Journée de la femme

08.03.17 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Mauvais esprit

Je ne parlerai pas de l'amère de Paris, pourtant, il y aurait à dire sur ses dernières saillies et sur la gabegie financière qui va encore s'ensuivre avec les futurs probables jeux olympiques de 2024. Non, je vais parler de la bêtise crasse qui a forcé certaines à hurler « tu seras un homme, ma fille », qui en a poussé d'autres à refuser le port du soutien-gorge sans doute honteux — je ne parle pas des femens — ou d'autres encore à organiser une journée du voile à Sciences-Po.

Journée de la femme

Fig. 1 : bêtise à l'état brut.

Le pire ennemi des droits de la femme est la femme elle-même.

On ne peut pas demander un traitement égal en tout point en demandant des dérogations. Je ne parle pas du congé de maternité, je serais de mauvaise foi, mais de tous les petits aménagements des conventions collectives réservées aux femmes pour profiter de leurs enfants, ces aménagements étant au moins dans la convention Syntech ouverts aux femmes même sans enfant. Je ne parle pas non plus de certaines conventions collectives qui permettent aux femmes de travailler 80% d'un temps plein pour 95% du salaire complet et 100% des cotisations retraite.

Il n'empêche que ces petites différences pourtant significatives jettent un début d'explication sur les différences des salaires entre les hommes et les femmes que nous observons dans notre beau pays à grands coups de statistiques aimablement biaisées comme nous savons si bien le faire. Bizarrement, dans les pays où les droits sont bien plus égalitaires — comprendre pas d'arrangement de la loi commune avec le sexe de l'individu —, il y a moins de différence salariale. N'y aurait-il pas un petit début d'explication à creuser ?

En France, tout le monde est égal. Certains plus que d'autres.

 

Bataille de chiffres

06.03.17 | par Le Grincheux | Catégories: Je hais les politiciens

Hier se tenait place du Trocadéro un rassemblement de soutien au candidat Fillon. Comme d'habitude, le nombre de participants diffère sensiblement selon les organisateurs ou la police. Là, nous sommes des gros gâtés puisque cela va de un à treize.

D'après la police, on entend une participation de 30000 personnes. D'après les organisateurs, entre 200 et 300000. La vérité doit se tenir quelque part entre les deux. Or, un journaliste d'Europe 1 a estimé, calcul à l'appui, que la place du Trocadéro peut accueillir quelque 50000 personnes. La manifestation débordant sur les rues et avenues débouchant sur la place, il serait raisonnable de parier sur 100000 participants.

Quoi qu'il en soit réellement, l'odieuse manifestation de droite que la préfecture de police et la municipalité toujours prompte à se ranger au camp du bien n'a été tenue responsable d'aucun abribus cassé. Aucune vitrine n'a non plus été défoncée. On ne peut vraiment plus compter sur personne, même si on me souffle qu'on aurait vu un manifestant jeter un mégot par terre.

Cela ne prouve qu'une seule chosse : les casseurs sont les supplétifs des extrêmes, qu'elles soient de gauche ou de droite.

 

Sans commentaire

02.03.17 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvais esprit

Je suis comme Mussolini, j'aime que les trains soient à l'heure. Et grand usager (usagé ?) de la ligne POLT, je suis un grand gâté. Récemment, j'ai pu voir à la gare d'Orléans sise quai d'Austerlitz à Paris l'affiche suivante :

Sans commentaire

Fig. 1 : faut-il un commentaire ?

J'avoue avoir dû lire plusieurs fois pour être sûr de ne pas avoir raté une information essentielle. Et pourtant non, vous ne rêvez pas, la SNCF s'excuse parce que ses trains partent pour une fois de la gare d'Austerlitz à l'heure.

Nous vivons une époque résolument moderne.

 

Loi Rothschild

28.02.17 | par Le Grincheux | Catégories: Je hais les politiciens, Pignoufferies de presse

J'ai déjà évoqué ici la loi de janvier 1973 concernant la Banque de France. J'ai déjà exposé dans ces colonnes le fait qu'elle n'était pas responsable de l'endettement actuel de la France mais, visiblement, d'aucuns ne veulent comprendre. J'ai donc recherché l'origine de cette rumeur urbaine et ce que j'ai trouvé est assez croquignolesque.

