tout, être propriétaire fait qu'il n'est plus pour son logement à la charge de la société.

Je hais l'égalitarisme parce que c'est le nivellement pas le bas de notre société. Je hais aussi les cuistres mous gravitant dans et autour du gouvernement dont la médiocrité et l'abyssale bêtise me sidèrent.

Si d'aventure vous vouliez leur faire part de votre mécontentement, vous pouvez les contacter directement par téléphone au 01 42 75 60 00, par fax au 01 45 55 53 37 ou par courrier électronique à l'adresse strategie@strategie.gouv.fr.

 

À double tranchant

16.12.16 | par Le Grincheux | Catégories: Je hais les politiciens, Je hais les marketeux

Le Parti Socialiste est fabuleux. Il tweete plus vite que son ombre sans se relire ou, pire encore, sans réellement comprendre ce qu'il écrit.

Voici ce qu'il a publié aujourd'hui.

À double tranchant

Fig. 1 : trait d'esprit (involontaire) d'un socialopithèque en roue libre

Sans commentaire.

 

Annonce électorale

16.12.16 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Monde de merde, Je hais les politiciens

Une baisse de 20% de l'impôt sur les revenus de la première tranche marginale d'imposition a été annoncée hier. Dans la situation actuelle, cette annonce est juste honteuse. Je laisse les Contribuables Associés en parler. Écoutez bien la vidéo, tout est dit.

La question est maintenant de savoir si la surtaxe des résidences secondaires frappera aussi les résidences de Mougins.

Enfin, l'abyssale bêtise des cuistres mous du gouvernement me fascine.

 

162 kHz

13.12.16 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur

Le directeur général de l'ANFR tweete beaucoup. Le 4 décembre dernier, il a tweeté ceci :

162 kHz

Fig. 1 : activité d'un directeur général qui cherche à occuper ses journées

C'est bien, cela nous annonce maintenant que tous ceux dont l'activité dépend de ces signaux horaires et qui auront investi dans du nouveau matériel et des solutions de remplacement coûteuses proposées par des margoulins opportunistes pour ne pas avoir de coupure pourront continuer à utiliser leurs vieux clous.

Si je comprends bien, France Inter ne module plus en grandes ondes mais l'émetteur maintient sa porteuse sans modulation pour les signaux horaires. Nous sommes vraiment dirigés par des crétins qui n'ont honte de rien.

En effet,  même en diminuant la puissance de l'émetteur, l'arrêt de la modulation ne sera qu'un service de plus sacrifié pour des économies de bouts de chandelles. Ce qui coûte cher là-dedans, c'est l'électricité, le foncier, les diverses charges fixes, l'entretien de l'émetteur, certainement pas le fait qu'il module ou non.

Radiofrance fera donc des économies, mais le contribuable paiera indirectement le fonctionnement de l'émetteur sans pouvoir bénéficier des services de broadcast radio en retour.

Stratégiquement, c'est encore bien vu. Mais nous sommes en France, ne l'oubliez jamais.

 

Grandeur et décadence

13.12.16 | par Le Grincheux | Catégories: Je hais les politiciens

Notre grand timonier actuel ne se présentera pas à sa propre succession. Enfin, c'est lui qui l'affirme, méfiez-vous, il peut encore se passez plein de choses d'ici mai prochain. Mais il a préparé depuis l'an passé sa possible candidature en ouvrant le sphyncter a pognon gratuit autant que faire se peut.

Je cite ici une dépêche AFP en date du 9 décembre 2016 qui titre que le déficit [français] se creuse à 85,5 milliards d'euros fin octobre [2016].

Paris (awp/afp) - Le déficit du budget de l'Etat s'est creusé en octobre par rapport à son niveau de l'an dernier pour atteindre 85,5 milliards d'euros, contre 76,2 milliards un an plus tôt, a annoncé vendredi le ministère des Finances.

Mais, retraité du solde des comptes spéciaux et du décalage d'un dégrèvement de CVAE (l'ancienne taxe professionnelle), le solde budgétaire est "en amélioration de 1,1 milliard d'euros par rapport à l'année précédente", explique Bercy dans un communiqué.

Le déficit des comptes spéciaux, qui s'établit à près de 19 milliards d'euros à fin octobre (contre 4,5 milliards un an auparavant), est en particulier dû à une avance exceptionnelle octroyée à l'Agence de services et de paiement, établissement qui verse notamment les aides agricoles européennes, qui "sera remboursée d'ici la fin de l'année", précise le communiqué.

Dans le détail, les dépenses ont augmenté de 1,1% à 318,3 milliards d'euros fin octobre. A périmètre constant, elles ont reculé de 1,9% sur un an.

Les recettes ont pour leur part progressé de 3,5% à 251,8 milliards d'euros, portées principalement par la hausse de la TVA (+2,2 milliards d'euros) et de la taxe sur les produits pétroliers (TICPE, +1,9 milliard d'euros), conformément aux prévisions présentées dans le projet de loi de finances rectificative pour 2016.

L'impôt sur le revenu à fin octobre 2016 est en augmentation de 2,0 milliards d'euros par rapport à fin octobre 2015, en ligne avec la prévision du projet de loi de finances rectificative pour 2016, selon Bercy.

"Cette hausse est essentiellement concentrée sur les remboursements et dégrèvements, suite au remplacement de la prime pour l'emploi par la prime d'activité", ajoute le ministère des Finances.

Les autres recettes fiscales nettes sont en hausse de 1,4 milliard d'euros, conformément aux prévisions révisées pour 2016, si l'on ne tient toutefois pas compte du décalage calendaire du versement des dégrèvements de CVAE (la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises, NDLR).

Le ministère explique en effet que ce versement a été effectué en octobre l'an dernier mais en novembre cette année.

"Ce décalage minore les remboursements et dégrèvements de CVAE à hauteur de 4,1 milliards d'euros", précise Bercy.

L'augmentation des autres recettes fiscales nettes "est notamment liée à la réforme de la contribution au service public de l'électricité (CSPE), dont une partie des recettes est désormais reversée au budget général", note le ministère.

Quant aux recettes non fiscales, elles ont diminué de 1,9 milliard d'euros par rapport à octobre 2015, en raison d'un moindre encaissement sur les dividendes, dû d'une part à "des encaissements plus tardifs qu'en 2015" et d'autre part au versement de dividendes sous forme de titres.

Ce versement a toutefois été en partie compensé par "l'augmentation des redevances d'usage des fréquences radioélectriques suite au processus de vente aux enchères de la banque de fréquences dite +bande 700 MHz+ aux opérateurs de télécommunication", ajoute Bercy.

afp/fr (AWP / 09.12.2016 09h33)

Résumons. Globalement, les recettes progressent, mais pas aussi vite que les dépenses. Nous sommes donc comme le dit Méchancon Mélenchon ou la dynastie des Le Pen à laquelle il manque un œil pour bien appréhender la situation dans une phase d'austérité tout à fait intolérable et jamais vue en France. Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes. On continue à raser gratis et jusqu'aux élections de 2017, cela risque d'être un florilège.

Préparez-vous, il est déjà trop tard.

 

Pages: 1 ... 6 7 8 ...9 ... 11 ...13 ...14 15 16 ... 172