Souvenez-vous, c'était vers 2011 ou 2012, dans les programmes de Dupont-Aignan, Mélenchon, Le Pen et autres génies du même acabit. Michel Rocard en avait parlé, sans doute la sénilité.

L'hypothèse de base était que Giscard et Pompidou avaient vendu les intérêts de la France aux marchés financiers en interdisant au Trésor d'emprunter directement à la Banque de France. D'un point de vue strictement factuel et juridique, c'est faux puisque cette loi permet même des avances à taux zéro de la Banque de France au Trésor. Sachant que ce point très précis était erroné mais que cette idée s'était tout de même frayé un chemin jusque dans certains programmes politiques de 2012, il me fallait savoir d'où elle était issue. Car évidemment, c'était ce qu'on appelle un hoax, une légende urbaine.

C'est dire la crédibilité des comiques cités plus haut, à savoir Dupont-Aignan, Mélenchon et Le Pen.

Et la source de cette sinistre farce a été trouvée par Guillaume Nicoulaud que je remercie. D'après lui, le patient zéro est André-Jacques Holbecq qui n'a d'économiste que la prétention de l'être. Il a bien écrit sur Médiapart et Alternatives Économiques, deux références unanimement reconnues, ce qui est tout de même un peu léger. Ce n'est pas un économiste, c'est un pilote retraité d'Air France qui consacre son temps libre et malheureusement pas perdu pour tout le monde à ses deux grandes passions que sont l'ufologie — il est paraît-il  spécialiste de la linguistique ummite — et l'économie dans sa version anticapitaliste. Depuis 2002, il a écrit pas moins de huit livres, seul ou avec d'autres anticapitalistes inconnus. Il est presque impossible de dresser la liste des sites, blogs et autres forums qu'il a créé un peu partout. En effet, on n'est jamais mieux servi que par soi-même.

Vers 2006-2008, notre ami André-Jacques Holbecq commence à développer sa petite théorie sur ses nombreux sites et blogs. Et là, c'est le désastre, au détour d'un commentaire sur son blog, Étienne Chouard tombe dessus. À ce moment-là, la légende urbaine courait déjà. Timidement.

Or Étienne Chouard, titulaire d'une maîtrise en droit, professeur d'économie-gestion, de droit fiscal puis d'informatique (!) au lycée Marcel Pagnol de Marseille est surtout connu pour sa proximité avec les mouvements d'extrême droit antisémite — Soral, mais pas que, ce qui explique le sobriquet de loi Rothschild — et conspirationniste même s'il s'en défend. La encore, il s'agit d'une vraie référence intellectuelle et la rencontre d'André-Jacques Holbecq et d'Étienne Chouard va faire décoler le bidule. Petit à petit, ils vont à deux mettre en place une danse amusante : Chouard étaye ses délires avec les articles de Holbecq, lequel utilise à son tour l'aura d'économiste (!) de Chouard pour crédibiliser les siens. Début 2008, les deux joyeux compères vont trouver dans le blog de Paul Jorion une formidable plateforme pour développer leur petite théorie. Le bouillon d'inculture va prendre, chez Jorion, avec nos deux guignols à la manoœuvre. Tous ses messages sont ici (  blog_de_paul_jorion_monnaie.pdf) où Holbecq intervient sous le pseudonyme de Stilgar ou là (  tout_notre_debat_sur_la_monnaie_chez_paul_jorion.pdf) où il intervient sous son vrai nom.

C'est à cette époque que la petite vidéo l'argent de la dette de Paul Grignon fait un véritable carton. Paul Grignon est aussi l'auteur respectable de Chemtrails – Mystery lines in the sky.

C'est dire son sérieux.

Et c'est grâce à ces gens-là que la loi de 1973 est devenu un leit-motiv chez les antisémites d'extrême droite comme chez les débiles profonds d'extrême gauche. Il ne fallait plus qu'un certain nombre d'auteurs souverainistes tombent dessus et y croient dur comme fer, tant et si bien que cette fumisterie va progressivement remonter la chaîne politique jusque chez Dupont-Aignan, lequel, souvenez-vous, déclarait fièrement qu'il avait découvert ce terrible scandale sur internet. De là, cela passe directement dans le programme de Marine Le Pen, celui de Mélenchon et de plein d'autres.

Voilà comment une théorie sortie tout droit du fond de la mare aux idées extrémistes, complotistes et ésotériques a terminé dans le programme de trois ou quatre candidats aux présidentielles. Et cette théorie est même tellement ancrée qu'elle résiste à toute réfutation même venant du camp des candidats qui la prônent, vérifiant par là la loi de Brandolini ou le principe d'asymétrie des idioties :

Le principe d'asymétrie des idioties ou loi de Brandolini, plus connu sous sa dénomination originale de bullshit asymmetry principle, formulé publiquement pour la première fois en janvier 2013 par Alberto Brandolini, un programmeur italien, énonce que :

« La quantité d'énergie nécessaire pour réfuter des idioties est supérieure d'un ordre de grandeur à celle nécessaire pour les produire. »

Il en ressort que la désinformation a un avantage important, rétablir la vérité étant particulièrement coûteux. Une réflexion similaire avait été formulée par le passé, mais elle se concentrait davantage sur la vitesse de propagation que sur l'idiotie, alors que le propos de Brandolini s'intéresse à la difficulté de réfuter.

Cette loi qui est un non événement absolu a ainsi été montée en exergue pour cacher le seul débat qui compte : « voulez-vous oui ou non devenir le Vénézuéla ? »

 

Un train peut en cacher un autre

16.02.17 | par Le Grincheux | Catégories: Mauvaise humeur, Mauvais esprit, Mauvaise foi

Dimanche dernier, il y a eu un vent terrible.

À tel point que des arbres certainement mal intentionnés se sont couchés sur les voies de chemin de fer du tortillard que je prends tous les dimanches pour avoir ma dorrespondance dans la grande ville du coin.

L'omnibus est bien arrivé à quai, mais il n'est jamais parti et j'ai dû me faire à l'idée de me rendre à la grande ville distante de 75 km par mes propres moyens.

J'essaie maintenant, pour le principe, de me faire rembourser cette partie du trajet. Depuis lundi dernier, j'échoue continuellement avec une régularité de métromone. En effet, pour le système informatique de la SNCF, ce train est arrivé avec, je cite en ouvrant les guillemets avec des pincettes « 0 minutes de retard » (sic la violation de la grammaire).

J'apprends donc incidemment qu'un train supprimé arrive à l'heure. Subséquemment, un train supprimé, qui ne circule pas et donc qui arrive à l'heure ne peut donner lieu par le système informatique de la SNCF à remboursement justement parce qu'il est arrivé à l'heure. Vous me suivez ? Pour essayer de passer outre cette réponse lapidaire, il convient de téléphoner au numéro surtaxé (0,40 € TTC la minute) pour expliquer son cas et dans le meilleur des cas se faire rembourser.

Au passage, il est totalement illégal depuis quelque temps de ne pas fournir un numéro non surtaxé, mais passons, ce ne serait pas la première fois que la SNCF est à la limite de la légalité.

Revenons à cette histoire de train supprimé. Le billet me coûte un peu plus de 6 €. Si je passe plus d'un quart d'heure à expliquer mon problème, le gain est nul. Avec le temps déjà passé à essayé de me faire rembourser et que je n'ai pas chiffré, au bout de combien de minutes de conversation avec leur numéro surtaxé serai-je perdant ?

On me souffle que je suis d'ores et déjà perdant et que la seule chose à faire pour ne perdre plus encore est de renoncer à me faire rembourser.

Comme la SNCF ne sera jamais responsable d'un arbre tombé sur les voies, je vais plutôt exiger le remboursement de mon billet par l'Office National des Eaux et Forêts, cela devrait être plus simple.

 

Pages: 1 ... 4 5 6 ...7 ... 9 ...11 ...12 13 14 ... 173